La Grande Forme

Du lundi au vendredi de 13:00 à 14:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Pourquoi se méfier des chenilles processionnaires ?

Les chenilles processionnaires sont arrivées en Belgique il y a quelques années. Leur présence amène une série de problèmes liés à la santé. Le Docteur Charlotte d’Huart nous explique les risques dans "La Grande Forme".

Les chenilles processionnaires éclosent de leur œuf au mois de mai. Ensuite, elles se chargent en poils urticants et se déplacent en procession la nuit, d’où leur nom. Ces chenilles se transformeront plus tard en papillon de nuit.

Ces poils sont hyper urticants et s’accrochent facilement à différentes surfaces. La raison : au bout du poil, il y a un crochet. Ceux-ci peuvent s’accrocher à des animaux, à des vêtements mais aussi directement à la peau.

Chaque petit poil de chenille processionnaire peut déclencher une réaction locale très urticante. Au niveau de la peau, la réaction arrive environ 8 heures après l’accroche.

Surtout ne pas gratter

La première réaction est souvent de se gratter. Pourtant, c’est ce qu’il ne faut surtout pas faire. Quand on se gratte, on disperse les poils à divers endroits. La sueur et le frottement des vêtements vont également éparpiller ces poils un peu partout et augmenter la réaction.

Les poils peuvent également se loger dans les yeux ce qui peut demander l’intervention d’un ophtalmologue pour l’enlever. L’ingestion peut aussi développer une gorge qui gratte, voir des nausées et des vomissements.

En bref, la prudence est de mise si vous voyez ces jolies petites chenilles se balader près de chez vous. Pour connaître les précautions à prendre, n’hésitez pas à vous rendre sur de la région Wallone qui nous conseille sur le sujet.

La Grande Forme, c’est du lundi au vendredi de 13h à 14h en direct sur VivaCité. Vous avez manqué l’émission ? Nous vous invitons à la revoir sur Auvio.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK