La Grande Forme

Du lundi au vendredi de 13:00 à 14:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Le vaccin AstraZeneca suspendu dans plusieurs pays sauf en Belgique : pour quelle raison ?

Une quinzaine de pays ont pris la décision de suspendre l'utilisation du vaccin AstraZeneca. En cause : des cas graves de formation de caillots sanguins. La Belgique n'a pas suivi le mouvement. Mais pour quelle raison notre pays continue-t-il à vacciner avec l'AstraZeneca ? Éléments d'information dans "La Grande Forme" avec Leïla Belkhir, infectiologue aux Cliniques universitaires Saint-Luc.

Le nombre de pays qui suspend le vaccin de l'AstraZeneca contre le Covid-19 ne fait qu'augmenter. Le Danemark a été le premier pays à prendre cette décision. La Norvège lui a emboîté le pas, avant de nombreux autres pays comme l'Allemagne, la France, l'Italie, ou encore l'Espagne et le Portugal. La Belgique, elle, n'a pas pris cette mesure de précaution.

Leïla Belkhir, infectiologue aux Cliniques Saint-Luc, est intervenue dans l'émission "La Grande Forme" pour faire le point en court de route au sujet de cette nouvelle qui perturbe la lutte contre le Covid-19 : "Ça a commencé par quelques cas dans les pays nordiques et ils ont alors déclaré que cela pouvait être lié à un lot de vaccins. Puis, il y a eu une sorte d'emballement avec surexposition sur le nombre d'évènements, sans mise en perspective avec ce qui se passe habituellement."

La maladie thromboembolique est une maladie fréquente qui touche environ 10 000 Belges chaque année

"La maladie thromboembolique est une maladie fréquente. En Belgique, chaque année, 1 à 2 personnes sur 1000 vont développer une thrombose ou une embolie pulmonaire. Ce qui signifie qu'environ 300 évènements surviennent chaque semaine pour une population de 11,5 millions d'habitants. Tout en sachant que quand on est plus âgé, cette incidence augmente. Par mesure de précaution, certains pays ont tout de suite décidé d'interrompre le vaccin AZ mais quand on regarde les chiffres actuels - je dis bien actuels -  il y a 30 cas sur 5 millions de doses administrées en Europe et +-30 cas sur 11 millions de doses administrées en Grande-Bretagne. Donc ça reste encore en-dessous des statistiques normales."

D'après Leïla Belkhir, il y a eu un emballement - en particulier de l'Italie, l'Allemagne et la France - basé sur une décision politique alors que l'Agence Européenne des Médicaments (EMA) estime que pour l'instant, il n'y a pas lieu de tirer la sonnette d'alarme.

La Belgique suit les recommandations de l'EMA

Leïla Belkhir souligne que rien n'est banalisé mais qu'il faut bien analyser ça au cas par cas, tout en étudiant les facteurs de risque. Par exemple, une femme qui prend une pilule contraceptive multiplie par 2 voire 3 les chances d'avoir une thrombose. L'EMA va donc analyser tous les évènements pour être sûre qu'ils auraient pu se produire en dehors de la vaccination et voir s'il y a un lien possible ou pas avec celle-ci. Mais actuellement, il n'y en a pas. D'où le fait qu'il y ait encore une réunion ce jeudi.

En attendant, la Belgique suit les recommandations de l'EMA : il faut surveiller, être vigilant. "Je rappelle également que quand on a le Covid-19, on a 1 chance sur 5 de développer une thrombose ou une embolie pulmonaire. Mais pour l'instant c'est le vaccin qui l'emporte sur la non vaccination." conclut notre experte.

Maintenir les gestes barrières

Enfin, notre experte conclut en évoquant l'augmentation récente des contaminations et des hospitalisations et rappelle l'importance des gestes barrières : "On constate de plus en plus d'hospitalisations et cela concerne moins de personnes âgées mais des patients âgés entre 40 et 65 ans. Et il y a proportionnellement plus de patients aux soins intensifs, or il est important de rappeler qu'une fois qu'ils y entrent, ils y restent minimum 2 semaines donc les capacités sont moindres... Il est donc important de maintenir les gestes barrières."

La Grande Forme, c’est du lundi au vendredi de 13h à 14h en direct sur VivaCité. Vous avez manqué l'émission ? Nous vous invitons à la revoir sur Auvio.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK