Grandeur Nature

Tous les samedis de 16:00 à 18:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Sébastien, quatrième candidat à la Belgodyssée, nous relate sa semaine !

Sébastien, quatrième candidat à la Belgodyssée, nous relate sa semaine !
Sébastien, quatrième candidat à la Belgodyssée, nous relate sa semaine ! - © Sébastien Baillet

Une semaine avec le duo 4

 

Si vous lisez ceci c’est que l’aventure du duo 4 s’est terminée sans aucun soucis. En effet, à l’annonce de notre partenariat, Maurane et moi ne savons pas de quoi vont se composer nos différentes pérégrinations.

Mais bien avant les interrogations sur nos futurs déplacements, la première embuche se présente: le francophone que je suis doit faire équipe avec une néerlandophone… VERDOM! J’ai certes bien un niveau moyen dans cette langue située plus au nord de ma position géographique, cependant, dans mon Nivelles natal, la pratique s’y fait rare.

Fort heureusement, les nombreux examens qui ont jonché mon parcours scolaire et les matchs de foot regardés sur les chaînes flamandes, me permettent de tenir le choc linguistique. Pour ma partenaire, la crainte est assez similaire. Toujours est-il que l’amour du journalisme prend le dessus et en coeur nous nous disons: au diable le communautaire, laissons cela aux hommes politiques. L’aventure peut commencer.

Mus par notre envie d’incorporer à notre sujet les racines mêmes de ce que nous pensons être le défi de la Belgodyssée, nous tombons d’accord assez rapidement sur notre thème: Speaky. Une plateforme qui permet aux utilisateurs voulant améliorer leurs capacités linguistiques de le réaliser en communiquant avec des personnes du monde entier, elles-mêmes sur l’application dans une optique semblable.

Bingo! Voilà un sujet dans lequel ma comparse et moi-même nous retrouvons à 100%. C’est donc essoufflés par les 4 étages de mon école (Ihecs) arpentés grâce aux escaliers qu’une semaine avant nos grands débuts nous optons pour cette direction de futur reportage. Grâce à ce petit rendez-vous, Maurane a l’occasion de se rendre pour la troisième ou quatrième fois de sa vie à Bruxelles et, cerise sur le gâteau, connaît son baptême du feu à l’ihecs.

Je m’occupe de contacter les créateurs de la start-up (ils sont francophones donc plus aisé pour moi), elle s’occupe des utilisateurs. Seule obligation: à l’instar de notre binôme, il nous faut un natif de chaque communauté du pays.

Si la tâche s’annonce relativement simple, elle va vite se compliquer. Chacun de notre côté connaissons des petits pépins: aucune adresse de contact personnelle ni de numéro de téléphone sur le site de Speaky, juste le mail général de contact. Maurane de son côté, essuie de nombreux refus, il faut croire que le mot interview a des connotations négatives.

Après quelques jours de harcèlement sur les réseaux sociaux et le mail de contact, c’est la délivrance: Ludovic Chevalier co-fondateur de Speaky me répond enfin et me communique son numéro de téléphone. J’accueille le précieux sésame à bras ouverts dans un timing qui aurait fait pâlir de jalousie les plus grands scénaristes hollywoodiens. En effet, je reçois le numéro 5 minutes avant de pousser la porte du local de la RTBF dans lequel nous devons présenter notre sujet. Nous sommes passés d’éventualités aux certitudes grâce au coup de téléphone magique que j’ai pu donner juste avant notre défense orale.
Les représentants de la Belgodyssée sont conquis par le sujet et prennent congé. Les " bonne chance " et " veel succes " encore dans les oreilles nous établissons notre plan de bataille. Mardi: dénicher nos utilisateurs, nous avons toute la journée car chez Speaky, on ne peut nous recevoir avant vendredi. Mercredi, nous… m*** c’est férié mercredi!

Qu’à cela ne tienne, évidemment, le premier novembre les gens sont en congés et ne sont pas disponibles, mais nous oui. Nous décidons donc, Maurane et moi de nous voir à la gare d’Anvers afin de discuter plus facilement de l’avancement de nos recherches. Malgré le congé, notre agenda se remplit et Maurane m’annonce la bonne nouvelle: nous avons nos utilisateurs. Un néerlandophone le lendemain, de nouveau en terre anversoise et le francophone nous a donné rendez-vous le vendredi dans la capitale. Fort de ces bonnes nouvelles, mon immersion linguistique se termine et je reprends la route vers Nivelles.

Le jeudi arrive et je me replonge une seconde fois dans les accents chers à Bart De Wever. C’est le moment fatidique: ma première interview en néerlandais. Mon interlocuteur réussit à me comprendre tant bien que mal. Maurane et moi repartons avec la première pierre que constitue l’édifice de notre reportage à venir.

Vendredi pointe le bout de son nez. Et quel vendredi! En une journée, les deux dernières pièces vont venir s’ajouter au puzzle journalistique que nous construisons. Cette fois, les rôles s’inversent. Maurane est en immersion linguistique et je sers de guide. Tout d’abord à Louvain-la-Neuve, fief de Speaky. Nous pénétrons enfin les lieux et tombons sur Ludovic Chevalier, notre interlocuteur tout au long de ces deux semaines de travail. Co-fondateur de la start-up, il se plie volontiers au jeu des questions-réponses et quelques prises de sons.

La porte se referme derrière nous et direction Bruxelles. Où nous attend la dernière étape de notre périple journalistique. Nous finissons avec l’interview de Diego, utilisateur régulier de Speaky. Quoi de mieux pour parler d’une plateforme de rencontres qu’un bar bruxellois un vendredi soir? Diego nous propose sympathiquement quelque chose à boire, mais nous n’abusons pas. Une bière me tente, mais la prune en cas de contrôle beaucoup moins. Après une bonne heure à échanger avec notre hôte du jour, nous prenons congé.

Nous avons tout ce qu’il nous faut pour notre reportage. Y’a plus qu’à….

Y’a plus qu’à écouter ce que ça donne sur Vivacité et La Première!

Merci à la Belgodyssée pour cette chouette expérience…

 

Sébastien Baillet

 

Retrouvez Sébastien et Maurane au micro d'Adrien Joveneau, ce samedi entre 16h et 18h sur VivaCité

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK