La Grande Forme

Plus d'infos

Le dernier apéro en date ne vous a pas réussi ? En voici peut-être la cause !

Il vous est peut-être déjà arrivé d'avoir des rougeurs au visage et au cou ou encore de la tachycardie ou des nausées après avoir bu un petit verre. Cela pourrait être dû à une intolérance à l'alcool. Éléments d'information avec le Dr Van der Brempt, pneumo-allergologue à Marche-en-Famenne et aux Cliniques Saint-Luc à Bouge (Namur), qui est intervenu dans l'émission "La Grande Forme".

L'allergie à l'alcool est un phénomène très complexe et peu courant mais il existe bel et bien. En principe, pour pouvoir parler d'allergie, il faut des anticorps anti-allergiques que l'on fera pour un rhume des foins ou encore une allergie aux poils de chat. Ces anticorps réagissent alors avec notre organisme et provoquent les symptômes classiques d'une allergie. Or, l'alcool n'est pas capable de provoquer la formation d'anticorps donc les différentes réactions qu'on peut avoir portent plutôt le nom d'intolérance à l'alcool souligne notre expert.

Le syndrome du flush

Chez certaines personnes, l'alcool est moins bien toléré et les symptômes peuvent ressembler à ceux engendrés par une allergie. Cela s'explique par le fait que pour détoxifier l'alcool (l'éliminer de l'organisme), il faut passer par deux étapes (deux enzymes) au niveau du foie :

  • Première étape : l'alcool est d'abord transformé en une première substance très toxique (acétaldéhyde).
  • Deuxième étape : l'alcool est transformé en vinaigre (acide acétique).

Au deuxième stade de cette transformation, il y a une grande toxicité chez certaines personnes - notamment chez les personnes d'origine asiatique qui ont une prédisposition génétique - car il y a une déficience de cette deuxième enzyme. Résultat : l'alcool reste calé à la première étape avec une substance toxique qui s'accumule dans le sang et va contaminer les organes.

"C'est une substance irritante qui se traduit par ce qu'on appelle "un flush" c'est-à-dire des rougeurs dans le haut du corps (visage, cou, etc.), une sensation de malaise, des vertiges ou encore des palpitations. Tout cela est lié à une vasodilatation et un effet toxique de cette molécule."

Cela peut arriver à n'importe quel âge

"Ce genre d'intolérance peut arriver du jour au lendemain, il peut y avoir des déficiences progressives et effectivement, à un certain âge ou suite à certaines maladies (comme une maladie du foie), on peut avoir un déficit dans cette enzyme qui s'installe et cela peut être temporaire ou définitif" souligne notre expert.

2 images
Le dernier apéro en date ne vous a pas réussi ? En voici peut-être la cause ! © ZzzVuk - Getty Images

Attention aux fausses allergies à l'alcool 

Il existe de véritables allergies à l'alcool mais elles sont très rares. Ce qu'il y a surtout, ce sont des réactions allergiques liés aux composants qui se trouvent dans les boissons alcoolisées explique le Dr Van der Brempt.

Les composants allergéniques 

  • Le houblon
  • Les céréales comme le malt ou encore l'orge
  • La levure de bière
  • Dans le vin : le raisin
  • Les additifs de fabrication du vin comme le sulfite
  • Les additifs de clarification du vin comme le blanc d'œuf ou encore la gélatine
  • Le Campari : cas spécial dans lequel il y a un colorant rouge qui est un dérivé d'une protéine d'un insecte le rouge carmin ; un allergène puissant qui peut donner de l'asthme chez les buveurs de Campari 

Prévenir plutôt que guérir

Enfin, notre expert prévient ; c'est très peu connu mais il est primordial de manger avant de porter un toast avec vos invités : "On a tendance à boire un coup sur un estomac vide alors qu'il faudrait manger quelque chose avant. Pas des chips mais plutôt des tomates cerises, du fromage, bref quelque chose qui fait office d'éponge parce que l'alcool est métabolisé, passe dans le sang bien plus rapidement dans un estomac vide. Résultat, il y a un pic d'alcool dans le sang, le foie doit se mettre obligatoirement au travail directement pour le transformer en enzymes et un pic de cette deuxième substance peut être mal toléré et rendre également pompette plus rapidement."

Boire de l'eau entre chaque verre n'est par contre pas forcément conseillé car le principal effet est de diluer l'alcool mais cela ne diminue pas la toxicité de l'alcool pour autant. Par ailleurs, autant il existe des substances médicamenteuses pour mieux digérer le gluten ou le lait mais il n'existe malheureusement pas encore de médicaments pour l'alcool.

Enfin, si vous souffrez d'intolérance à l'alcool, la principale attitude à préconiser est évidemment la modération (et en tout temps d'ailleurs) mais également envisager un bilan allergologique. Pour pouvoir diagnostiquer ce genre d'intolérance, une anamnèse au sujet de votre consommation, de la quantité, des symptômes et leur délai d’apparition, sera réalisée.

La Grande Forme, c’est du lundi au vendredi de 13h à 14h en direct sur VivaCité. Vous avez manqué l'émission ? Nous vous invitons à la revoir sur Auvio.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK