La vie du bon côté

Plus d'infos

Comment réussir le défi de la famille recomposée ?

Avec l'augmentation des divorces, la famille recomposée devient un modèle fréquent. Comment avez-vous réussi cette aventure compliquée pour que chacun s’épanouisse dans sa nouvelle tribu ? Comment préservez-vous votre couple et son intimité ? Quels liens entretenez-vous avec les enfants de votre partenaire ? Etes-vous d’accord sur les règles éducatives ? Dites-nous comment chacun a trouvé sa place ! Nous attendons vos témoignages avec Sophie Mercier, thérapeute.

On ne choisit pas sa famille et encore moins sa famille recomposée ! Ah cette nouvelle tribu sans aucun lien de sang appelée à coexister... Pas toujours facile d'autant que les fantômes du passé s'invitent parfois en cette nouvelle circonstance. L'amour ne peut pas tout solutionner, il est des choses à mettre en place... Quels ont été vos défis à relever, qu'avez-vous entrepris pour faire rayonner la vie du bon côté ? 

La famille recomposée c'est le choix des adultes à la base et pas celui des enfants !

Le parent qui n'est plus là et qui peut être en souffrance peut induire le fait qu'il soit difficile pour les enfants de s'impliquer dans la nouvelle cellule "familiale", c'est culpabilisant.  

La notion de territoire... Quand on recompose une famille on intègre un nouveau lieu à partager avec des personnes qui ne sont pas de la "famille". L'intimité des parents, du nouveau couple est battit sous de nouvelles règles qui peuvent créer des interrogations auprès des enfants sur ces territoires à partager. Il est de nouvelles règles à cerner, à comprendre, à cautionner, ... L'aménagement de l'espace en commun doit se faire à nouveau en fonction de tout un chacun.  Trouver sa place est important que ce soit dans le nouvel espace mais aussi dans le nouveau rôle que l'on intègre des suites de la nouvelle situation.  Je deviens un "beau-père, une belle-mère", des enfants issus de différentes unions se trouvent être en présence les uns avec les autres en un même espace, ... 

Une nouvelle structure vient prendre place et cela demande de franchir des phases. L'ancienne structure n'est pas à jeter totalement, on intègre cependant une nouvelle structure. 

Il faut être "guéri" de son passé pour s'ouvrir pleinement et accueillir sa nouvelle vie. Il y a des bonnes séparations, des personnes qui partent en paix. Les ex peuvent se côtoyer sans se crêper le chignon. Un parent heureux fait un enfant heureux. 

Et si on signait une charte ? Celle de la coparentalité. Et pourquoi ? ... Il est parfois des situations qui peuvent se dénouer, s'adoucir tout au moins en établissant les règles par l'intermédiaire d'une charte à laquelle chacun se doit d'adhérer. Un document qui facilite la vie du bon côté.  

La charte de la coparentalité ... si les ex parents ne s'entendent pas du tout. Pour apaiser les tensions entre les ex et les enfants aussi, on propose cette charte. Il faut sortir du "conjugal" pour se mettre dans le "parental". 

"Il peut rester tu sais maman"... Ah quand ça vient des enfants, c'est encore mieux. L'enfant "approuve" spontanément le fait que maman aie un nouvel homme dans sa vie. Aussi le sentiment de "sécurité" est manifesté, présent sans quoi cette proposition ne serait pas émise. 

Les parents géniteurs sont et restent les parents éducateurs des enfants. Même absent comme évoqué dans le témoignage de Ludo, il en est ainsi. Le beau-père ou la belle-mère peuvent parfois par amour vouloir combler le manque d'amour ou se substituer au parent éducateur mais cela reste l'enseigne du géniteur. Sauf si ce dernier en donne son approbation - en fait la démission ! 

Les noms et surnoms... Il faut faire appel au bon sens et à la créativité. On n'appelle pas "papa" le nouveau compagnon de maman, quel surnom lui donner alors ?  On en parle ensemble, cela contribue à définir la place de chacun et puis il est des surnoms tout mignons !  Les termes de "1/2 frère - soeur" n'est pas toujours top, soyez inventifs et trouver le bon petit surnom qui fera plaisir à tous. 

Les commentaires des auditeurs en image...

Pour Anne, c'est une famille recomposée depuis 8 ans avec 5 enfants de 7 à 14 ans. Elle et son nouveau compagnon ainsi que les enfants respectifs ont pris le temps de se "familiariser" ! Le respect de la place de chacun est essentiel selon Anne. 

Ludo lui arrive dans la vie de sa nouvelle compagne qui a 2 enfants dont un nouveau né. Il est papa-papou ! Le père géniteur étant absent, Ludo devient du coup un peu le papa de substitution. L'amour n'est pas selon les liens du sang visiblement. 

Melissa vit en famille recomposée depuis 20 ans. Elle était elle-même issue d'une famille recomposée, son mari avait déjà des enfants mais voilà, cela fait 20 ans qu'ils vivent heureux et eurent beaucoup ... enfin... un enfant issu de cette union ! 

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK