La vie du bon côté

Plus d'infos

Ces préjugés qui nous détournent de la vie du bon côté !

la vie du bon côté
la vie du bon côté - © Tous droits réservés

" De quoi j'me mêle… P'tit' tête", le livre de Gabrielle Baiverlin s'intéresse aux clichés qui nous habitent. Les préjugés, les étiquettes lourdes à porter peuvent conduire au déni de notre potentiel. Comment se délester de ces préjugés pour prendre la vie du bon côté ?...

" De quoi j'me mêle… P'tit' tête" -  Gabrielle Baiverlin

Les préjugés surviennent tôt dans la vie et évoluent avec l’âge et les expériences. Même en tant qu’adulte, l’un des effets les plus néfastes des préjugés est qu’avec le temps, une personne peut croire ce qu’elle entend à son sujet et commencer à sombrer dans le déni de son potentiel…

Ces clichés qui nous collent à la peau, ces idées reçues, les interprétations, ces préjugés qui surviennent tôt dans la vie et évoluent avec l’âge et les expériences...  Un miroir qui interpelle et chamboule un peu, beaucoup notre vie.

Les clichés; des expressions populaires nous donnent des repères au départ, elles nous apprennent certaines choses et ne font du tort à personne sauf si elles basculent en "préjugés". Des idées que l'on nous a hissées dans la tête durant notre enfance et que l'on prend pour argent comptant. Tout au long de sa vie, on vit des expériences en rapport avec ce que l'on a entendu. On peut se "figer" dans ces idées reçues - préconçues qui peuvent ainsi "étriquer" notre vie, nos perspectives.  ex : "Tel père tel fils". Une phrase, une expression populaire qui peut au fil de nos expériences de vie nous limiter, restreindre notre champ de possibles.

"Tu es un bon à rien", la personne visée peut se dire qu'elle n'arrivera à rien dans la vie. Si j'intègre cette idée, je me constitue ainsi en "proie" idéale pour tout manipulateur qui rodent !!! D'où toute l'importance de conscientiser cette idée reçue, de ré-affirmer son être de toute la force de son potentiel.  

Se réapproprier son image...

Ces clichés parasitent nos émotions, ils ont un côté inhibiteur, nous empêchent de réagir avec efficacité. Cela nous apporte des pensées qui limitent nos performances. D'où, toute l'importance de se "réveiller", de prendre conscience de ces idées reçues, de ces étiquettes et de réagir ! Affirmer, ré-affirmer son ETRE, ses forces de vie, son potentiel pour vivre dans la joie et la sérénité.

Confronter les préjugés à la réalité : "tu es un bon à rien" => Est-ce que ce que l'on m'a dit se justifie ?  Donner la contre partie en conscientisant des expériences qui, elles, contre-balancent ces dires. "quand j'ai fait ça, c'était une belle réussite", ... des prises de conscience qui estompent les préjugés, qui redonnent force de vie, de réalité à mon identité, à mon potentiel.

L'auto-dérision est un remède excellent contre les préjugés, les étiquettes, ... Cela désamorce sur le champ l'impact des propos tenus par les "colleurs d'étiquette" !

S'entourer des personnes qui m'aident à grandir, changer son réseau d'ami(e)s si l'on se sent "étouffé(e)" dans son Etre, si l'on ne se sent plus à sa place avec certaines relations.

Les commentaires des auditeurs en image...

Marlène est d'origine Colombienne et vit en Belgique avec son mari. Cette différence de culture a fait l'objet à bien des reprises à des clichés, des étiquettes. Un complexe d'infériorité s'est installé mais Marlène a transformé cela en force positive, en richesse.

Jean-Jacques souligne l'impact des préjugés quand on est jeune. "On devient ce que l'on nous dit". Les années nous aident à affirmer nos ressources positives et à nous délester de ces étiquettes au fil de nos expériences positives.

Marie-Claire est infirmière et sous l'emprise de l'étiquette "trop lente" émise par ses collègues. Un véritable POISON qui pourrait même la décourager d'exercer son métier, sa passion. Comme le souligne notre invitée, Gabrielle, peut-être que Marie-Claire est perçue comme "dérangeante" par son entourage en raison de la qualité de son travail ?

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK