La vie du bon côté

Plus d'infos

Bea Diallo : Comment se dépasser et augmenter sa confiance en soi grâce au sport ?

Sylvie Honoré reçoit Bea Diallo, ancien boxeur professionnel, homme politique belge, coach et profond humaniste. Ensemble ils parlent de l'auto-discipline, de l'importance du dépassement de soi ainsi que du respect de soi et des autres. La boxe a permis à Bea Diallo d’être l’homme qu'il est aujourd’hui et il nous raconte dans son livre " Du ring de boxe à l’engagement citoyen ", Ed. La Boîte à Pandore, l’histoire d’un homme qui a décidé d’être celui qu’il voulait être.

Par sa couleur, il a appris le racisme, par la boxe la vertu de la discipline...

Né à Monrovia d’un père diplomate et d’une mère d’origine sénégalaise, Bea Diallo a vécu l’essentiel de sa vie en Europe. Paris, d’abord, puis Bruxelles. Sixième d'une fraterie de neuf enfants, il ne se prend pas pour un exemple et pourtant il peut l'être. Son parcours, celui d’un homme qui a mis plusieurs fois ses adversaires au tapis, qui a réussi en politique et qui rêve aujourd’hui d’un monde meilleur, parle pour lui.

Son nom, Lansana Bea Diallo, il le doit à la visite, le jour de sa naissance, du ministre guinéen de l’Économie, Lansana Béavogui, futur Premier ministre et président par intérim…

Dès son enfance, Bea Diallo a connu la violence et le racisme.

A Paris, lors d'une attaque par un groupe de  skinned, un de ses amis a été grièvement blessé et a perdu un oeil.  Bea en a perdu la voix pendant plusieurs semaines.  Il devient alors ultra violent et raciste. 

A 10 ans, il se fait appeler le " Robin des Bois des temps modernes ".  Il veut aider son prochain, vole dans les magasins pour donner à manger aux SDF.  Son papa le remet sur le droit chemin.

Cette spirale de la violence aurait pu mal se terminer. Sa force de caractère et le déménagement à Bruxelles, où son père est muté en 1985, l'ont sans doute sauvé.

Bea Diallo commence la boxe à 16 ans. Il se rend un jour dans une salle de boxe " socialement et racialement mixte ".   Il ne sait pas s’il veut être un exemple pour les jeunes mais il leur dit d’arrêter de se plaindre et de se trouver des excuses. Il a vécu, comme eux, cette situation.  Il parle d'expérience. Il a aussi subi des contrôles policiers. Ce n’est pas une raison pour les accabler en bloc. Il veut montrer aux jeunes qu’il est possible de devenir quelqu’un, d’où qu’on vienne en réalisant ses rêves. À l’école, on n'apprend pas aux jeunes à entreprendre. Or tous les jeunes sont des entrepreneurs dans leur manière d’être. " Chacun peut être l’entrepreneur de sa propre réussite. C’est important de le leur dire ! ".

La boxe lui a permis de s’affirmer et lui a appris que la vie est un combat au quotidien. Elle lui a aussi appris à respecter les règles, ce qui est le cas sur le ring. Grâce à elle, il a pu affronter et franchir beaucoup d’obstacles.

Le message qu’il veut faire passer, c’est qu'il ne faut pas répondre de la même manière aux injures et au racisme. Enfant, il agissait en rendant les coups, et cela ne faisait qu’accentuer le racisme.

Il crée des sociétés dans les affaires mais il dit aussi :

Ma révolte, je l’ai domptée par le sport …

Le sport l’a énormément aidé. Mais on peut également s'épanouir dans le théâtre ou dans la musique. Pour Bea Diallo ça a été la boxe avec des règles acceptées. Au début, lors de ses combats il se faisait battre alors que dans la rue, il était très fort. S’il ne s’entraînait pas, il n'y arrivait pas. Avec détermination et abnégation, il a fini par y arriver. 

En 2004, il s’engage en politique : deux fois parlementaire, échevin à Ixelles.  Il a débarqué enthousiaste avec plein d'idées mais en définitive, il se rend compte qu'il y a énormément de freins. La discipline de groupe, la couleur politique, la solidarité avec la majorité… Or lui, ce qui l’intéresse, ce sont les gens, l’intérêt collectif, pas le sort du parti. Il a fait le tour après deux mandats. 

En 2009, Bea Diallo fonde Émergence XL qui a pour objectif l'insertion socio-professionnelle des jeunes en décrochage par l'outil du sport. ... L'ensemble des activités d'Emergence XL se structure en 2 volets qui partagent une même valeur, celle du sport.

Bea Diallo est désormais un homme heureux et sa plus grande richesse, c’est de voir les autres autour de lui heureux. Il a trouvé un équilibre entre son pays d’adoption et son pays d’origine. La Belgique lui a beaucoup donné.

Ma richesse, c’est d’avoir donné. J’aurais pu être très riche, mettre beaucoup d’argent de côté. Mais aurais-je été plus heureux ? Je ne pense pas. Je me suis toujours relevé ; cela fait partie de ce grand voyage.

Bea Diallo

Bea Diallo est un homme politique belge d’origine guinéenne né à Monrovia au Liberia le 7 juillet 1971.

Homme de cœur et de terrain, père de 4 enfants, Bea Diallo est un homme politique atypique suite à un parcours d’ancien boxeur professionnel. 

Il s’est d’abord fait connaître en tant que sportif de haut niveau en devenant champion du monde de boxe. Il a obtenu un Master en Sciences économiques avant de se spécialiser en marketing et communication.

En 1994, Bea Diallo conquiert le titre de champion de Belgique professionnel des super-welters puis le titre de champion de Benelux en 1996. Il a remporté à 7 reprises le titre de champion intercontinental IBF (International Boxing Federation) des poids moyens de 1998 à 2004. En 2003 et 2005, il s’incline face à Raymond Joval pour le titre de champion du monde des poids moyens IBO et termine sa carrière par un titre de champion du monde WBF des poids supermoyens en 2007 sur un bilan de 25 victoires, 18 défaites et 4 matchs nuls.

Du ring de boxe à l'engagement citoyen

De par sa couleur de peau, il a appris le racisme. De par la boxe qu’il a pratiquée au plus haut niveau, la vertu de la discipline. " La boxe m’a permis d’être l’homme que je suis aujourd’hui ", explique-t il souvent à ses interlocuteurs.

Né au Libéria d’un père guinéen et d’une mère sénégalaise, Bea Diallo n’a pas été un ado facile, comme il le confesse souvent. En colère, impulsif, il a cumulé les actes de violence. Pourtant, très vite, l’ado fait le chemin inverse, en réalisant – à la lecture de Gandhi et Martin Luther King – qu’un jeune Noir n’irait nulle part avec la violence, même au nom de la justice. À 16 ans, c’est à la boxe, école d’auto discipline, qu’il se convertit. Pugiliste émérite, il a été champion du monde des poids moyens IBF à six reprises au tournant des années 2000. Après ses études à l’université, il s’engage comme citoyen dans sa ville d’adoption, comme en Afrique. Mais sa passion pour la boxe ne l’a jamais quitté. Il coache toujours au gymnase " Émergence XL ", à Ixelles.
Ce livre passionnant raconte l’histoire d’un homme qui a décidé d’être celui qu’il voulait être.

Envie d’en savoir plus ? Ecoutez notre podcast sur AUVIO

 

 

Tous les jours, prenez la vie du bon côté

Du 100% digital… La Vie du bon côté, c’est tous les jours où vous voulez et quand vous le voulez en PODCAST sur Vivacite.be, sur auvio, sur spotify, sur votre smartphone ou votre iPhone via l'application podcast. Sylvie Honoré vous invite à ce rendez-vous Bien-Etre et Santé en toute convivialité, en compagnie d’hommes et de femmes au parcours inspirant, qu’ils soient thérapeutes, spécialistes du bien-être ou simplement acteurs de leur vie. 



Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK