La vie du bon côté

Plus d'infos

Le cyber-harcèlement.

Le cyber-harcèlement.
Le cyber-harcèlement. - © Tous droits réservés

Un jeune sur trois a déjà été victime de harcèlement sur le net, tandis que 25% avouent avoir déjà insulté ! Comment détecter un cas de harcèlement ? Quels comportements doivent vous inquiéter chez votre enfant ? Comment réagir en cas de harcèlement ? A qui faut-il en parler ? Qui sont ces cyber-harceleurs ? Comment aider efficacement un enfant victime ? Voyons avec Bruno Humbeek, psychopédagogue, comment prévenir ces situations...

Cap sur la prévention en matière de Harcèlement...

1/4 des jeunes a déjà été insulté sur internet. Un constat alarmant sur ce fléau. Comment gérer le problème ? Quels sont ces harceleurs ?

Le cyber harcèlement ... C'est une caisse de résonnance mise sur du harcèlement. C'est une personne qui reproduit un comportement intentionnel, répétitif & désagréable. Il fige les rôles dominants, dominés et de surcroit en présence de spectateurs. Pour qu'il y ait harcèlement il faut qu'il y ait un groupe. Ce n'est pas une situation binaire entre un agresseur et un agressé. Il y a un public !

Ce n'est pas un fatalité, on connait les mécanismes et on peut désamorcer cela ! Ca c'est la bonne nouvelle du bon côté... Il est des outils.

Il n'est pas de signes qui peuvent nous alerter. Il est effectivement des agressions fulgurantes sans signes précurseurs. Parfois le harcelé n'ose pas en parler, n'ose pas se confier à ses parents. Il porte son chagrin sur lui-même.  Les parents amplifient parfois le phénomène en ajoutant leur crainte, leur désespoir. Les parents devraient idéalement "décharger" le jeune de ce poids en le rassurant sur le fait qu'ils en font "leur affaire", qu'ils gèrent ce problème. "tu vas aller sur les réseaux sociaux, c'est très chouette et s'il t'arrive quelque chose on en parle, et on gère". Et  surtout ne pas dire "on t'avait prévenu ! " Imaginez la lourdeur des ces mots sur le chagrin et la crainte de l'enfant déjà !  Il ne faut pas diaboliser les réseaux sociaux non plus mais souligner les aspects positifs et garantir- rassurer sur la gestion de situations problématiques le cas échéant.

Les enseignants se sentent souvent dépourvus face à telle situation. Outiller l'école est essentiel. On se base sur 5 règles : déjà : 1-une émotion ne se contredit pas ! 2- Il n'y a que celui qui a le bâton de parole qui s'exprime et on l'écoute - 3 on ne fait pas le procès du harceleur. 4 - l'enseignant ne produit pas lui-même de solution mais invite à la solution collégiale. 5 - ce qui s'est construit dans le groupe doit se déconstruire dans le groupe...

La prévention au sein des écoles est importante à mettre en place !

Protéger l'expression respective de tout un chacun par le biais du bâton de parole invite ainsi tout le monde à s'exprimer et à être entendu ! Si non ce sont les "dominants" qui écrasent de leurs mots l'assemblée. C'est essentiel, primordial. Les cercles de parole qu'évoque Sophia à travers de son témoignage en est une belle illustration de vie ... du bon côté !

Quand on présente la situation de harcèlement comme étant sans issue, sans solutions aux enfants c'est hyper dangereux ! Comme souvent imprimé dans la presse, on présente à l'enfant l'issue fatale que ce fut pour x, y ou z enfant qui est pour l'heure un "ange" ! Imaginez l'identification qui peut en découler ! ? On SAIT et on doit faire quelque chose. C'est aux adultes à s'outiller pour désamorcer le phénomène. Dire à son enfant : "Ce n'est plus ton problème, c'est moi qui vais agir".

L'école doit reproduire des structures qui reflètent les lois. Le préfet - directeur mais aussi des personnes désignées au sein des classes, ... Il est important que cette représentativité de la loi ne se pose pas sur les seules épaules d'une personne. Un trio est le minimum requis pour donner du crédit !  "On ne veut plus que tu reproduises ce comportement là". On doit tout essayer au sein de l'école, les cercles de parole, la désignation des personnes qui peuvent accueillir & gérer les "plaintes, pbs",... La mise en place de tout cela permet une réussite dans 95% des cas... dans les 5% restant seulement où ces méthodes ne sont pas suffisantes, il est préférable de s'orienter vers des personnes spécialisées.

Dramatiser ou le déni sont les deux attitudes à éviter impérativement !!!! Quand on propose une issue tragique c'est une erreur ! Les médias en abusent avec les titres effrayants ... "une jeune fille défenestrée..." .  La pire des choses est également de dire "mais moi aussi tu sais quand j'étais jeune j'avais des petits soucis,  ... " - "tu vois ce qui est arrivé à un tel ! " ... Imaginez ce qui se passe dans la tête de l'enfant alors. Quelle est l'issue ! ? la solution ! ? Il est vital de parler, d'entendre déjà, d'accueillir l' émotion de l'enfant, son ressenti, sa crainte, sa peur, son vécu, ...  et d'envisager positivement des solutions.

L'estime de soi est souvent perturbé chez les enfants harcelés. L' enfant pense qu'il n'est pas aimable, il a une estime de soi fragile, ...

Le vivre ensemble ça se construit ! Instaurer des espaces régulés au sein des écoles pour créer des citoyens qui savent gérer le vivre ensemble est bénéfique ! Diffuser des normes ... On gère le vivre ensemble comme quelque chose qui va se CONSTRUIRE. Des espaces de diffusion des lois, des espaces ou l'on construit ce vivre ensemble pour une vie du bon côté !  

Les commentaires des auditeurs en image...

 

Luc - intervenant social - évoque la  vidéo "Manon" qui traite du harcèlement et qui est diffusée dans les écoles. Un outil qui a pris l'angle d'approche de mettre en avant les personnes qui gravitent autour de ce problème.

La fille de Jacqueline a 12 ans et a subit du harcèlement "invisible". Elle s'isole, perd son sourire, ... Les professeurs, le directeur de l'école semblent enfin réagir, ce qui ne fut pas le cas d'entrée de "jeu" ! Des choses se mettent enfin en place évoque Jacqueline. Parents, enseignants, on se sent souvent pris au dépourvu face à de telles circonstances.

Sophia relate son expérience quant à la mise en place de "cercles de parole" au sein de son école. Un outil instauré sous la guidance de Bruno Humbeek. Les enfants trouvent par eux mêmes des solutions aux petits conflits.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK