La vie du bon côté

Plus d'infos

"Le bout du tunnel" ! Comment guérir du trouble de stress post-traumatique ?

"Le bout du tunnel" ! Comment guérir du trouble de stress post-traumatique ?
"Le bout du tunnel" ! Comment guérir du trouble de stress post-traumatique ? - © Tous droits réservés

Largement sous-diagnostiqué, le trouble de stress post-traumatique (TSPT) affecte non seulement les soldats et les victimes de la guerre ou d'agressions, mais aussi des policiers, ambulanciers, pompiers, médecins et travailleurs sociaux qui, dans le cadre de leur métier, doivent affronter l'horreur au quotidien.  Daniel Dufour a élaboré une approche permettant de libérer les émotions bloquées au moment du traumatisme, ce qui prévient l'apparition de troubles secondaires.

Se libérer de sa colère pour re-vivre du bon côté !

On est tous des profils à risque - tout le monde peut effectivement développer un trouble à stress post-traumatique. Cela peut arriver à chacun d'entre nous. 

On peut aussi avoir vécu directement ou indirectement un événement et développer un trouble post-traumatique même si on n'a pas été la victime "directe". Etre témoin suffit parfois ! 

Les 4 symptômes  : les évitements - les réminiscences (une remontée d'une partie de l'événement) - l'engourdissement (la personne perd intérêt à vivre - s'isole) - le stress (difficulté à s'endormir - une très grande vigilance - ...)

Toute personne à la capacité de s'en sortir ! Il faut cependant retourner à la source du trauma. Retourner à cette émotion de tristesse, de colère, de frustration, de contrariété ... Revenir sur notre ressenti pour libérer cette énergie en nous qui nous bloque.  

Il faut remonter aux causes et dans un cabinet de généralistes on n'a pas forcement le temps de le faire, d'aller au bout des "pourquoi".

Sortir sa colère est essentiel, ne pas retenir cette énergie bloquée en nous, c'est ça la clef !

 

Revenons à ces émotions de l'enfance ou quant à lui, l'enfant crie spontanément, sort sa colère, sa tristesse, ... Adulte on retient tout et du coup le corps en tombe malade !

Fatima évoque son trouble post-traumatique à la suite du décès violent de son mari. Un accident de travail virulent - une chute de plusieurs étage. 

Je ne parviens pas à oublier - c'est comme si c'était hier !

Etre mal comprise par mon entourage, c'est difficile. Même si cela fait 11 ans que cela s'est passé pour Fatima c'est comme si c'était hier. 

Joëlle a été hospitalisée dernièrement et en urgence pour la première fois. 

"Dans la tête, ça va pas du tout" ! "je revois perpétuellement la même situation" - "je n'ai plus envie de rien" !

Ce fut un moment de colère pour Joëlle - une colère dont elle n'a rien fait.

L'idée c'est : que puis-je faire de cette colère - de cette énergie bloquée en moi ? 

Marie aborde douloureusement son choc post-traumatique à la suite du génocide de 1994.

Comment peut-on en guérir ? 

Daniel Dufour évoque telles circonstances et toute l'importance de s'autoriser à sortir sa colère, on est souvent réprimandé pour tel type de comportement. La culpabilité des survivants et leur ressenti est souvent mis sous silence. 

La colère est quelque chose de naturel et dont on doit revendiquer le droit !

"On ne va pas vous demander d'être positif sans avoir nettoyer d'abord ce que vous avec vécu - vos émotions. "

 

L'approche OGE ! A l'inverse de l' EGO...

Une personne s'accompagne elle-même - La force, la volonté est en nous. 

On doit repasser par soi-même pour retrouver son autonomie.  La présence du mental dans notre corps nous joue des tours. Aller à l'envers de l' Ego est revenir dans le moment présent en ayant nettoyé les émotions néfastes en profondeur. 

Crier pur crier, ça sert à rien. Il faut que ce soit relié à l'émotion du moment, au vécu, au ressenti. 

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK