Grandeur Nature

Tous les samedis de 16:00 à 18:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Sur les traces de photographes bruxellois et de leurs clichés

Jelske et Milan, photographiés par Silvano Magnone avec la technique du "Collodion humide" lors de leur reportage
Jelske et Milan, photographiés par Silvano Magnone avec la technique du "Collodion humide" lors de leur reportage - © Silvano Magnone

Milan Berckmans, cinquième candidat de cette Belgodyssée, nous dévoile ses quelques jours passés dans la peau d'un Tintin reporter !

 

De l’autre côté du micro : une semaine intense

 

Dès la première rencontre avec Jelske, après notre sélection, nous échangeons rapidement nos premières idées. Je lui explique que j’ai rencontré deux jeunes entrepreneurs qui ont monté leur boite de vélos partagés. Jelske me parle d’un site lancé par de jeunes anversois et qui veut lutter contre les préjugés, Muslims.com. Le courant passe bien. Spontanément, elle me parle en français, et je lui réponds en néerlandais.

En fait, ce n’est pas exactement notre première rencontre : au début de mon master, j’ai choisi la finalité Erasmus Belgica qui fait le lien entre l’ULB et la VUB et dans le cadre duquel j’ai quelques cours côté flamand. Nous ne sommes pas exactement dans la même option, mais nous avons un cours en commun. Nous avons dû nous croiser durant ce cours, mais nous étions évidemment loin de nous imaginer ensemble dans une aventure pareille. Dans le cadre de mon programme de cours, c’est exactement le genre de travail qui manque : faire du terrain avec une personne issue de l’autre communauté !

 

Bruxelles, au cœur du projet

Après l’euphorie passagère de la sélection, je reviens vers les affaires courantes : les cours à la VUB, les travaux de groupe à réaliser pour l’ULB et mon mémoire.
Pendant quelques temps, je laisse le concours dans un coin de ma tête et me concentre sur d’autres choses.

 

Finalement, la première semaine se rapproche et nous nous heurtons à un problème de taille : les jeunes entrepreneurs bilingues ne sont pas si nombreux dans notre petit pays. Les idées peuvent être géniales, nous n’en démordons pas : il nous faut des intervenants capables de s’exprimer dans les deux langues ou des collaborateurs des deux communautés du pays.

 

C’est via la plate-forme Growfunding.be que nous découvrons Rent a BXL Picture, un projet qui mélange Francophones et Néerlandophones. Le projet est simple, innovant et beau : quatre photographes veulent louer des photos de Bruxelles à des entreprises. Derrière l’aspect financier, il y a la visibilité que peuvent apporter ces, mais aussi – et c’est ce qui nous a séduit – la volonté de redonner une image positive de Bruxelles.

 

Un projet jeune, des profils variés

Reste un point sur lequel nous sommes encore dubitatifs : nos entrepreneurs ne sont pas si jeunes que cela. " Peu importe ! ", se dit-on avec Jelske, après avoir quitté des journalistes de la RTBF et de la VRT visiblement peu emballés par le sujet : " C’est le projet qui est jeune, l’idée qui est originale ! ".

Rapidement, nous allons à la rencontre de Bea Borgers, l’initiatrice du projet, dans son studio à Tervuren. Cette petite quadragénaire flamande a la pêche et nous explique qu’elle a déjà commencé à louer ses propres photos sur le même principe à une entreprise au centre de Bruxelles. Elle a également des idées de clients pour la suite, et le crowdfunfing est en bonne voix - près de 70% du montant désiré ont déjà été récoltés. Bea me donne le numéro de Silvano Magnone, un des photographes qui est Italien et parle français. Je le contacte par téléphone le mardi et organise notre journée de reportage du jeudi. La vidéo se passe bien, si ce n’est que le montage nous prend énormément de temps. Je me démène avec une version d’essai du programme Final Cut Pro qui fait ramer mon ordinateur jusqu’à me faire perdre de précieuses heures de sommeil. Je dors peu, et le lendemain j’ai rendez-vous pour mon article de presse écrite avec la start-up de coursiers à vélo Molenbike. La rencontre se passe super bien, on dévie sur des thématiques extrêmement intéressantes comme l’organisation horizontale, la valorisation du travailleur ou le bonheur au travail. Je ressors la tête pleine d’idées pour mon article.

 

Sur les traces des photographes et de leurs clichés

 

Le lendemain, nous voilà dans le vif du sujet ! Katy, l’une des journalistes de la VRT qui encadre la compétition est présente au rendez-vous pour un peu de " coaching ". Nous retrouvons Bea Borgers et allons rendre visite tous ensemble à l’entreprise S-Three, au centre ville, pour en savoir un peu plus sur les raisons qui ont poussé cette boite de recrutement à louer ces photos. Première interview en français avec une porte-parole de l’entreprise et blabla institutionnel. En haut, nous prenons des sons d’ambiance avec Jelske, j’essaie de lui donner quelques conseils de mes expériences en radio, et nous prenons également les conseils insistants de Katy. Après avoir interviewé quelques employés, en français et en néerlandais, nous quittons le bâtiment pour une balade dans la ville. Nous passons dans un parc désert et insolite au pied de la tour des finances, juste au-dessus du vaste boulevard Pacheco. Le ciel est gris, Jelske tente de capturer toutes les ambiances, et passe beaucoup de temps aux côtés de Bea. De mon côté, prends de nombreuses photos pour fournir les réseaux sociaux.

 

Un peu plus tard, nous arrivons chez Silvano Magnone. Rapidement, il prépare un petit café et nous lui expliquons le principe de la compétition. Il nous dévoile comment il capture ses clichés, avec la technique du " collodion humide ", photographie artisanale qui date du XIXème siècle  -mais aussi comment il compte capturer la ville avec sa technique pour Rent a BXL Picture. Derrière la grosse barbe noire et les petites lunettes de Silvano se cache un homme plein de sensibilité et terriblement gentil. Les interviews terminées, nous quittons le studio de Silvano en le remerciant pour son accueil chaleureux. Après avoir laissé Bea et Katy s’en aller, nous prenons le temps de faire un petit " débriefing " avec Jelske. De temps à autre, nous utilisons l’anglais pour mieux nous comprendre mais nous essayons toujours de parler la langue de l’autre.

 

Apporter autre chose

 

Cette journée de reportage aura été riche en découvertes et en prises de sons, mais nous aura aussi montré à quel point il peut être difficile de sortir de sa communauté dans le cadre de la radio. A travers nos intervenants, nous avons essayé d’apporter autre chose : Jelske a fait parlé Silvano en néerlandais, lui qui est italien d’origine, et j’ai pu décrocher quelques mots à Bea, flamande endurcie.
Le vendredi, nous nous retrouvons dans la magnifique bibliothèque flamande du centre, le " Munt Punt ", pour réécouter nos sons ensemble et nous partager ceux-ci.


Finalement, nous nous quittons pour un week-end, nos têtes bien remplies et un bon paquet de sons à " dérusher " pour y voir plus clair.

La suite c’est sur Vivacité et La Première ce week-end !

Milan Berckmans

 

Retrouvez le reportage de Milan, ce samedi entre 16h et 18h dans l'émission Grandeur Nature, en compagnie d'Adrien Joveneau.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK