La Grande Forme

Du lundi au vendredi de 13:00 à 14:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Témoignage poignant dans "La Grande Forme" à l'occasion de la Journée mondiale des Infirmières

À l'occasion de la Journée mondiale des Infirmières, l'équipe de "La Grande Forme" a mis à l'honneur ces héros du quotidien. Catherine Verstegen, infirmière pédiatrique dans un service de néonatologie intensif, est intervenue sur notre antenne. Un témoignage poignant.

Ce 12 mai, c'est la Journée mondiale des Infirmières et des Infirmiers. L'occasion de mettre à l'honneur ces héros du quotidien. Depuis le début de la pandémie, ils sont encore plus sollicités et se donnent sans compter pour sauver des vies. Un métier qui manque cruellement de reconnaissance mais qui reste certainement un des plus beaux métiers du monde. Catherine Verstegen, infirmière pédiatrique dans un service de néonatologie intensif, est intervenue sur antenne pour témoigner de ce qui l'anime chaque jour qui passe dans sa profession.

Infirmière : plus qu'un métier, une vocation 

On dénombre plus de 150 000 infirmières et infirmiers en Belgique. Un métier pour lequel certaines vouent une véritable passion comme c'est le cas de Catherine : "D'aussi loin que je m'en souvienne, j'ai toujours voulu être infirmière et surtout travailler avec les bébés. Au fur et à mesure de mes études, j'ai fait des stages dans lesquels je me suis beaucoup plu et de fil en aiguille, après 3 ans d'études et une spécialisation en pédiatrie, je me suis retrouvée en néonatologie. [...] On est vite mis dans le bain et on sait très vite si ça nous convient ou non. Personnellement, ça correspondait à ce que j'imaginais mais c'est grâce aux stages que j'ai trouvé ma voie et cela fait déjà 12 ans que je travaille en néonatologie."

40% des infirmiers veulent changer de métier 

D'après un sondage réalisé en France auprès de 60 000 soignants, près de 40% des infirmiers veulent changer de métier. Un constat assez alarmant qui n'étonne pourtant pas du tout Catherine : "Je ne suis sincèrement pas du tout surprise... En commençant, on s'imagine qu'on va pouvoir changer les choses mais on se rend vite compte que la pénurie est bien présente, on la ressent de plus en plus fort chaque année... Et avec la pandémie, je comprends tout à fait que la moitié ait envie de changer de métier... La charge de travail est énorme, souvent on n'est pas assez d'infirmières pour le nombre de patients et puis il y a des normes mises en place mais qui ne reflètent pas la réalité des services donc souvent, on est en sous-effectif."

2 images
Profile of a female surgeon operating © Getty Images

"Personnellement, je vous admire beaucoup !"

En plein témoignage, le Dr Barbara, pédiatre référent de l'émission, ne peut s'empêcher d'intervenir : "Il faut absolument qu'il y ait une revalorisation de votre métier parce que non seulement au niveau de la charge de travail c'est terrible, et puis les infirmières sont prises en étau entre les patients et les médecins. En plus de ça, il faut une revalorisation financière ; elles ont des horaires abominables et doivent ajuster leur quotidien chaque jour !

Un médecin sans infirmière, c'est pire qu'une infirmière sans médecin !

Personnellement, je vous admire beaucoup ! Et en tant que médecin, je peux vous dire que les infirmières m'ont beaucoup appris ! Et un médecin sans infirmière, c'est pire qu'une infirmière sans médecin !"

Garder la petit étincelle...

Malgré les difficultés, Catherine insiste : "Chaque jour, quand on voit tout ce que ça nous apporte de faire ce métier, je pense que pour la majorité ça efface les côtés négatifs de la pénurie et du manque de considération... Après, par rapport à d'autres services plus généraux, on a quand même beaucoup de chance dans notre service par rapport à la reconnaissance des parents et des médecins donc je ne me plains pas trop dans mon unité. Et sincèrement, ce qui me fait tenir, c'est mon équipe ! Pour rien au monde, je ne changerais d'équipe ou d'hôpital parce que c'est ça qui fait notre force, on sait qu'on peut compter les unes sur les autres et qu'il y aura toujours quelqu'un pour aider..."

Si Catherine avait une baguette magique...

La première chose qu'elle ferait, c'est "demander qu'on reconnaisse la pénibilité du métier. Pour toutes les infirmières qui travaillent dans les services généraux, c'est important. Tout comme la revalorisation des salaires, ce serait véritablement une bonne chose."

La Grande Forme, c’est du lundi au vendredi de 13h à 14h en direct sur VivaCité. Vous avez manqué l'émission ? Nous vous invitons à la revoir sur Auvio.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK