La vie du bon côté

Plus d'infos

L'accumulation d'objets peut-elle vous nuire ?

vbc212
6 images
vbc212 - © Deagreez - Getty Images/iStockphoto

Ann Van den Hautte, Psychologue et Coach en rangement et organisation d'intérieur, elle aborde avec nous la question des troubles compulsifs de l'accumulation; les TAC. Ce sont des troubles pathologiques qui rendent la vie difficile pour les personnes qui en souffrent. 

Un trouble a ne pas prendre à la légère, en général, l’accumulation est un signe, un symptôme d’une pathologie plus ou moins profonde et c’est loin d’être de la fainéantise. Il ne suffit pas tout jeter, de nettoyer pour se débarasser du problème, c’est souvent même bien pire après.

Les TAC... Une pathologie non consciente

Chez soi, on accumule des choses à gauche, à droite, on procrastine un peu mais vient un moment où l'accumulation peut être le reflet d'une pathologie. On ne la conscientise pas forcement. Il est des comportements qui sont en jeu et qui se chachent derrière ce type de comportement. On accumlule dans un garage, dans un grenier, on investit les lieux de vie même, ... La dite "fainéantise" n'est plus la raison de cette situation, le mal est bien plus profond et non conscient. 

Les symptômes

Les acheteurs compulsifs sont des personnes qui ont besoin généralement de se faire plaisir mais bien au-delà du comblage du petit coup de blues qui nous pousse à un achat. Là, le comportement devient récurrent, il s'installe, se fige et entraine une accumulation chez soi à un point tel que la personne peut envisager même de louer un garage supplémentaire ou d'autres espaces pour y stocker ses achats. On arrive parfois même à des situations où la personne ne sait plus accéder à sa salle de bain, à son lit, .... cela prend toute la place, cela envahit la vie. Les accumulations sont conséquentes. 

Il est pour ces personnes des difficultés à se séparer des objets. Et cela va bien au-delà du simple sentiment que l'on met sur cet objet et qui  rend la séparation un peu pénible. Non c'est bien au-delà de ça... La personne va aller jusqu'à conserver tous les tickets de caisse, tous les anciens magazines, ... Il y a vraiment de la DOULEUR derrière ce comportement là. L'idée de se défaire des objets est insupportable - impossible. 

S.O.S. détresse...

Ce type de pathologie ne se traite pas de façon radicale. 

On pense parfois bien faire en se constituant petite fée du logis et en venant en aide à la personne. Mais, que du contraire... Faire le vide, tout ranger, tout vider, nettoyer, ... ne résoudra pas le problème en soi. Il peut même engendrer de la culpabilité chez la personne qui de toute façon continuera à assouvir son besoin, à faire montre de l'expression de sa pahtologie par la force des choses. Ce type d'entraide peut même avoir des conséquences dramatiques pour la personne qui souffre de ces TAC.

Traiter la SOURCE du problème...

C'est là la seule façon d'agir... s'adresser à des spécialistes car cela doit se faire tout en douceur, c'est un travail de longue haleine. 

On essaie alors de comprendre pourquoi la personne accumule des affaires, des achats ou même des déchets.

Aller à la SOURCE du problème est la seule façon d'inviter à re-prendre la vie du bon côté. 

Ann Van den Hautte, psychologue et coach en rangement 

"L’habitation et l’humain ont toujours occupé une place prépondérante dans ma vie.

Depuis toujours, je range.  J’ai le souvenir qu’enfant, lorsque j’avais besoin d’éclaircir mes idées, ranger ma chambre me suffisait déjà pour envisager ma vie sous un autre jour.  C’était comme si j’ouvrais une fenêtre pour y faire entrer de la fraîcheur, de la lumière …

En tant que licenciée en psychologie clinique et systémique (UCL), j’ai travaillé dans différents services sociaux liés au logement.  Cette expérience professionnelle a conforté ma conviction qu’un intérieur organisé à la juste mesure de chacun contribue fortement au bien-être des personnes qui y habitent.

Il y a quelques années, j’ai découvert le home organising et constaté que c’était une véritable profession.  Ce fut une révélation !  Il était donc possible de concilier mes deux passions : venir en aide aux personnes par le rangement.  La reconversion était une évidence, mais elle ne fut pas simple.  Il aura fallu que je passe par un burn out professionnel puis familial et d’autres difficultés pour admettre que oui, là était mon chemin de vie."... Ann Van Den Hautte

 Le site de la psy du logis en un clic

Tous les jours... Prenez la vie du bon côté

Du 100% digital… Du lundi au vendredi sur Vivacite.be, Sylvie Honoré vous propose le podcast du jour ; votre rendez-vous Bien Etre en présence d’un expert en développement personnel.

- La vie du bon côté, c’est aussi un second rendez-vous quotidien dans l’émission "VIVRE ICI" dès 14h15.

- Mais La Vie du bon côté, c’est surtout tous les jours, quand vous le voulez du matin au soir, en podcast et dans la bonne humeur sur Vivacite.be

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK