La Grande Forme

Du lundi au vendredi de 13:00 à 14:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Les alternatives à la viande : vous prendrez bien un petit grillon pour l’apéro ?

On ne cesse de nous le dire et nous le répéter : en Europe et en Belgique, nous mangeons trop de viande ! Si vous êtes soucieux de ce constat, un des premiers réflexes à adopter est de se diriger vers des substituts végétariens. Mais comment sait-on lesquels choisir ? Le point avec Véronique Liesse, nutritionniste diététicienne et chroniqueuse food dans "La Grande Forme". 

Manger trop de viande n'est bon ni pour la santé, ni pour la planète. La surconsommation de viande a un impact majeur sur le réchauffement climatique, la déforestation et la consommation d’eau. Mais pour être en bonne santé, l’être humain ne peut se passer de protéines. Quelles sont donc les solutions ? Pour être en bonne santé, les spécialistes recommandent de manger 500 g de viande par semaine. Mais pour compenser le manque de protéines, il existe d’autres aliments. Notamment les protéines végétales :

  • Le soja, le tofu ou le tempeh.
  • Les céréales, les légumineuses et les noix.
  • Les algues.
  • On peut également se tourner vers des substituts de viande à base de protéines de champignons: les mycoprotéines, plus connues sous la marque "quorn." Le quorn contient tous les acides aminés. En plus d’être végétal – donc sans cholestérol – il est pauvre en graisse, et en fer. Il est riche en fibres et contient des vitamines et minéraux.

Les options insolites

  • La viande in vitro.

Cette technique consiste à cultiver dans des boîtes, des cellules musculaires prélevées sur des animaux pour en faire de la viande. Fin 2020, Singapour a été la première ville à autoriser la vente de nuggets de poulets "in vitro." Cette technique permet de ne pas tuer d’animaux, tout en ayant de la viande. Les chercheurs s’interrogent toutefois sur la qualité nutritionnelle de ces produits et le goût n’est pas le même que celui de la viande.

  • Les insectes.

Le fait d’en consommer s’appelle "l’entomophagie." Certaines populations en mangent déjà, surtout en Asie et en Afrique. L’OMS recommande de se pencher vers cette source de protéines pour pouvoir nourrir la planète, d’ici 2050. Au total, il y a environ 2000 insectes comestibles. Parmi eux :

Les grillons

Les sauterelles

Les vers de farine

Les insectes contiennent des quantités variables de protéines : cela varie de 20 à 70 g pour 100 insectes. C’est au moins aussi bien que la viande, voire mieux. Les insectes sont pauvres en graisse. Ils contiennent par ailleurs des vitamines - notamment des vitamines B - et bien sûr, peu de sucre. Ils coûtent peu en production et sont bons pour la planète.


►►► À lire aussi : Substituts végétariens : une alternative valable à la viande ?


Le goût varie d’un insecte à l’autre et selon la forme sous laquelle ils sont consommés. Un grillon par exemple, va avoir un goût de noisette. Mais en Europe, le goût est encore assez neutre. La solution serait de ne pas les proposer tels quels, mais de les intégrer à des préparations. Sur internet, certaines sociétés proposent déjà la vente de pâtes à base de farine d’insectes. On trouve aussi des insectes préparés et aromatisés, des barres protéinées à la poudre d’insectes, et même des granolas aux insectes.

La Grande Forme, c’est du lundi au vendredi de 13h à 14h30 en direct sur VivaCité. Vous avez manqué l'émission? Nous vous invitons à la revoir sur Auvio.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK