Grandeur Nature

Tous les samedis de 16:00 à 18:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Francodyssée: surprenant Vaujany

Direction Rhône-Alpes pour l’étape la moins connue de nos périples en stations de ski françaises: Vaujany. Compris dans le domaine skiable de lAlpe dHuez, le petit village de 400 habitants offre deux visages à ses visiteurs. Le premier est emprunt de tradition et de souvenirs alors que le second fait la part belle aux installations modernes permettant de skier ou de sadonner à dautres sports de glisse, indoor ceux-là. Chun-Yu Yang, ancien candidat à The Voice Belgique sest amusé à jouer les cobayes lors de cette semaine riche en découverte.

Waw, elle a tout dune grande! " Ne vous inquiétez pas, je ne commence pas à faire de la pub pour une marque de voitures françaises en remettant au gout du jour un slogan aussi vieux que les échafaudages autour du Palais de Justice de Bruxelles. Si jutilise ces termes cest parce que Vaujany a été une totale découverte pour moi, une double découverte même. Car si jai fait connaissance avec les charmes à la fois ancestraux et modernes que proposent ce petit village, jai également sympathisé avec notre invité de la semaine, Chun-Yu Yang. Au final, quoi de plus normal que d’être accompagné par un chinois pour une semaine qui se déroule dans un bourg qui sappelait autre fois Val jauni.

Toute plaisanterie mise à part, je partais donc à laventure avec quelquun dont jignorais le pédigrée vers une destination qui m’était totalement inconnue. Grâce à la SNCB (partenaire de nos aventures) et les quelques heures en train qui nous séparaient de Vaujany, je pus combler le premier vide: faire la connaissance de Chun. Jai notamment appris que le bougre était, par rapport à moi, un vrai dieu de la glisse et du snowboard en particulier. Il a pas mal bourlingué sur les pistes du monde entier et pourra donc donner un avis sincère sur ce que valent celles de Vaujany. Une fois arrivés au bercail, nous avons eu la même réaction: Punaise (restons polis pour larticle), que cest magnifique! " Le premier coup doeil nous indique un village à lancienne dont la seule présence dune grue indique des travaux vers une modernisation de certains bâtiments.

Témoins de cet aspect traditionnel, Mémé, doyen du village et sa vieille bicoque qui tombe en ruine. Si cette maison est antédiluvienne, notre ami amateur de rouge, lui, tient toujours la forme! Il nest pas difficile à convaincre pour une petite interview savoureuse autour dun petit verre (avec modération hein!), où il nous livre notamment sa recette du génépi, breuvage montagnard, ô combien connu. Cependant, une question nous taraude, le village, les traditions, cest bien.. Mais le ski dans tout ça? Cest par où? Mon surfer des neiges piaffe dimpatience de gouter à la poudreuse locale. Grâce à Pierrot, notre guide de la semaine, nous avons reçu rapidement la réponse

Cest par ici les gars, il faut descendre ". Des escalators au milieu dun village, on aura tout vu! Nous suivons notre guide au bouc proéminent dans ce qui sapparente à un tunnel pour une autre dimension. Cest quand même pas tous les jours que lon arpente un escalier mécanique à travers un village. Une fois en bas, nous découvrons lautre Vaujany, le 2.0. Le rustique a laissé place à lultra-moderne. Les remontées mécaniques dun côté et une patinoire (notamment) flambant neuve de lautre. Je nai évidemment pas assez de lignes ici pour expliquer tous les aménagements, mais cest impressionnant. Surtout, cest insoupçonnable lorsque lon se situe en amont du village, dans le vieux " Vaujany. Ici, en contre-bas, on ne vit pas, mais ça vit. Toutes ces installations ont été pensées pour ne pas dénaturer laspect ancestral du village, en étant installées plus bas que le bourg lui-même. Á limage de la nouvelle construction (qui accueillera lespace culturel du village) en face de la maison en décrépitude de Mémé, vieux et neuf cohabitent.

Je lai dis plus haut, mon chinois préféré est ici pour servir de cobaye. Nous allons donc fouler la glace de cette patinoire encore toute récente (et sous-terre!) en partant à la rencontre de Florent Amodio, jeune retraité de patinage artistique qui a décidé douvrir son académie à Vaujany. Même si il est retraité, cet ancien champion de France et dEurope, a encore de très bons restes et se prête à quelques figures pour la caméra et enseigne également les rudiments à notre cher Chun. Notre pro du snow en mène moins large sur des patins, mais tient bon. Il me déçoit malgré tout car il ne nous gratifie daucune chute.

Le village na plus aucun secret pour nous, alors attaquons-nous à la montagne. Nous sommes dans une station de ski, il ne faudrait pas loublier. Ces grosses cabines sont prévues pour accueillir une quarantaine de personnes et les amener dans un premier temps à 1250 mètres daltitude et dans un second, à 2800 mètres. En bref, un paradis pour les claustrophobes et ceux qui ont le vertige. Une fois cet ascenseur au sommet, plusieurs activités soffrent à nous évidemment.

Parmi elles, un moment qui restera gravé dans nos mémoires. Nous avons eu droit en fin de journée au ski coucher de soleil ". Une fois la station presque fermée, nous sommes montés à 2800m pour y boire quelques verres de champagne et déguster fromages et charcuterie. Le tout, en taillant le bout de gras avec nos hôtes du jour, enfin devrais-je dire du soir. Ambiance intimiste au sommet des pistes. Pour rester dans les rimes, à la place du champagne jy aurais mis une trappiste. Nous avions la montagne pour nous seuls, l’événement étant restreint en participants. Quelques heures de communion avec la montagne, où on la découvre différemment: cest magique.

Pour ce qui est des descentes plus classiques, les pistes du coin ont réellement enchanté Chun. De lavis même de notre expert de la glisse, ici, on en trouve pour tous les niveaux. Cest un domaine familial, mais en même temps les plus aguerris trouveront de quoi soccuper largement. Notamment, lorsquils emprunteront la hors-piste dite Roche-melon. Comme on dit ici: tout est bon dans Roche-melon. " Le mot familial est vraiment ce qui est ressorti le plus pendant notre séjour. Quil sagisse des tenanciers de restaurants ou de magasins de ski, en passant par des créateurs de ces mêmes planches en bois, lattachement au passé et aux différents héritages se ressent. Beaucoup dendroits sont tenus par des locaux, fiers de leur village et de cette station à peine trentenaire.

Vous vous souvenez du ski coucher de soleil "? Pour pousser lexpérience encore plus loin nous lavons combinée avec une autre activité: le taxi-ski. En gros, cest un siège baquet sur des skis, manoeuvré par un moniteur agréé. Enfin, quand je dis nous avons, je devrais plutôt préciser que jai été le seul à me faire conduire. Je rappelle que niveau glisse, je suis aussi doué quun joueur de foot à un jeu de culture générale. Je remercie encore Benjamin qui a eu le courage de transporter ma carcasse pendant toute la descente pendant que les autres, Chun en tête, dévalaient la piste à la lueur du coucher de soleil. Encore une expérience unique dans un cadre atypique et familial, comme je vous le disais à propos de la station de Vaujany: Waw, elle a tout dune grande! "

 

 

Sébastien Baillet

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK