La vie du bon côté

Plus d'infos

Comment sortir d’un traumatisme de manière douce et progressive ?

90 % de notre population adulte est, ou sera, soumise dans sa vie à des traumatismes graves, de types accident, agression ou catastrophe. Dans ce podcast, Gérald Brassine, psychothérapeute spécialisé dans les traumas et Philippe Bétourné, thérapeute pour les états traumatiques, sont les invités de Sylvie Honoré.

Comment définir les états de stress post-traumatiques ?

Les états de stress post-traumatiques, c'est ce qui se produit à cause d’un incident traumatique, c’est-à-dire un choc émotionnel, physique ou autre.  A ce moment-là, on se retrouve instantanément dans un état modifié de conscience, en hypnose.  C’est notre cerveau qui nous protège.  Immédiatement, il va développer des phénomènes hypnotiques qui seront différents d'une personne à l'autre, explique Gérald Brassine.

Ce sont des phénomènes hypnotiques habituels qui nous protégent, par exemple lorsque nous subissons un choc lors d'un accident de voiture ou d'une agression, nous pouvons nous retrouver anesthésié.   Ce sont vraiment des phénomènes naturels qu’on a appelé hypnose.  Malheureusement le mot " hypnose " fait peur car il fait penser à ces hypnotiseurs de foire, ou autres qui font croire qu’on est soumis à quelqu’un.  Il n’en est évidemment rien. 

Ce qui se passe lors d'un choc traumatique, c'est qu'on va se retrouver protégé pendant un certain temps et puis les phénomènes hypnotiques qui sont apparus très puissamment et qui nous ont accompagnés se réveillent au moment où quelque chose nous rappelle à nouveau l’incident.

L'EMDR, qu'est-ce que ça veut dire exactement ?

EMDR  (Eye Movement Desensitization and Reprocessing), soit désensibilisation et reprogrammation par mouvements oculaires.

Des études scientifiques ont montré la surprenante efficacité de l'EMDR pour les victimes d'état de stress post-traumatique.

Ses principes ont été découverts par hasard en 1987 par Francine Shapiro, alors doctorante en littérature. Suite à la rémission de son cancer, elle avait des pensées angoissantes et anxiogènes.  Elle s'est rendu compte qu'en balayant ses yeux de gauche à droite, ça diminuait intensivement, explique Philippe Bétourné.

Comment bouger les yeux de gauche à droite et de droite à gauche peut-il aider à surmonter son anxiété, voire un traumatisme ?

Il s’agirait d’un processus analogue à celui du sommeil paradoxal qui contribuerait à transformer le mode de stockage de nos souvenirs d’un hémisphère cérébral à l’autre, à désamorcer leur charge émotionnelle pour en faire des épisodes plus facilement verbalisables, et dégagés de leur contexte initial. 

On travaille à désensibiliser ce qui se passe dans un trauma en axant sur ce qu’on appelle une approche bifocale, à la fois le corps et les émotions.  On réduit très drastiquement les émotions et la douleur dans le corps.  On revisite le trauma dans des circonstances différentes, surtout si se sont des traumas complexes, ça veut dire des traumas qui ont des répétitions, des conséquences jusqu’à aujourd’hui et qui sont très anciens.

L’EMDR ça peut marcher sans mouvements oculaires ?

On peut faire le mouvement des yeux mais il y a également le tapping (les tapotages avec les doigts sur les genoux ou bien les " ailes de papillon " sur les épaules du moment qu’on fait passer de gauche à droite, droite gauche, etc. Le cerveau va retraiter de lui-même les informations qui sont enkystées. Souvent dans le siège de la peur, où il y a notamment toute la partie amygdalienne qui gère les peurs naturelles dans les émotions, les peurs sont bien connues, donc il faut libérer ces peurs parce que derrière il y a des phénomènes qui sont encore sous-jacents.  Mais la reviviscence est quelque chose qu’il faut aborder prudemment, explique Philippe Bétourné.

Les 8 étapes de la thérapie EMDR

  1. Diagnostic et planification : la première phase de la thérapie consiste à s'assurer que l'EMDR est un traitement adapté au patient. Un aspect de cette évaluation concerne la capacité de la personne à faire face aux souvenirs de l'événement traumatisant qui seront ravivés pendant la thérapie. Le thérapeute prépare alors avec le patient un plan de traitement.
  2. Préparation et relaxation : le thérapeute doit ensuite préparer son patient à l'EMDR en lui expliquant le déroulement de la thérapie. Il s'assure que le patient maîtrise quelques techniques de relaxation et est capable de contrôler les émotions succédant à une expérience désagréable.
  3. Évaluation : la phase suivante permet de déterminer les souvenirs qui feront l'objet du traitement. Pour chaque événement traumatisant conscient ou chaque situation anxiogène dans le présent, liée à un événement traumatisant, conscient ou non, le patient doit choisir une image qui représente l'événement ou la situation, une idée négative associée à l'événement (" cognition négative ") et une idée susceptible d'élever l'estime de soi (" cognition positive "). Le patient évalue alors la validité de l'idée positive sur une échelle numérique. Il associe également l'image anxiogène et l'idée négative et évalue l'ampleur de sa détresse sur une échelle numérique. Cette détresse émotionnelle se traduit par un malaise physique qu'il est invité à localiser sur son corps.
  4. Désensibilisation : le patient continue à penser à l'image traumatisante et à l'idée négative alors que le thérapeute lui demande de suivre avec les yeux un point lumineux qu'il déplace dans l'espace. D'autres stimuli (bruits successifs à gauche et à droite, claquement des doigts, stimulation tactile, etc.) peuvent être également utilisés lors de cette phase. Le patient est encouragé à suivre les associations mentales qui se font naturellement pendant cet exercice et ce sont ces associations progressives qui sont censées être au cœur du traitement, par exemple en ramenant à la conscience des événements oubliés. Cette phase du traitement continue jusqu'à ce que le patient évalue sa détresse sur l'échelle introduite lors de la phase précédente.
  5. Ancrage : la phase suivante vise à associer l'idée positive à ce qu'il reste du souvenir de l'événement traumatisant. Quand l'évaluation de la détresse atteint 1 ou 0, le thérapeute demande au patient de penser à l'objectif fixé en début de séance. Les mouvements oculaires continuent jusqu'à ce que le patient évalue la validité de la cognition positive à 6 ou à 7 sur la première échelle utilisée durant la phase 3. Les étapes 3 à 5 recommencent à chaque séance pour une nouvelle image traumatisante.
  6. Bilan corporel (body-scan) : le patient garde à l'esprit l'événement traumatisant et l'idée positive à laquelle il a été associé durant la phase précédente et passe en revue systématiquement ses sensations corporelles. Le but de cette phase est de repérer des " tensions " ou des " sensations négatives " qui subsisteraient et d'aider à les dissiper toujours à l'aide de séries de mouvements oculaires.
  7. Conclusion : à la fin d'une séance, le thérapeute doit faire en sorte que son patient se trouve dans un état émotionnel stable que le traitement soit terminé ou non. Il prépare également son patient à réagir correctement (relaxation, etc.), au cas où le souvenir de l'expérience traumatisante surgirait entre les séances.
  8. Réévaluation : au début de la séance suivante le thérapeute demande au patient de repenser au but fixé lors de la séance précédente. En fonction des réactions du patient, il évalue l'effet de la thérapie et adapte son déroulement en conséquence. Vers la fin de la thérapie, le patient est invité à tenir un journal concernant les souvenirs travaillés pendant les séances et les associations qui lui viennent à l'esprit en dehors des séances.

Source Wikipédia

Est-ce que la reviviscence est aussi une façon d'endormir le cerveau ?

Gérald Brassine explique que le trauma ce n’est pas ce qui s’est passé il y a 10, 20, 30, 40 ou 50 ans.  Le trauma c’est l’enregistrement de celui-ci.  Et c’est pour ça qu’on peut avoir un accès extrêmement rapide sur ce trauma.  La reviviscence est un terme un peu barbare pour dire que quelqu’un est replongé instantanément dans le souvenir et qu’il le revit.  On va à la fois se rapprocher du souvenir, on va aider la personne à retrouver le souvenir mais il ne doit pas être replongé dedans parce que sans ça il va très mal.  Et c’est ce dont les personnes ont le plus peur. 

Beaucoup de personnes qui vont en thérapie ont oubliés le trauma ou font de grands efforts pour essayer de ne pas en parler parce que ça fait tellement mal qu'elles savent très bien que si elles replongent dans ce qu’on appelle la reviviscence, elles vont aller mal pendant des jours et des jours ou parfois plus... C’est là que l’approche doit être vraiment délicate. En PTR (Psychothérapie du Trauma Réassociative) qui est une manière hypnotique de travailler, on va aider la personne à aller doucement et de manière bien protégée avec les phénomènes hypnotiques d’anesthésie de dissociation qui permettent d’aller retrouver ce souvenir et d’aller le déconnecter, l’insensibiliser.

Qu'est-ce que l'Hypnose conversationnelle stratégique-PTR ?

Il s’agit d’une hypnose dans laquelle patient et hypnothérapeute conversent et où le patient est invité à prendre une part active dans le processus de sa guérison. Cette manière de pratiquer l’hypnose et développée par Gérald Brassine est inspirée des travaux de M.H. Erickson et de Kay Thompson. Elle permet au thérapeute de travailler en étant, à tout instant, le plus proche possible des besoins du patient tout en le protégeant, par exemple, de reviviscences et autres douleurs possibles en séance.

Dans bien des cas, une situation d’hypnose profonde en découlera, avec apparition et développement d’un processus autonome de guérison spontané qui, en ligne droite de l’inconscient, servira à remplacer les fonctionnements pénibles du patient.

Avec l’hypnose conversationnelle stratégique, thérapeute et patient collaborent véritablement afin de désensibiliser les éléments passés douloureux, émotionnellement ou physiquement, et soignent les symptômes qui en découlent : flashbacks, cauchemars, perte d’estime de soi, dépression…et maladies psychosomatiques pour lesquelles elle est particulièrement efficace !

Au sein de cette hypnose, le sujet n’est donc pas endormi, " passif " ou " absent ". Au contraire, avec l’aide de l’hypnothérapeute, il reprend le contrôle sur ses symptômes physiques (régulés par le système nerveux autonome) ainsi que sur les images qui l’envahissent et les émotions associées.

En contact permanent, grâce au dialogue instauré, patient et thérapeute construisent une situation hypnotique confortable, sécurisante et égalitaire dans laquelle chacun apprend et exécute sa tâche en regard du type de trauma à désensibiliser, de la douleur psychosomatique à transformer…

L'EMDR et l'hypnose sont reconnues mondialement par de nombreuses institutions comme les deux thérapies du trauma et du stress post-traumatique et depuis 2013 par l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé).

L’EMDR : https://emdr-belgium.be

Philippe Bétourné

Thérapeute - Coach de vie

Il vous accompagne et vous guide entre autres pour :

  • Retrouver une bonne santé
  • Mieux traverser une période de deuil
  • Réorienter votre activité professionnelle
  • Vivre heureux en couple

Plus d'infos ICI

La vie m’a appris et j’ai appris de la vie. Devenu résilient j’ai franchi de nombreux obstacles et fais face à de nombreux challenges.

Gérald Brassine

Psychothérapeute - Fondateur de l’IMHEB - Auteur de la PTR

Développeur de l’hypnose conversationnelle stratégique

Fondé en 1984 par Gérald Brassine, l’imheb fut le premier institut Milton H Erickson en Belgique. Toujours actif dans la recherche et le développement de la thérapie brève avec hypnose, l’imheb a fait évoluer la pratique de l’hypnose thérapeutique vers une hypnose active dans laquelle le patient apprend à utiliser ses propres ressources.

Envie d’en savoir plus ? Ecoutez notre podcast sur AUVIO

 

 

Tous les jours, prenez la vie du bon côté

Du 100% digital… La Vie du bon côté, c’est tous les jours où vous voulez et quand vous le voulez en PODCAST sur Vivacite.be, sur auvio, sur spotify, sur votre smartphone ou votre iPhone via l'application podcast. Sylvie Honoré vous invite à ce rendez-vous Bien-Etre et Santé en toute convivialité, en compagnie d’hommes et de femmes au parcours inspirant, qu’ils soient thérapeutes, spécialistes du bien-être ou simplement acteurs de leur vie. 

 



Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK