La Grande Forme

Du lundi au vendredi de 13:00 à 14:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Evitons les récipients en plastique !

Les emballages en plastique sont encore omniprésents dans notre quotidien. Virginie Hess, la chroniqueuse nature de "La Grande Forme" est venue donner des alternatives à tous ces emballages.

En Belgique, parmi les emballages en plastique utilisés dans l’alimentation, seules les bouteilles sont recyclées. En plus de poser un problème de déchets, le plastique en contact avec les aliments peut aussi avoir des effets néfastes sur la santé.

Les plastiques utilisés pour notamment les barquettes, les boissons ou les boîtes fraîcheur sont composés de substances qui peuvent migrer vers les aliments. Certaines peuvent être cancérigènes ou perturber le système hormonal. Il faut donc limiter le contact des aliments avec le plastique.

Dans son article "Alimentation, pourquoi et comment éviter les contenants en plastique", Ecoconso recommande d’éviter de :

  • Stocker longtemps un même aliment dans du plastique
  • Mettre un reste de repas encore chaud dans un pot en plastique
  • Réchauffer un plat dans un récipient en plastique, même s’il est dit "adapté au micro-ondes".
  • Conserver des aliments ou une préparation très grasse ou acide, comme le coulis de tomate dans une boîte en plastique.
2 images
Evitons les récipients en plastique ! © FotografiaBasica - Getty Images

Les emballages sans plastique, ça existe !

Il existe d’autres matières qui ne posent pas de problème de migration de substances nocives. C’est le cas du verre, de l’inox ou de la porcelaine.

Comme boîte à tartines, privilégiez l’inox car c’est la matière la plus légère. Pour conserver les restes du repas, Virginie Hess propose les récipients en verre qui se mettent facilement au four et au frigo. Et pour transporter vos boissons, rien de tel que la gourde. Vérifiez bien que le bouchon de celle-ci, s’il est en plastique, ne contient ni phtalate ni bisphénol A.

Pour les plus motivés, il est aussi possible de fabriquer ses emballages réutilisables en cire d’abeille.

Le bambou : Pas la bonne solution

Souvent présenté comme une alternative écologique au plastique, le bambou présente en effet de nombreux avantages. Par exemple, il peut fixer jusqu’à 30% de plus de CO² que les arbres et libère donc 30% de plus d’oxygène qu’eux. Particulièrement résistant, le bambou se distingue par sa croissance rapide et n’a nul besoin d’engrais et d’autres produits phytosanitaires pour se développer.

Revers de la médaille, la production massive de ce végétal entraîne la déforestation d’autres espèces pour arriver à de gigantesques plantations, particulièrement en Asie. Car, c’est aussi un inconvénient, la plus grande partie du bambou vient de Chine, d’Inde, du Vietnam et d’Amérique latine. Ce n’est pas la porte à côté.

Suivez le lien pour entendre toute l’émission " La Grande Forme "

La Grande Forme, c’est tous les jours de 13h à 14h en direct sur VivaCité.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK