La vie du bon côté

Plus d'infos

Comment accompagner au mieux des parents qui nous ont tant donné ?

Dans ce podcast, Sylvie Honoré reçoit Myriam Depaux, journaliste et auteure du livre "Qui va s'occuper du chat ?" - Edilivre Myriam Depaux livre un témoignage émouvant de sept années de combat pour que son père, gravement malade, puisse rester vivre dans sa maison avec son chat. 

C’est un récit très personnel et intime, qui parlera néanmoins à tout le monde. Comment accompagner nos parents dans les dernières années de leur vie ? Face à Willy, son papa, terriblement diminué physiquement et tout aussi terriblement lucide, Myriam Depaux a fait le choix de l’aider jusqu’au bout, chez lui, et advienne que pourra. "Un long combat qui lacère le cœur", écrit-elle, un combat qui a duré sept ans et qu’elle raconte dans son livre "Qui va s’occuper du chat ?".

Willy, le père de Myriam, était atteint d’une maladie si répandue qu’on a parfois le tort de croire qu'elle est banale : le diabète. Ce diabète l’a rongé sans pitié, l’a dévoré bouchée après bouchée, amputation après amputation, escarre après escarre. Mais la tête était toujours là, et bien là. "Sa dépendance me faisait si mal", dit Myriam. Alors, elle a tout fait pour l’accompagner. Avec beaucoup d’amour, beaucoup de temps et d’efforts, beaucoup d’aide pratique au quotidien et toujours une obsession, une ligne de conduite inflexible : défendre la dignité de son père.

Perlimpinpin avait choisi de s’installer chez Willy, le papa de Myriam. 

À sa façon, Perlimpinpin a contribué à défendre cette dignité : ce chat avait choisi de venir vivre avec ce vieux monsieur si malade. "Pinpin" est devenu l’allié de Myriam, quand trop d’humains faisaient défaut.

De l’amour il y en a beaucoup dans ce récit, énormément de sensibilité mais jamais de sensiblerie. Le lecteur devra s'accrocher car rien ne lui sera épargné : une jambe amputée, et puis deux, les escarres jusqu’à l’os, les langes, les sondes.

Toutes ces choses qu’on préfère ne pas voir, Myriam Depaux nous les met implacablement sous le nez. C’est une lecture qu’on ne lâche plus, jusqu’au bout une fois qu’on l’a commencée ; son talent littéraire parvient à nous forcer à regarder tout ça en face.

Le voyage du père et de la fille vers la mort du premier et le deuil de la seconde aura duré sept années, alourdi encore par la maladie qui a frappé Myriam elle-même. " J’avais si peur de mourir avant lui ", dit-elle.

Myriam a écrit ces pages d'une traite, sans presque en changer une ligne, au lendemain du décès de son papa en 2012. "Ce n’est pas un livre thérapeutique" souligne-t-elle.  Elle a voulu attirer l’attention sur des questions qui lui paraissent essentielles : "Comment accompagner au mieux des parents qui nous ont tant donné ? Pourquoi, dès qu’elle est hospitalisée, limite-t-on la personne à un protocole médical ? C’est quoi respecter un être humain jusqu’au bout ? On invoque la charge de travail, le stress… Pour moi ce sont de faux prétextes. C’est mon opinion, mais je pense sincèrement que l’on peut trouver du temps pour accompagner ses proches, si on le veut vraiment".

Ensuite, elle l'a laissé dans un tiroir. "C’était comme si je ne voulais plus le voir, ça faisait mal d’y revenir", dit-elle. C'est son compagnon qui l’a convaincue de le publier.

Dans ce chaos de fin de vie, un chat fera cadeau de sa présence à Willy. Perlimpinpin s’invitera, les derniers mois, pour lui tenir compagnie.

D’où le titre de ce roman : "Qui va s’occuper du chat ?".

Qui va s'occuper du chat ?

Willy est veuf. A 71 ans, il vit seul chez lui. Sa fille habite à quelques kilomètres de là. Willy est atteint d’une maladie incurable "dont on meurt à petit feu". Cela durera sept ans. Les hospitalisations, la souffrance, la colère, les amputations, la perte totale d’autonomie, l’aide mal adaptée. Tout ce qu’on n’imaginait pas, tout ce dont on ne voulait pas. La maison de repos, comme une menace. "Il vit encore chez lui ?", on lui a souvent posé cette question.  Tout se met en place pour que Willy disparaisse en silence. Oser s’y opposer est un long combat qui lacère le cœur. Et c’est dans le désordre hallucinant qu’un jour, un chat, lui a fait cadeau de sa présence.

Myriam Depaux

Myriam Depaux, 58 ans, vit à Mons. Journaliste, elle a travaillé pour différents magazines et journaux dont La Province. Elle publie "Qui va s’occuper du chat ?" aux éditions Edilivre

Tous les jours, prenez la vie du bon côté

Du 100% digital… La Vie du bon côté, c’est tous les jours, quand vous le voulez du matin au soir, en PODCAST et dans la bonne humeur sur Vivacite.be, sur auvio, sur spotify, sur votre smartphone ou votre iPhone. C’est partout, tout le temps, où vous le voulez comme vous le voulez ! Sylvie Honoré vous invite à ce rendez-vous Bien Etre et Santé en présence d’experts en développement personnel. La vie du bon côté, c’est aussi un second rendez-vous dans "LA GRANDE FORME" du mercredi au vendredi sur VivaCité.



Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK