La Grande Forme

Du lundi au vendredi de 13:00 à 14:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Mal au ventre à cause des légumes ? Voici quelques conseils pour aller mieux !

Le bien-être intestinal se joue aussi et surtout dans l’assiette. Si les légumes et crudités sont synonymes de vitamines, ils peuvent aussi entraîner des ballonnements, des troubles digestifs, et autres maux de ventre. Comment savoir lesquels choisir, pour éviter d’avoir mal au ventre ? Le point avec Véronique Liesse, nutritionniste diététicienne et chroniqueuse food dans "La Grande Forme." 

 

Qui n’a jamais entendu au moins une fois dans sa vie : "Pour être en bonne santé, mangez cinq fruits et légumes par jour !" ? Depuis toujours, on nous apprend que pour être en bonne santé, il est important de manger des fruits et des légumes. Mais parfois, en manger trop fait mal au ventre. Comment expliquer ce phénomène ?


►►► À lire aussi : Quelle alimentation pour les côlons irritables ?


Les légumes sont riches en fibres. Le souci, c’est que les fibres fermentent et ne sont pas toujours digérées ni absorbées par certains métabolismes. Les fibres sont transportées jusqu’au côlon et sont fermentées par nos bactéries. Mais certaines personnes sont beaucoup plus sensibles aux gaz que d’autres. Les gaz provoquent une distension (ndlr = augmentation de volume sous l’effet d’une tension), et certaines personnes ont un seuil de douleur diminué. Ils ont, par conséquent, plus mal que les autres. Tout le monde n’est donc pas logé à la même enseigne. Certaines personnes produisent beaucoup de gaz, mais n’ont pas mal. Et les personnes qui ont mal souffrent généralement du syndrome de "l’intestin irritable." Mais attention ! Ce n’est pas parce qu’on a mal au ventre, qu’on doit arrêter de manger des légumes !

Les personnes qui souffrent de ballonnements ont un microbiote différent, sans doute moins capable de fermenter harmonieusement les fibres. Cela s’accompagne souvent par ce que l’on appelle une "hyperperméabilité intestinale", soit, un intestin poreux. L’intestin poreux laisse passer des choses qui ne devraient pas passer, ce qui peut provoquer une inflammation. Et puisque c’est douloureux, ces personnes mangent de moins en moins de légumes, ce qui contribue à un appauvrissement du microbiote et une altération de la barrière, et donc, un cercle vicieux. Or, en réalité, la fermentation de certaines fibres par le microbiote est un processus très important pour la santé. Il va nourrir le microbiote et permettre la fabrication de molécules très bénéfiques.

Les conseils pour aller mieux !

  • Il ne faut surtout pas exclure les légumes. Il faut continuer à en manger : au début, en petite quantité et puis on va les augmenter très progressivement. On peut commencer par une petite cuillère à soupe, ou même moins si nécessaire et tout doucement, on va les réintroduire.
  • On peut éviter les légumes qui fermentent beaucoup comme les choux, par exemple. Les aliments qui fermentent le plus sont riches en "FODMAP’s" : Fermentescible, Oligosaccharides, Disaccharides, Monosaccharides et Polyols.
  • Favoriser les légumes cuits. Ils fermentent moins que les crus. Par exemple, des soupes. Quand ça ira mieux, on réintroduit le cru très progressivement.
  • Petite chose qui n’a l’air de rien : il est conseillé de manger lentement et de bien mâcher. La mastication favorise la digestion.
  • Faire attention à la présence de certaines fibres qui ne fermentent pas, mais qui sont irritantes : les petits grains des tomates, la peau des tomates etc.
  • Et enfin, on peut bien sûr avoir recours à des probiotiques. Certains ont vraiment fait leurs preuves sur les douleurs et notamment les "Bifidobacterium longum".

La Grande Forme, c’est du lundi au vendredi de 13h à 14h30 en direct sur VivaCité. Vous avez manqué l’émission ? Nous vous invitons à la revoir sur Auvio.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK