RTBFPasser au contenu

La Grande Forme

Du lundi au vendredi de 13:00 à 14:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Vous ressentez un tic douloureux au visage ? Allez voir un neurologue !

Vous ressentez des douleurs vives au niveau des yeux, des oreilles, du nez ou des dents, mais vous ne trouvez jamais la cause exacte de ces maux ? Peut-être que vous souffrez de "névralgies faciales." Il s’agit d’un conflit entre le nerf de la sensibilité de la face, appelé nerf "trijumeau" et une artère. Cette affection douloureuse peut avoir plusieurs origines. Le point dans "La Grande Forme" avec le Dr Rutgers, Neurologue et chef du service de neurologie aux Cliniques de l’Europe à Bruxelles.

Le "trijumeau" est un nerf présent de chaque côté du crâne. Il va assurer ce qu’on appelle "l’innervation sensitive" du visage et donc de la face, des dents et des os au niveau du visage. La douleur vient généralement d’un conflit ou d’un contact entre le nerf trijumeau au sein du crâne, et une petite structure vasculaire. Le plus souvent, une petite artère vient titiller et comprimer le nerf, et déclencher la douleur. Bien que certains jeunes en souffrent, cette maladie concerne généralement les personnes de 50 ans ou plus et est liée à une certaine forme d’usure, formée par le temps et les années qui passent. Les femmes semblent par ailleurs légèrement plus sujettes à ce type de douleur.


►►► À lire aussi : " Sois sage, ô ma Douleur, et tiens-toi plus tranquille "


Les douleurs sont sévères, voire insupportables et elles se localisent d’un seul côté - sauf exception - du visage. Chez certains, la douleur se présente dans la partie basse du visage : les dents, la mâchoire, etc.… Pour d’autres, elle se manifeste plutôt au niveau du front, de l’œil, derrière l’œil, ou vers le nez. Difficile donc de savoir quel médecin consulter : stomatologue, dentiste, ORL ? Souvent, la description du patient est atypique et les douleurs sont de type névralgiques et donc, neurologiques. Le neurologue est ainsi le plus qualifié pour détecter ce type de maladie. Il va procéder à une "résonance magnétique" du cerveau pour exclure les anomalies neurologiques, autres que ce conflit.

2 images
© Tous droits réservés

Le symptôme commun – et qui doit mettre la puce à l’oreille – est la douleur inhabituelle. Le plus souvent, il s’agit de douleurs névralgiques, qui sont des douleurs assez spécifiques. Comment les reconnaître ?

  • On peut comparer ça à un lancement, une sorte de décharge électrique, comme quand on se cogne le coude par inadvertance.
  • La crise en elle-même est extrêmement brève.
  • Les douleurs peuvent se déclencher de manière chronique.

En général, pour soulager ces douleurs, les traitements sont exclusivement médicamenteux. Après discussion avec le patient, le médecin prescrit des traitements antidouleurs spécifiques aux névralgies. Ces traitements sont à prendre de manière chronique et régulière, deux fois par jour. Les médicaments ne sont pas forcément à prendre au moment où le patient souffre : la prise régulière et chronique va permettre de prévenir la douleur, minimiser son importance, diminuer sa fréquence et idéalement, faire disparaître les crises douloureuses.

Pour la majorité des patients, les douleurs apparaissent de manière "épisodiques." Il peut s’agir de périodes de plusieurs semaines, ou plusieurs mois et puis tout à coup, il y a un soulagement spontané. Certains patients vont parler de douleurs au niveau du trijumeau, mais cela peut s’avérer être plus grave, et refléter une maladie sous-jacente plus particulière. D’où la nécessité de consulter si vous avez des doutes.

 

La Grande Forme, c’est du lundi au vendredi de 13h à 14h30 en direct sur VivaCité. Vous avez manqué l'émission ? Nous vous invitons à la revoir sur Auvio.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK