La vie du bon côté

Plus d'infos

Comment accompagner son chien vieillissant ou pendant sa maladie ? Vos commentaires en image...

Pourquoi avons-nous cette dépendance émotionnelle vis-à-vis de nos animaux ? Ils sont parfois seuls à nous connaître véritablement, à nous percer sans même que l’on ait à parler. Les animaux nous accompagnent mais bien plus, ils nous reflètent une partie de nous-mêmes. Comment aider un chien souffrant d’arthrose, ayant perdu la vue ou étant devenu incontinent ? Quand et comment prendre la décision d'euthanasier son chien ? Partageons les conseils de Marie-Paule Daniels.

C'est très éprouvant cette fin de vie, la mort de ce compagnon inconditionnel et bien souvent on se refuse de prendre un autre animal pour ne plus revivre ça. Il y a une relation tellement profonde que le moment où on le voit mourir, c'est très dur. 

Quand prendre la bonne décision ? On voudrait tous que sa mort soit douce, spontanée sans que l'on doive nous même prendre la décision de lui ôter la vie. "il n'a pas l'air si mal", "il mange encore", "il marche encore", ... C'est une décision si difficile à prendre ! Les coûts pour offrir les bons soins sont aussi faramineux. Il n'est pas toujours possible d'assurer comme on le souhaiterait. Ca peut accélérer le processus.  

La vieillesse c'est le troisième âge, c'est quand le chien commence à avoir des petits bobos. Plus les chiens sont grands, plus vite ils rentrent dans le 3ème âge. Un très grand chien ce sera à l'âge de 7 ans. Pour les moyens (bergers allemands) 9 ans et les petits vers 11-12 ans.

Les facteurs qui influent sur la longévité du chien ... Le troisième âge du chien ça se prépare très tôt. Les conditions de vie au quotidien sont déterminantes pour son troisième âge. 

Une minute de promenade par semaine de vie et cela trois fois par jour PAS PLUS, c'est "criminel". SI je loupe une balade je ne la remplace pas. Ce qui veut dire qu'aller au-delà de ce timing cause des dégâts physiques au chien et donc il aura bien des bobos et bien avant le troisième âge même ! La nourriture de l'animal est essentielle aussi : un chien qui est trop gras, c'est de la maltraitance ! 

La façon de s'alimenter est un signe qui doit nous éveiller au dit moment de la fin. Aussi son regard en dira long sur le moment fatidique ! 

Un chien peut être "en demande", se manifester pour éveiller à cette fin de vie mais à cela il faut ajouter le fait que les propriétaires ne sont pas toujours prêts ! Et pourtant... C'est le moment !

Les signes physiques et comportementaux ... Les poils qui blanchissent en dessous du menton, il court moins vite, se déplace moins aisément, ... au niveau psychologique : un chien qui est joueur le restera jusqu'à la fin de sa vie ! Il faut bien faire la part des choses. Préserver sa dignité, capter ses signes, observer ses attitudes et comportements => C'est très difficile de détecter les signes psychologiques. Le chien qui se sent plus faible peut tenter aussi de prendre le pouvoir une dernière fois autrement. "son caractère a changé"... et oui, le caractère change, le chien peut manifester un peu d'agressivité, c'est juste une dernière tentative de sa part pour dire je suis le chef. 

L’ostéopathie, l’acupuncture, ... tout cela peut vraiment aider le chien quand il manifeste des petites difficultés, des premiers signes de douleurs et ça peut vraiment le soulager... Ces spécialistes remettent un peu les choses en ordre. Cette démarche est aussi à faire avec un jeune chien. C'est un bon suivi pour soigner le capital santé de votre animal. 

Le bien-être du chien est véritablement amélioré à la suite de ces interventions de spécialistes. Un investissement certes mais qui en vaut tellement la "peine" ! 

"Qu'est-ce que moi j'accepterais ?"... C'est une bonne question à se poser pour transposer ces limites de l'acceptable à notre animal de compagnie. 

Ne pas changer les habitudes du chien mais juste lui aménager un espace repos plus confortable. Le chien aveugle va toujours suivre les murs et se fier à son odorat. Tout changer au niveau de l'aménagement le perturberait. Pas de gestes brusques pour qu'il n'interprète pas mal le geste.

Les fleurs de Bach... bien ou pas pour aider à passer ce cap ? En homéopathie et en fleurs de bach oui il est de bon remèdes mais le mieux est l'ennemi du bien, il faut se faire aider par un professionnel.  

Adapter le rythme, la longueur des promenades. Sachez qu'un chien qui perd la vue va perdre ses repères. Prenez une longue laisse pour le maintenir en "repère" dans un certain périmètre. Pensez à aider son chien à monter et descendre de voiture. Il y a des planches inclinées qui existent à cette fin. 

Faire tondre les chiens à poils longs s'il a de l'arthrose est la bonne solution. La stature debout peut lui être très pénible. Les verrues deviennent plus nombreuses aussi, pour ne pas les accrocher lors du brossage, la tonte résoudra le souci.

Maintenir une certaine activité. Même une promenade de 50 à 100 m pour ne pas le couper de ses habitudes et pour continuer à stimuler ses sens. Cela permettra aussi aux problèmes d'arthrose notamment de ne pas s'empirer avant l'heure.  

Le chien est souvent considéré comme un membre à part entière de la famille. Il est une charge émotionnelle véritable qui rend ces moments difficiles à vivre ! Appliquer au chien ce que l'on s'appliquerait à soi-même semble être la bonne attitude à adopter.  

L'euthanasie... Où le faire ? Terminer sa vie en sa demeure est l'idéal - plus doux. Des vétérinaires se déplacent. Faire cet accompagnement dans le milieu où il a l'habitude de vivre, c'est sans aucun doute le mieux. Trouver le bon moment, ne pas aller trop loin surtout. Quand le temps est venu, il est bien de s'y résoudre. C'est un beau et juste retour que l'on donne à ce compagnon. Prendre un jeune chien à l'approche du troisième âge du premier est bien aussi. Ne pas le faire cependant quand le plus âgé à besoin de grande tranquillité. Si c'est fait au bon moment le chien du 3ème âge sera même stimulé par le plus jeune. Ne cherchez pas à trouver dans cet autre chien les mêmes atouts que le premier. Accueillez-le pour ce qu'il est et a de merveilleux à offrir... du bon côté ! 

Les commentaires des auditeurs en image...

Monique partage aussi son expérience difficile. "Je l'ai vu dans ses yeux". Le chien fait la demande - se manifeste pour cette fin de vie. Il est des décisions qui s'imposent pour ne pas être dans l'acharnement thérapeutique ! 

Yota relate son histoire. "Ce fut le moment" : celui de l'euthanasie. Les enfants auraient dû participer à cet accompagnement. Yota regrette son choix qui fut de vouloir les préserver. Toutes des questions qui se sont présentées à elle.   

Béatrice évoque tout le lien émotionnel qu'elle a avec ses chiens. Ils m'ont sauvée nous confiera t'elle. 

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK