La Grande Forme

Du lundi au vendredi de 13:00 à 14:30 sur Vivacité

Plus d'infos

1 personne sur 4 souffre de migraine : le traitement monoclonal est-il la solution miracle ?

La migraine est une céphalée, un mal de tête qui survient de façon répétitive et régulière et qui engendre des douleurs vives. Pour soulager une migraine, il existe le traitement d'anticorps monoclonaux. Cependant, le coût est assez élevé et si le remboursement est effectif dans certains pays, chez nous, ce traitement n'est tout simplement pas encore disponible. Éléments d'information avec le Dr Schoenen, neurologue, professeur honoraire à l'Université de Liège et directeur de la Clinique des Céphalées au CHR de la Citadelle à Liège.

Les migraines peuvent véritablement impacter la qualité de vie des personnes migraineuses. Ce mal de tête, relativement violent, peut s'installer durant quelques heures comme plusieurs jours consécutifs et est difficile à traiter. Heureusement, des traitements sont élaborés au fur et à mesure des années pour tenter de venir en aide aux patients dont la qualité de vie est détériorée par des crises de migraine. C'est le cas notamment d'un nouveau traitement innovant : le traitement d'anticorps monoclonaux, évoqué par le Dr Schoenen dans l'émission "La Grande Forme".

Distinction entre migraine et mal de tête classique

La migraine est un mal de tête bien défini qui répond à trois grands critères bien particuliers :

  • Réduit la capacité d'action au quotidien ; que ce soit dans nos tâches professionnelles ou privées
  • Provoque des nausées et vomissements
  • Engendre une sensibilité particulière à la lumière

Si vous répondez à ces trois critères, il y a 9 chances sur 10 que vous souffrez de migraine souligne le Dr Schoenen. Il s'agit d'un type de mal de tête qu'on appelle les céphalées primaires étant donné que la céphalée est le principal symptôme, il n'y a pas d'autres causes détectables qu'on peut mettre en évidence. La migraine est un phénomène assez complexe ; il s'agit d'une prédisposition génétique c'est-à-dire que les gènes dont on a hérité remplissent un baril de poudre et une série de mèches vient ensuite mettre le feu aux poudres, ce qui déclenche des crises de migraine qui viennent jouer sur cette prédisposition génétique explique notre expert. Les facteurs déclencheurs extérieurs ou intérieurs peuvent être : le stress, l'hygiène de vie, le manque de sommeil, le fait de ne pas manger régulièrement/de boire de l'alcool, les variations hormonales, etc.

En Belgique, 1 personne sur 4 est souffre de migraine

Le Dr Schoenen nous fait part de chiffres assez interpelant :

  • 1 personne sur 4 remplit les critères de migraines, ce n'est pas négligeable bien que tous ces migraineux n'ont pas une maladie sévère
  • 1 personne sur 13 a plus de 7 jours de migraine par mois
  • 1 sur 80 est souffre de migraine chronique ; il s'agit de la forme la plus invalidante qui engendre plus de 15 jours de céphalées par mois en plus de 8 jours de crise de migraine

"Au travers de ces crises de migraines, on voit surtout des patients fortement invalidés. Cependant, il y a une proportion non négligeable de migraineux qui ont trouvé leur traitement et se font aider au quotidien. Mais si vous vous sentez concerné et que ça devient ingérable, que ça impacte votre qualité de vie, vous devez d'abord vous adresser à votre médecin traitant ; la première ligne peut décider s'il faut instaurer un traitement particulier ou non, soit pour les crises soit pour les prévenir. Et si ça ne va toujours pas, il y aura nécessité de consulter un centre spécialisé où on envisage des traitements différents et/ou complémentaires que les médecins de première ligne ne manipulent pas facilement."

Ce n'est pas une fatalité, il ne faut pas subir ses migraines !

"Être migraineux n'est pas une fatalité, il ne faut pas subir ses migraines même si la perception des migraines est compliquée dans notre société ; ce n'est pas considéré comme une maladie grave... Toutefois, si ce n'est pas une maladie qui tue, elle tue cependant la qualité de vie ! Il ne faut donc pas se résigner ou se dire que c'est de famille, il existe des traitements pour soulager les crises et améliorer de façon substantielle la vie des migraineux !" insiste le neurologue.

Les traitements monoclonaux

Les traitements d'anticorps monoclonaux ne sont pas encore autorisés en Belgique, pourtant, "c'est l'aboutissement d'un mouvement de recherche qui dure depuis 35 ans dans la migraine et qui a permis de montrer que la douleur de la crise de migraine - le mal de tête et les signes qui l'accompagnent - est produite par la libération d'une substance qui s'appelle le CGRP dans les méninges au niveau des nerfs sensibles à la douleur. Les anticorps monoclonaux vont bloquer de façon élective cette substance CGRP, responsable de la crise douloureuse, c'est un traitement très ciblé" souligne le Dr Schoenen.

À savoir qu'il n'existe aucun autre traitement aussi spécifique pour la migraine, à part un autre traitement qui, lui, agit sur la réserve énergétique dans le cerveau qui est diminuée chez les migraineux. Mais tous les autres traitements sont utilisés pour d'autres maladies et ne sont pas spécifiques pour traiter des migraines. Depuis une vingtaine d'années, il existe également les triptans pour la crise de migraine ; cela aide à bloquer électivement un autre récepteur à la sérotonine dans ces fameux nerfs dans les méninges et ça empêche ainsi la libération de ce CGRP mais le souci est que ce traitement n'agit que 6 à 8h. Alors que l'avantage des anticorps monoclonaux est qu'ils vivent pendant plusieurs semaines, durant la vie de l'anticorps. Un soulagement non négligeable comme le précise notre expert.

Un traitement qui a un certain coût

D'après le Dr SChoenen, "le problème de la migraine est que le coût sociétal est essentiellement entraîné par des coûts indirects : perte de qualité de vie, de journée de travail, etc. ce qui est difficilement comptabilisable. Or d'après une étude réalisée par l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé), la migraine est classée deuxième maladie la plus invalidante parmi les maladies neurologiques. En Belgique, la dépense sociétale évaluée en 2010 est de près d'un milliard d'euros par an en coûts indirects, cela représente tout de même 1,5 million de jours de travail perdus chaque année chez nous à cause des migraines ! Le traitement d'anticorps monoclonaux pourrait donc aider à réduire ce coût... Le bémol ? Il coûte environ 460€/mois. La France l'a mis sur le marché il y a quelques semaines à 250€, mais ça reste élevé. Pourtant, il permettrait d'aider beaucoup de personnes migraineuses au quotidien, il suffirait qu'il soit accessible et remboursé en Belgique."

L'appel est lancé...

La Grande Forme, c’est du lundi au vendredi de 13h à 14h en direct sur VivaCité. Vous avez manqué l'émission ? Nous vous invitons à la revoir sur Auvio.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK