La vie du bon côté

Plus d'infos

Comment les émotions sont-elles vues par la société ?

En Occident, les émotions dérangent. Nous sommes amenés à les réprimer. Ce n’est pas bien d’exprimer ses émotions en public et en société. Pourquoi est-ce mal vu de manifester ses émotions ? Pourquoi pointe-t-on du doigt les gens qui affichent leurs émotions ? Pourquoi dit-on qu’ils sont trop sensibles ? Nathalie Mercatoris explique que les émotions ressenties, c’est ce qui nous rend "humain" ! N’est-il donc pas nécessaire de se connecter à ses émotions ?

Les émotions sont une porte vers soi-même...

 ... Pour se connecter à soi et comprendre comment on fonctionne. C'est notre boussole intérieure. 

Pourquoi devoir toujours ravaler nos émotions ? 

Selon la croyance, elles nous empêchent d'être productif, d'être présent - on craint qu'elles prennent toute la place, or c'est tout le contraire. Il serait heureux de s'intéresser un peu aux émotions des employés dans leur milieu professionnel. Veiller à ce que la personne se sente bien au coeur de la société pour qu'elle soit productive est de tout bon sens !

Le Bien-Etre est à la mode... On veut se sentir bien dans sa peau mais on ne va pas voir finalement ce qui se passe au plus profond de nous pour cheminer vers un réel mieux-être. 

Les émotions nous parlent de nous, elles sont constantes. Les écouter est très positifs et important - elles reflètent ce qui se passe dans notre corps, notre esprit. Elles nous envoient un voyant rouge si besoin comme pour nous aviser d'un burn-out, de crises d'angoisse, ... 

La colère, la peur, la tristesse et la joie sont les 4 émotions de base. Chacune sont utiles, importantes. 

Le travail de connexion authentique...

Les émotions permettent d'apprendre à se connaitre - il est 5 clés pour une connexion authentique : c'est le SEBBA

"S" - le Stop pour sortir de la situation, prendre du recul

"E" - Emotion - on se connecte alors à ses émotions, on mets des mots dessus. "comment je me sens", on le définit. Je me sens agressé, vulnérable, ... ? Trouver le bon mot est important. 

"B" - besoin - on a des besoins. Il est important de les écouter, les définir, c'est le moteur de notre vie. Ca peut être un besoin de sécurité, de calme, de ressourcement, ... 

"B" - Les blessures - il y a ce passé qui frappe à la porte et qui nous rappel à nos bons souvenirs ! Quelle connexion avec l'émotion du moment ?

"A" - pour Action - trouver sa solution pour aller de l'avant - pour faire un petit pas - pour lâcher prise, se faire du bien, ... 

On est dans une société qui prône le "il faut", "je dois" or on peut changer cela en énergie positive quand on se connecte à nos émotions, on s'ouvre à vivre cela du bon côté dès que j'adopte le  "je choisis de ..." - Et ça change tout, l'énergie y est tout à fait différente. Je prends la responsabilité de ma vie, de qui je suis. 

Derrière l'expression de ces émotions, il est tant de choses qui ont à s'exprimer ! Derrière la colère d'un enfant ou de tout un chacun, il est des besoins inassouvis. L'enfant se sent souvent "insecure" - il est son besoin d'être rassuré. 

Cette boussole intérieure nous permet de détecter quand quelque chose ne va pas - d'aller vers la compréhension et l'écoute de nos besoins qui en sont le source et de prendre notre part de responsabilité pour aller de l'avant. 

Chacun est responsable de ses émotions !

Pour Vincent, les émotions c'est un travail au quotidien !  car c'est un "colérique". 

Je suis né dans un milieu très en colère, très dur et donc c'est ce que je connais. Mettre sa colère au vestiaire pour rentrer dans son bureau, c'était juste pas possible pour moi.  Je travaille cela au jour le jour pour m'aider à comprendre et gérer cette colère. Il y avait beaucoup d'injustice dans mon enfance et donc cela vibre en moi ! 

Marina estime que comprendre la situation, le pourquoi d'une émotion n'est pas facile même si on sait que l'on se ressent triste, ou en colère. Le pourquoi c'est ça le plus difficile à détecter.

La peur est une émotion qui est souvent mienne. Un travail sur la sécurité intérieure est important selon nos sensibilités, nos possibilités. 

On fait du mieux qu'on peut !

Jean-Paul est actuellement en dépression et... "en colère" .

"Je retourne cette colère même contre moi !" Une colère qui témoigne d'une difficulté qui n'a pas été entendue au sein de ma société. J'en ressens de l'injustice=> La blessure d'injustice est souvent liée à un passé difficile. 

Accepter cette colère pour pouvoir ensuite la travailler, voir quels besoins doivent alors être nourris est un bon cheminement.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK