La vie du bon côté

Du lundi au vendredi de 13:00 à 15:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Comment notre relation aux autres nous révèle-t-elle à nous-même ?

Comment notre relation aux autres nous révèle-t-elle à nous-même ?
Comment notre relation aux autres nous révèle-t-elle à nous-même ? - © Tous droits réservés

Avez-vous remarqué que vos relations ont le don de venir vous titiller là où c’est sensible ? Vous pourriez facilement croire que vos proches sont responsables de votre mal-être ou de ce qui vous fait réagir. Avez-vous déjà essayé de transformer vos contacts ? Cela ne fonctionne pas ? Avec Pascal Hastir, expert en pleine conscience, cherchons à comprendre ce qui est à l’origine de la souffrance dans les relations. Comment trouver enfin la sérénité à laquelle vous aspirez tant… ?

"L'enfer c'est les autres !"...

Et oui on croit bien souvent que l'autre est responsable de notre mal-être et pourtant ... 

Comment trouver la sérénité à laquelle on aspire tant ? On traverse souvent des situations d'impuissance. Mais qu'est-ce qui réagit en moi, malgré moi ? Comment se fait-il que ce soit si compliqué ? Il suffirait que l'autre fasse comme moi et tout irait bien non ? La seule personne au monde qui peut comprendre ce qui est important pour moi... C'est moi ! Faire connaissance avec ça, avec ce fait là est important. Nos relations mettent le doigt là où on a besoin de regarder. Les clefs sont en nous...  

Observer ce qui se passe en nous quand on est en relation avec les autres est riche d'enseignements.

1° Faire un bilan de sa relation aux autres, faire un temps d'arrêt & observer - voir ce qui nous titille. C'est une occasion de reconnaître ce qui réagit en nous plutôt que de dire simplement "ça m'énerve, je suis triste quand j'entends ça, ...." On analyse son propre RESSENTI.=> pourquoi suis-je triste ou en colère ? En reconnaissant cette partie en nous on n'est plus dans "je suis en colère, ..." - on est présent à ça

Ramener notre attention dans le corps pour ressentir ce qui se passe en nous. Quand je suis en colère, ça prend toute la place. Quand je reconnais cela qu'il est quelque chose de tendu, d'énervé en moi je peux reconnaître que c'est une partie de moi et non pas tout mon corps. Je ne suis plus pris dedans, il est de la place à d'autres choses.

Essayer de "localiser" votre ressenti. Je ressens quelque chose en moi qui est triste... Où dans mon corps, dans quelle partie distincte ? On peut alors ressentir aussi tout le reste qui n'est pas au prise avec cette sensation, dans cette énergie  - On peut du coup être "moins pris dedans" !

Si je suis blessée, triste en colère, ...  c'est que ça me ramène à quelque chose qui a été blessé en moi par le passé.

Il ne faut pas passer de "c'est la faute de l'autre" à "c'est ma faute" ... Non, c'est une question d'accueillir le pouvoir qui est en nous de transformer les choses, ça NOUS APPARTIENT. On devient RESPONSABLE pour retrouver un état intérieur plus serein, harmonieux. C'est une bonne nouvelle non ? Tout est ainsi possible, il ne tient qu'à nous ! 

Il n'est jamais trop tard pour prendre conscience de ce qui s'est passé, pour comprendre pourquoi on a été "hors de soi" ! Cette façon d'être en lien avec soi permet de se repositionner. Je deviens présent à l'émotion et ne suis plus ainsi HORS de moi mais bien en présence. L'indispensable étape pour pouvoir alors se repositionner - et pour communiquer à l'autre pourquoi cela a réagit comme cela en moi. 

Se sentir en paix en soi est bénéfique avant de réagir avec l'autre - de communiquer avec lui. 

Ne plus être pris dans le feu de ce qui réagit - c'est un entrainement en soi. On peut reconnaître qui on est ce qui permet de grandir en conscience. On se réduit souvent à ce qui réagit en nous : "je suis sensible", "je suis...". C' est des PARTIES de nous mais ce n'est pas NOUS ! Nous ne sommes plus résumé à cette partie de nous !

On s'épuise à vouloir être entendu ! 

Notre état intérieur ne doit plus dépendre de l’extérieur. Notre état intérieur est tellement dépendant de ce que pense l'autre, de ce qu'il dit... On veut tout contrôler- tout "accorder" - "être reconnu et entendu", ...  : quel épuisement ! 

Les autres ne sont pas toujours disposés non plus à entendre ce qui est important pour nous. L'idée serait de reconnaître ça - pourquoi de façon récurrente je suis blessé(e) de ne pas avoir cette reconnaissance de l'extérieur. Reconnaître cette partie de nous qui n'est pas reconnue, pas entendue, reconnaître le fait d'être nié dans sa vérité alors ... Prêter notre oreille à ce que l'on ressent. Pourquoi dois-je tant être "entendu(e)" ? 

Derrière ça il est des peurs ! J'ai besoin d'être entendue, de tout faire pour les autres et malgré mes efforts il y a encore quelque chose qui ne fonctionne pas... Comment va aller le monde ? Comment "VAIS-JE ALLER ? ... Derrière ça il est une souffrance, des peurs comme celle que tout le monde ne soit pas heureux, que je ne sois pas heureux ou entendu. Qu'est-ce qui va arriver si tout le monde ne va pas bien ? On s'épuise à vouloir tout contrôler - on voudrait que tout le monde aille bien pour aller bien nous-même ! 

"Peu importe ce que l'autre me dit et peu importe la façon dont il me le dit, il parle toujours de lui...

Peu importe ce que je dis aux autres et la façon dont je m'adresse à eux, ... Je parle toujours de moi !" 

Pascal Hastir - sa page facebook

Les commentaires des auditeurs en image...

Samuel souligne cette faculté à être "RESPONSABLE" - La réponse est effectivement en nous, nous sommes responsable de ce qui se passe. 

Frédérique est adepte de l'introspection - un cadeau à soi pour ne plus se laisser envahir totalement par les maux. Changer son regard sur les choses. Cette attitude lui a permis de se repositionner différemment ! 

Rachel ne se sent pas entendue - "je suis épuisée de me justifier, d'expliquer, ...". Une blessure très présente. Pascal Hastir aborde cette blessure et cette non reconnaissance issue de l'extérieur .