La Grande Forme

Plus d'infos

Le vitiligo : les anti-JAK, un traitement prometteur pour cette maladie de la peau

Le vitiligo est une maladie bénigne de la peau, elle se caractérise par une dépigmentation sur le visage, les mains et les pieds. Éléments d'information avec le Dr Tennstedt, dermatologue, dans l'émission "La Grande Forme".

Le vitiligo est une affection relativement fréquente, elle touche 0,5% de la population belge, soit 50 à 60.000 personnes ou encore 1 personne sur 200. Les dermatologues sont fréquemment consultés à cet effet souligne le Dr Tennstedt.

Il s'agit d'une maladie bénigne qui est acquise ; on ne naît pas avec, on la développe à un moment donné. Cette affection est caractérisée par des plaques blanches qui se développent sur la peau, elles sont planes, pas squameuses et il n'y a plus de pigmentation aux endroits touchés par le vitiligo. Il atteint surtout le visage de manière symétrique, le dos des mains, les poignets et les organes génitaux.

Le vitiligo est une maladie auto-immune, c'est-à-dire qu'on crée des anticorps contre ses propres mélanocytes - cellules qui fabriquent la pigmentation de la peau et qui sont stimulées par le soleil. Résultat : ces anticorps attaquent les mélanocytes qui disparaissent et ne savent plus fabriquer de mélanine donc malgré la présence du soleil, on ne sait plus bronzer à l'endroit affecté par la maladie.

La cause est assez méconnue ; on sait juste que le mélanocyte est détruit par une inflammation profonde mais on ne sait pas la cause de l’inflammation souligne notre spécialiste. On sait par contre que cela peut arriver vers la période post-puberté et chez les jeunes adultes âgés de 17 à 30 ans. On sait également que dans 10% des cas, ça peut se résoudre, ça va régresser spontanément. Mais que dans 90% des cas, c'est lentement extensif et ça ne guérit pas... ça peut juste rester stable si on traite le vitiligo.

Vivre avec le vitiligo

La première chose à faire est de rassurer le patient selon le Dr Tennstedt : "Le vitiligo pose surtout un souci esthétique, c'est difficile de vivre avec à cause du regard des autres, surtout quand il s'agit d'une personne à la couleur de peau noire car c'est encore plus visible. Mais c'est une maladie bénigne et il faut que nos patients arrivent à vivre avec cette dépigmentation sans prêter attention au regard des autres même si ce n'est pas toujours évident..."

Autre conseil : il faut à tout pris éviter le soleil ou se protéger un maximum avec de l'écran total. En effet, les coups de soleil sont très rapides sur les zones touchées. Et les zones adjacentes doivent aussi être protégées sinon le vitiligo sera encore plus visible à cause de la différence de couleur entre peau normale et peau atteinte.

Les possibilités de traitement

Il existe des traitements pour stopper la propagation du vitiligo. On peut notamment prendre des crèmes corticoïdes ou bien des crèmes qu'on appelle immuno-modulatrices topiques : ce sont des produits qui parviennent à stopper le vitiligo mais pas à le guérir.

Il existe également les UVB : on stimule les mélanocytes restant par des ultra-violets car on espère toujours qu’il en reste sous le vitiligo pour éviter d’avoir des plaques blanches et ainsi favoriser la repigmentation explique le Dr Tennstedt. 

Dans les cas très importants, difficiles à vivre, on peut également faire des greffes de mélanocytes à l'aide notamment de la peau des fesses, ça se fait dans certains établissements.

Enfin, les molécules anti-JAK pourraient être un traitement révolutionnaire. Ce traitement bloque le dysfonctionnement du système immunitaire et pourrait fournir une thérapie efficace et rétablie la qualité de vie de toutes les personnes souffrant de vitiligo, soit 70 millions dans le monde entier.

On croise les doigts pour elles...

La Grande Forme, c’est du lundi au vendredi de 13h à 14h en direct sur VivaCité. Vous avez manqué l'émission ? Nous vous invitons à la revoir sur Auvio.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK