La Semaine Viva

Tous les samedis de 13:00 à 14:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Non, le frelon asiatique n'est pas plus dangereux qu'une guêpe !

Le week-end dernier, les pompiers ont exterminé à Auderghem – pour la première fois en région bruxelloise – un nid de frelons asiatiques. Et la chose n’a pas été pas simple pour les soldats du feu : ils ont dû notamment faire appel à l’Université de Gand et à l’Institut agronomique de Gembloux pour être formés au mieux et se munir du matériel adéquat.

"Les tenues que nous utilisons contre les nids de guêpes ne protègent pas contre les frelons asiatiques, parce que leur dard est plus long et parce qu’ils ont la possibilité de pulvériser du venin dans les yeux des pompiers.” explique ainsi Water Derieuw, porte-parole des pompiers de Bruxelles.

Alors les frelons, vraiment des sales bestioles ? “Objectivement, ces insectes se révèlent magnifiques et ont un comportement fascinant” affirme Michel de Proft, directeur scientifique du Centre Wallon de Recherches Agronomiques (CRA-W) de Gembloux. On peut d’ailleurs facilement les reconnaître avec trois caractéristiques visibles : leur thorax noir, leur abdomen barré d’une ligne orangée et le bout de leurs pattes jaune citron.

Pas touche à mon nid!

Le frelon asiatique n’est pas particulièrement plus dangereux qu’un frelon européen ou qu’une guêpe. “On aime bien se faire peur. Le frelon asiatique n’est pas un insecte agressif, mais il défend simplement son territoire. A moins d’être à proximité d’un nid, vous avez moins de risques de vous faire piquer par un frelon que par une guêpe.”

Peu de chance donc que vous soyez l’objet d’une attaque délibérée de ce frelon pendant vos ballades champêtres ou vos séances de bronzage dans le jardin. Et si malgré tout l’un d’eux se montrait particulièrement intrépide ? “Contrairement à la guêpe, un simple geste suffit à le faire partir”.

Le danger vient donc bien des nids qui peuvent être de deux types. Le nid de printemps ou nid primaire (mars-août) est le moins dangereux. En revanche, en ce moment, les colonies de frelons construisent des nids d’été ou secondaires (août-octobre) – situés haut dans les arbres – qui peuvent abriter plusieurs milliers d’individus. Ces nids secondaires sont abandonnés définitivement dès la fin de l’automne.

Je ne conseille à personne de neutraliser lui-même un nid. Il faut absolument éviter de chipoter : en quelques secondes, tous les frelons sont dehors et prêts à attaquer.” Si vous tombez sur un nid, faites-donc appel aux pompiers qui sont équipés pour gérer cette situation.

Les abeilles en danger?

Si l’homme devrait s’en sortir sans trop de difficultés, le danger est peut-être ailleurs. Car ces frelons incarnent un véritable danger pour les abeilles et les apiculteurs. “Si les populations ne sont pas bien gérées, on finira avec des situations similaires au sud de la France où les ruches sont sous pression. Le frelon chasse avec beaucoup d’adresse : il se place à proximité des ruches et attrape les abeilles au vol”.

Par ailleurs, les abeilles ne sont pas les seules proies des frelons, puisque ces insectes sont très opportunistes et récupèrent des protéines partout où ils le peuvent – comme sur des cadavres d’animaux renversés sur les routes ou sur les poissons exposés sur les marchés.

Selon Michel de Proft, il est toutefois abusif de considérer que ces frelons bouleversent totalement la biodiversité présente en Belgique. Un acteur de plus oui, mais le frelon n’est pas le seul insecte invasif à s’installer dans nos régions ces dernières années.

Une origine lointaine

Tout comme leur nom l’indique, les frelons asiatiques viennent d’Asie, et plus spécifiquement du sud de Pékin en Chine. L’espèce invasive a été importée accidentellement avec des poteries chinoises en 2004 dans la région de Bordeaux.” Ce qui est fantastique, c’est que toute la population européenne de frelons asiatiques provient d’une seule femelle importée”.

Depuis une dizaine d’années, ces insectes ne cessent de remonter vers le Nord jusqu’à nos régions. “Il est certain que nous verrons ces frelons de plus en plus. On en retrouve en Flandre, dans le Hainaut, du côté de Namur et de Chimay également”.

Pour en savoir plus, rendez-vous ce samedi 14/9 dans la Semaine Viva entre 13h et 14h sur Vivacité ou cliquez sur la vidéo ci-dessus pour découvrir l’intégralité des explications de Michel De Proft à propos des frelons asiatiques.

Autres sujets abordés dans la semaine viva ce samedi : Les plateformes de streaming vidéo et comment bien choisir son fournisseur électricité. Toutes les séquences seront disponibles dès 14h sur Auvio.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK