La vie du bon côté

Du lundi au vendredi de 13:00 à 14:30 sur Vivacité

Plus d'infos

L'aliénation parentale... Comment s'en sortir !

lvdbc
lvdbc - © Tous droits réservés

Comment aider l'enfant à survivre quand ses parents se déclarent la guerre ? Quelles sont les principales conséquences de ce dérèglement du lien sur le jeune ? Comment adopter des attitudes parentales adéquates ? Comment les adultes doivent-ils s'y prendre pour permettre à l'enfant de ne pas éprouver de culpabilité ?...

"Polo le lapin se bouche les oreilles" - Le livre de Bruno Humbeek sensibilise au phénomène de l'aliénation parentale et aux solutions possibles...

On parle de LIENS toxiques... Sortir de l'aliénation c'est sortir de ce lien néfaste. Il est beaucoup de souffrance qui en résulte.  Il faut éviter le fait de considérer les gens comme étant toxiques mais bien le Lien. 

Les caractéristiques de l'aliénation mentale...

C'est un processus qui souvent s'instaure avant la séparation, un processus de "victimisation". On fait de l'enfant un témoin de surcroît. Il y a un marchandage qui se met même en place tout seul bien souvent - l'enfant soutient généralement celui qui souffre le plus. Le "fautif" va être identifié par la loi notamment. On met en présence quelqu'un qui souffre alors que l'autre s'épanouit. "Papa a laissé maman seule parce qu'il a rencontré une autre !". On diabolise l'autre.

L'enfant est pris à témoin... pour - comme témoin !  "La petite voit que tu me frappes", "tu imagines ce que la petite est entrain de penser de toi ? " - "demandes à la petite ce qu'elle pense de toi"! ... L'enfant devient acteur, il devient un argument même et plus encore, l'enfant intègre le fait que la violence est une manière d'entrer en relation avec l'autre ! Tout comme dans les cas de maltraitances ... Imaginez les dégâts !

L'enfant devient arbitre devant deux joueurs qui pour lui et dans sa tête forment toujours la même équipe ! 

L'enfant doit être autorisé à se mettre à l'écart. Les adultes règlent ça entre eux sans prendre à parti l'enfant. Une discussion a en sa source le fait que la personnes veut changer le point de vue de l'autre. Le dialogue ouvre au respect & à l'écoute de chacun. 

Avoir un espace extérieur où l'enfant peut parler de ses émotions, de sa réalité est bénéfique : "pourquoi as-tu peur?" - "qu'est-ce qui te rend triste?" - ... L'enfant va pouvoir exprimer - sortir ses émotions. 

Et ces fantômes dans le placard ? Ce n'est pas parce qu'on se tait que cela va aller bien. Le non dit véhicule les maux, les ressentis, ... Donner une explication n'est pas faire une accusation , c'est si différent !!  : j'ai pris cette décision là parce que ...: on n'accuse pas l'autre. Les non-dits laissent place à l'activation des fantômes et l'aliénation touche tout le monde : celui qui a choisi de partir, celui qui reste, le nouveau conjoint, ... tout le monde !  Et les séquelles peuvent être pluriels.  Le témoignage de Rita évoque ce phénomène en raison des non-dits !

Le problème pour l'enfant n'est pas l'émotion de tristesse par exemple mais bien le fait qu'il va devoir se maintenir en tel ressenti selon lui ! 

Les solutions adaptées...

La peur du mot "aliéné" est bien réelle - l'aliéné, c'est le "fou" - ... Or, c'est une relation - un lien qui est toxique. Tout ce qu'on voit on l'interprète, on l'intègre et on le développera plus tard !  Il faut conscientiser pour permettre la lucidité, ouvrir des espaces de dialogue, de paroles, de confidences, ... pour trouver un équilibre. Dans les relations toxiques, la seule personne qui ne risque pas d'être intoxiquée, c'est le psy, le tiers... Le professionnel va recevoir l'émotion de l'enfant sans en être INTOXIQUé !!!! 

On est dans l'explication rationnelle mais on est aussi et surtout dans l'émotionnel. Chaque enfant va interpréter les choses singulièrement. C'est l'émotion qui crée nos opinions et pas l'inverse !!! Chaque enfant va avoir une émotion différente vis-à-vis de la situation et donc les opinions vont se différencier aussi. La "contenance" émotionnelle peut être donnée par un professionnel et s'avère souvent utile. 

Le conflit de loyauté... L'enfant devient arbitre devant deux joueurs qui pour lui et dans sa tête forment toujours la même équipe !

Chez le psy... Recevoir le parent et l'enfant en même temps. Chacun entend ainsi l'état émotionnel de l'autre. C'est dit, c'est exprimé. Je suis triste parce que tu es triste, ... J'ai peur, je suis inquiète parce que , je suis en colère contre papa, ... Transformer l'état d'âme en émotion est essentiel. Aller vers cette émotion pure démêlée de ces états d'âme.  

Les conséquences de l'aliénation ce sont les pathologies de lien qui induisent de l'anxiété : ai-je le droit ? puis je m'autoriser à ... Dire à l'enfant : "tu peux te mettre hors conflit", "tu peux être en dehors de ça... joues, ... " Prescrire des positions de retrait à l'enfant oui c'est bien. 

Une émotion se traduit en état d'âme quand on y met des contenus cognitifs .. Çà se maintient dans le temps et s'exprime alors en mode ressentiment. On peut travailler tels ressentiments pour reprendre la vie du bon côté ! L'optimisme ... ça va pas être facile mais on va y arriver ! Ce n'est jamais trop tard... On peut tutoriser, considérer que ce qui est traumatique, on peut en sortir et pas nécessairement en étant abîmés. 

Polo le lapin se bouche les oreilles. 

 

Les commentaires des auditeurs en image...

Carine relate son histoire et notamment ce moment où elle a expliqué à sa petite fille de 4,5 ans comment cela se passerait pour elle et chacun des membres de la famille. 

Sandra évoque sa séparation et le fait que de concert avec son ex mari, ils ont décidé communément de ne rien dire de mal sur l'autre pour aider leur enfant. 

Rita évoque les séquelles pluriels malgré la volonté de ne pas faire de tort. Plus on se tait plus on laisse les fantômes s'activer. Expliquer n'est pas accuser ! 

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK