La Grande Evasion

Plus d'infos

La Réunion et sa cuisine métissée

La cuisine de La Réunion est à l’image de son peuple: un mélange de saveurs venues de tous les coins du monde: d’Europe, d’Afrique, d’Inde, de Chine… Et on découvre ce mélange notamment dans le plat emblématique: le cari, ou plutôt les caris, car il existe de nombreuses façons de le préparer. La base, c’est une grande marmite dans laquelle on fait dorer de la viande, du poisson ou des fruits de mer, qu’on parfume avec de l’oignon, de l’ail, du curcuma ("safran péi", plein de goût, à ne pas confondre avec les poudres de curcuma qu’on connaît en Europe), du thym, du gingembre, puis on laisse mijoter le tout avec un peu d’eau. Parfois on met de la tomate, parfois non. On a ainsi des caris au poulet, au poisson, aux langoustes, aux crevettes, au canard à la vanille, aux saucisses épicées (le plat s’appelle alors "rougail saucisses"), au porc boucané (fumé) ou encore aux sarcives (sorte de rib’s). Et on accompagne tout ça de riz, lentilles ou encore de pois du cap (haricots).

Et on peut déguster du cari partout… C’est le plat familial par excellence, donc vous verrez les Réunionnais, quand ils vont pique-niquer (le pique-nique est une institution!) amener avec eux leur grande marmite de cari. On en mange aussi dans tous les restos, quel que soit le standing, même dans les refuges qui accueillent les marcheurs, le soir, dans les cirques, où le cari est alors encore cuit au feu de bois, selon la tradition. Dans les grands restaurants aussi, on déguste les caris, alors sublimés et réinventés selon la mode du chef.

Donc le cari est immanquable, mais il y a d’autres spécialités, notamment à base de légumes… Comme légume typique, il y a le chouchou (le vrai nom, c’est chayotte), une cucurbitacée vert clair, plutôt ronde, qui a un peu la saveur de la courgette, et qu’on prépare en beignet, en purée ou en gratin. Comme accompagnements aux plats, on cuisine aussi les brèdes: ce sont les feuilles et les tiges de différentes plantes (chouchou, chou de Chine, citrouille...) servies en fricassées avec de l’ail, du gingembre, de l’oignon et un peu de piment.

Et pour l’apéro? Des samoussas ou encore des "bouchons" (bouchées vapeurs selon la tradition chinoise) et des  "bonbons piments" (beignets salés et épicés) qu'on mange pour accompagner une bière ou un rhum arrangé. On achète tout ça dans des camions-bars dans la rue. Enfin, côté sucré, pour le dessert ou au goûter, il y a les galettes de manioc, les gâteaux de patates douces et les salades de fruits (il existe toute une variété de fruits exotiques), parfois assaisonnées avec du piment!

Il faut encore parler de quelques curiosités: comme les larves de guêpes (préparées en friture, avec du sel) ou les bichiques (alevins nés en mer qui remontent les cours d’eau entre octobre et décembre). Larves et bichiques sont considérés comme le caviar réunionnais. On mange aussi du tangue (sorte de hérisson, pour les amateurs de gibier), des zourites (petites pieuvres) et des baba-figues (fleur du bananier servie en légume).

Toutes les infos sur La Réunion: www.reunion.fr

Pour aller à La Réunion: www.air-austral.com

Une bonne adresse pour loger et manger: www.hotelsaintalexis.com

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK