Grandeur Nature

Tous les samedis de 16:00 à 18:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Le Cantal, un ami qui vous veut du bien…

Au terme de 867 km, la route devient de plus en plus sinueuse, elle crapahute entre coteaux et pâturages avant de nous propulser à son extrémité : le sommet d’un magnifique vallon où apparaît la silhouette rustique de cette ancienne ferme du XIXème où fût tourné le film " Harry, un ami qui vous veut du bien " avec Sergi Lopez et Mathilde Seigner.

Bienvenue à La Roussière ! Si cette demeure joue un rôle important dans le film, elle est aussi primordiale dans la vie de Brigitte et Christian qui l’ont complétement restaurée pour en faire une splendide maison d’hôtes au cœur du parc naturel des volcans. Et au milieu coule une rivière, la vue est superbe, le calme incroyable et l’accueil proverbial…Nos valises à peine ouvertes, nous savourons l’apéritif local, à base de gentiane, au coin du " cantou ", cette grande cheminée auvergnate où se déroulait autrefois les veillées.

Autour de la table généreuse, nous savourons les mets de Brigitte (mmh…sa truffade et ses pountis) et les mots de Christian. A cinquante ans, nous voulions quitter Bruxelles et changer de (cadre de) vie. Nous avions défini des critères : au sud de la Loire pour le climat, une région verte, avec de la vraie forêt et vallonée, un peu en altitude, avec une belle architecture régionale et de préférence pas déjà trop exploitée touristiquement. Bing, voilà comment nous avons choisi le Cantal !

Lorsque Brigitte et Christian ont acheté La Roussière fin 2001, juste après le tournage du film, la maison était en piteux état. Les travaux ont duré près de 4 ans avant qu’ils puissent ouvrir leurs premières chambres d'hôtes. Christian est ébéniste, il a fait lui-même une grande partie de ces travaux tout en faisant appels à des artisans locaux dans des domaines spécifiques. La déco, c’est l’affaire de Brigitte qui a le chic pour marier la pierre et le bois, les meubles anciens et plus contemporains.

La maison rénovée, Christian a suivi une formation d’accompagnateur en montagne, il a même battu le record d'âge pour débuter cette profession qui, en France, relève d'un brevet d'état. Brevet qu’il a obtenu en 2009, la soixantaine bien sonnée. Cette activité est complémentaire à leurs hébergements, elle lui donne l'occasion de mieux connaître la région dans laquelle ils ont choisi de vivre. Ni une, ni deux, il nous embarque découvrir son nouveau terrain d’aventures.

Notre premier sommet, sera l’Elancèze. Y grimper avec nos pieds de caméra relève pour nous d’un petit exploit : 1571 mètres d’altitude à la force de nos mollets et de nos bras qui s’accrochent aux branches et aux rochers pour ne pas (trop) glisser. Là-haut, la neige est verglaçante et nous ramenons quelques images qui font rêver et d’autres qui pourront enrichir nos bêtisiers. Le grand air, ça creuse, nous allons ensuite pique-niquer au buron de Bâne. Les burons sont d'anciens petits bâtiments situés en montagne et jadis utilisés à la belle saison pour la fabrication du fromage. Celui-de Bâne a été rénové de façon particulièrement sympathique par André de l'Auberge des Montagnes à Pailherols .

D‘autres belges sont installés dans la région. A la cascade du saut de la truite , nous rencontrons Griet Peeters et Kristof Nootens, ces quadragénaires culottés ont tout lâché pour venir s'installer ici. Kristof avait un magasin de vélos à Tervuren et Griet était pompier professionnel à Bruxelles. Ce couple de sportifs a retrouvé du boulot en montagne :il fait la tournée des fermes pour collecter le lait pour un fromager, et

comme elle est polyglotte, elle a facilement décroché un job dans un office du tourisme local. Changer de vie demande de l’énergie, mais cela en donne aussi beaucoup plus…me confient-ils, sourire aux lèvres.

Chère au cœur du volcanologue Haroun Tazieff, la vallée du Brezons est sans doute la plus belle vallée glacière d’Europe. C’est ici que Christian s’adonne à sa passion pour la photo nature. Il peut rester à l’affut des heures durant pour capturer l’image de mouflons, chamois et autres animaux de la région. Christian se définit comme un pourvoyeur de bon temps. À la Vacherie d’Encloux, il nous en offre à la pelle en faisant un grand feu autour duquel nous cassons la croûte. Au pied d’un cirque de montagnes, le paysage est sublime, nous sommes vraiment au bout du monde….

Ebéniste, hôtelier, guide de montagne, Christian a aussi été élu maire de sa commune. Originaire de la capitale de l’Europe, il préside aujourd’hui aux destinées d’un des plus petits villages de France. Une belle façon de parfaire son intégration dans sa région d’adoption tout en étant en phase avec l‘association LESS qu’il vient de créer.

"LESS" propose une autre alternative à la croissance. Une autre forme de progrès, plus saine pour l’humanité et son environnement : la décroissance positive. Une idée fondée sur la conviction qu’on peut aussi vivre mieux avec moins. Moins d’achats. Moins de tracas. Moins de déchets. Plus de solidarité. Plus de biens durables. Plus de qualité de vie. Loin des discours anxiogènes qui nous disent qu’il n’y a pas d’autre issue qu’un retour à l’âge de pierre, Christian veut donner à la décroissance un nouveau sens positif. Sans dramatiser, sans culpabiliser, sans compliquer les choses…

Un reportage d’Adrien Joveneau à suivre dans Grandeur Nature sur VivaCité ce samedi 25 janvier, de 16h à 18h.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK