La Grande Forme

Plus d'infos

Cancer du testicule : l'importance de l'autopalpation

Le cancer du testicule, un sujet souvent tabou et pourtant, c'est important d'en parler et de souligner que ce cancer se soigne très bien puisque le taux de guérison est de 98%. Comment détecter une anomalie aux testicules et que faire dans ce cas ? On en parle avec notre expert, le Dr Naudin, chef de service à l'hôpital Ambroise Paré à Mons et maître de stage en urologie.

Le cancer du testicule :

"Il s'agit d'un cancer assez rare qui touche à peu près 1,5% des hommes parmi tous les cancers. Il y a deux pics essentiels :

  • À la trentaine : tumeurs qui peuvent être ce sont des cellules germinales plus agressives.
  • À la quarantaine : ce sont des séminomes (tumeur maligne) qui peuvent être un peu moins agressifs 

C'est un cancer qu'on arrive à bien guérir, surtout quand il est pris à un stade localisé (taux de 98% de guérison). S'il y a déjà des métastases, le taux de guérison est de 70%, ce qui reste très bon. Autre bonne nouvelle : ce taux de guérison ne fait qu'augmenter ; depuis 2008, par exemple, il a augmenté de 5%. Donc c'est un cancer qu'on arrive à bien traiter avec évolution des traitements adaptés."

L'importance de la palpation :

Le Dr Naudin conseille aux hommes et jeunes hommes de palper ses testicules de temps en temps, surtout en cas de facteurs prédisposants :

  • S'il y a des antécédents familiaux
  • Si le testicule n'est pas descendu pendant l'enfance (avant la puberté), le risque de cancer est plus élevé

S'il y a un doute, il ne pas traîner mais consulter rapidement votre médecin traitant ou votre urologue afin de faire une échographie et une prise de sang.

"Pour 50% des cas, c'est localisé et pour les autres 50%, ça peut être avec des métastases qui partent dans le système lymphatique ou les viscères. Cependant, avec l'imagerie moderne dont on dispose, on peut rapidement repérer ces métastases et les traiter via de la chimiothérapie, des rayons ou parfois des interventions."

Ne paniquez pas trop vite et inutilement...

Quand on se palpe, si cancer il y a, on va sentir un nodule donc quelque chose d'assez rond, induré et souvent indolore. Si vous sentez une induration, il ne faut pas paniquer et/ou vous renseigner sur le net mais plutôt aller voir votre médecin car c'est souvent simplement une induration (un épaississement ou un durcissement anormal des tissus organiques) et pas un cancer."

Du diagnostic au traitement

Le Dr Naudin nous détaille les différentes étapes par lesquelles passe un patient atteint d'un cancer du testicule :

  • Palpation du testicule : on arrive à faire le diagnostic dans la plupart des cas dès l'examen clinique.
  • Échographie : pour confirmer le diagnostic, voir la taille de la tumeur et vérifier l'état de l'autre testicule. On peut aussi doser des marqueurs sanguins car la plupart des tumeurs en secrètent pour affiner et préciser le diagnostic.
  • Bilan complet : scanner thoraco-abdominal pour vérifier l'absence de métastases
  • Chirurgie d'exérèse : on enlève testicule (orchidectomie) et le cordon puisque c'est par là que peuvent s'évader les métastases.
  • Traitement : on évalue le type de tumeur et le stade auquel elle se situe et on la traite en fonction.

Fertilité et esthétique :

"C'est un traumatisme c'est certain. Dans la plupart des cas, on propose de mettre du sperme en banque au cas où la chimiothérapie ou un autre traitement interfère avec la fertilité. Et dans les cas où on enlève le testicule, on propose également de mettre une prothèse comme ça il n'y a aucune différence sur le plan esthétique."

La Grande Forme, c’est du lundi au vendredi de 13h à 14h en direct sur VivaCité. Vous avez manqué l'émission ? Nous vous invitons à la revoir sur Auvio.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK