La Grande Forme

Du lundi au vendredi de 13:00 à 14:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Vous avez la gueule de bois ? Ne prenez surtout pas de paracétamol !

La majorité d'entre nous a déjà connu la gueule de bois. Une sensation désagréable qu'on a envie de soulager via un médicament... mais attention, pas n'importe lequel ! Oubliez en effet le paracétamol. Explications avec le Dr Charlotte, médecin référent dans "La Grande Forme".

"J'arrête de boire", c'est souvent ce qu'on se dit en lendemain de veille quand on a un peu trop abusé de l'alcool... On est prêt à faire tout et n'importe quoi pour que ce mal de tête qui nous gâche notre journée disparaisse... Résultat : on a souvent tendance à soulager la douleur via un médicament. Mais attention ; le paracétamol est strictement déconseillé ! C'est dans "The Conversation" que Francisco Javier Otero Espinar, professeur au département de pharmacologie, de pharmacie et de technologie pharmaceutique de l'Université de Saint-Jacques-de-Compostelle en Espagne, nous explique pourquoi alcool et paracétamol ne font pas bon ménage.

Pour comprendre le pourquoi du comment, le Dr Charlotte vulgarise cette information dans la séquence "Salle d'attente" et nous explique qu'il faut s'imaginer le foie comme étant une machine qui nettoie le corps humain. Son rôle est bien connu : il filtre et élimine les substances nocives telles que... les médicaments notamment !

Il faut savoir que le paracétamol a des propriétés analgésiques (suppriment la sensibilité à la douleur) et antipyrétiques (luttent contre la fièvre). Ce n'est cependant pas un anti-inflammatoire. Il ne vous aidera donc pas à lutter contre l'inflammation de votre foie engendrée par la surconsommation d'alcool.  

Paracétamol et alcool : le mauvais cocktail !

Lorsque nous consommons de l'alcool, l'éthanol présent dans la boisson alcoolisée est rapidement absorbé dans le tractus gastro-intestinal (ensemble des organes du système digestif, de la bouche à l'anus). Il se dirige ensuite vers le foie qui le prend en charge grâce à des enzymes appelées alcool-déshydrogénase (ADH). Cette enzyme prend donc en charge l'alcool dans la muqueuse gastrique et le foie dans le but de le transformer en une molécule plus facile à éliminer par l'organisme. Sauf que, lorsqu'on consomme trop d'alcool, cette enzyme se retrouve dépassée et doit faire appel à une autre enzyme : la CYP2E1.

Or, en avalant un comprimé de paracétamol, notre foie va également le métaboliser via deux processus : à 80% via l'acide glucuronique et à 20% par cette même enzyme CYP2E1. Cette dernière sera transformée en un métabolite hautement réactif : le NAPQI, qui peut entraîner un stress oxydatif et la mort cellulaire. En temps normal, on peut l'éliminer ce métabolite mais lorsqu'on a trop bu, on complique le processus.

Via le cocktail alcool-paracétamol : l'enzyme CYP2E1 est donc doublement impliquée ; dans le métabolisme de l'alcool et du paracétamol. Or, en quantité trop élevée, elle va produire une quantité plus importante de NAPQI dont l'organisme ne pourra pas totalement se débarrasser, ce qui peut entrainer des dommages au foie.

Dès lors, il est conseillé de plutôt prendre de l'ibuprofène et de bien respecter la dose prescrite. Il est également conseillé de boire beaucoup d'eau car l'alcool vous aura déshydraté et donné mal à  la tête. Et puis, on ne le répétera jamais assez : l'alcool se consomme avec modération... ça évitera tout simplement la gueule de bois !

La Grande Forme, c’est du lundi au vendredi de 13h à 14h30 en direct sur VivaCité. Vous avez manqué l'émission? Nous vous invitons à la revoir sur Auvio.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK