Grandeur Nature

Tous les samedis de 16:00 à 18:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Belgodyssée duo 7 : deux semaines placées sous le signe de la nature et de la féminité

Belgodyssée duo 7 : deux semaines placées sous le signe de la nature et de la féminité
4 images
Belgodyssée duo 7 : deux semaines placées sous le signe de la nature et de la féminité - © Tous droits réservés

Un duo féminin pour clôturer cette édition 2020 de la Belgodyssée, avec comme sujet : l’impact du Covid sur l’accès à l’IVG. Entre rencontres, rires, discussions bilingues, découvertes de la faune et la flore en milieu urbain : récit " belgodysséen " de deux journalistes en devenir.

Vendredi 2 octobre, 16h45, mon téléphone vibre, un SMS s’affiche sur mon écran. " Tu es sélectionnée pour la Belgodyssée. Félicitations ! À tout de suite sur Zoom. " La joie et l’excitation s’emparent alors de moi. À la fin de la réunion virtuelle, Ine et moi échangeons par message. Le ton est donné pour la suite de l’aventure, nous nous exprimons chacune dans la langue de l’autre, non sans erreur.

 

Plus d’un mois plus tard, nous nous recontactons pour faire part de nos idées respectives. Celle retenue : l’impact du Covid sur l’accès à l’IVG. Une fois notre sujet validé, notre aventure commence pour de bon. Nous entamons alors les recherches et prises de contact.

 

Pour notre première interview, nous nous rendons au campus de la VUB pour visiter le centre d’avortement Dilemma. Nous y rencontrons Nausikaa Martens, la coordinatrice. Celle-ci nous informe des changements opérés dans le centre depuis le début de la pandémie.

 

Le lendemain, nous profitons d’une journée " off " pour réaliser notre vidéo de présentation. Et si cette dernière ne dure qu’une minute 30, le tournage n’aura pas été si court. J’en veux pour responsables le vent capricieux - en attestent nos cheveux dans les différentes prises -, les sirènes de police très fréquentes dans la Capitale et surtout des cafouillages à ne plus compter. Enfin, si. 27 prises auront été nécessaires pour tourner une simple séquence… Un record ! Cependant, ces quelques heures passées dans le froid de novembre nous auront valu pas mal d’éclats de rire.

 

La deuxième interview se déroule à Chastre, dans le domicile - télétravail oblige – d’Aurélie Piessens, chargée de mission politique à la Fédération Laïque des Centres de Planning Familial. L’échange se veut aussi long qu’intéressant. Nous découvrons avec étonnement que les demandes et le nombre d’IVG réalisées durant le premier confinement sont restés relativement stables et similaires aux chiffres de 2019. Toutefois, Aurélie Piessens nous expose les différents problèmes que les femmes désireuses d’interrompre leur grossesse peuvent rencontrer en ces temps de Covid.

 

Entre deux interviews, Ine et moi essayons d’en apprendre plus l’une de l’autre. Très vite, un point commun ressort : nous aimons toutes les deux énormément l’univers musical et plus particulièrement les festivals.

 

La troisième et dernière rencontre se déroule au centre City Planning du CHU Saint-Pierre à Bruxelles. Dans l’une des salles de consultation, Isabelle Bomboir, médecin généraliste, insiste sur le fait que l’IVG est et restera un droit, malgré le Covid.

 

La semaine suivante, nous nous attelons à monter nos reportages radio pour les émissions Transversales - j’en profite d’ailleurs pour remercier à nouveau Alexandre Van Meerbeck pour son aide précieuse - et De Ochtend. J’ai également répondu aux quelques questions d’Olivier Nederlandt pour son émission diffusée sur les ondes de La Première. Une fois cette étape cochée sur la " to do list ", nous entamons l’écriture de nos articles pour L’Avenir et de Metro. Si nous avons vécu la première semaine à deux, nous travaillons chacune de notre côté durant la deuxième.

 

Enfin, le mercredi de cette deuxième semaine, nous rejoignons Adrien Joveneau et Hélène Bernard dans la Forêt de Soignes pour l’émission Grandeur Nature. Nous avons alors l’occasion de poser des questions au vidéaste animalier Thomas Jean. Ses observations de la faune et la flore en milieu urbain sont d’ailleurs à découvrir sur sa chaîne Youtube " La Minute Sauvage ".

 

Cette journée passée dans la nature marque le clap de fin de notre aventure Belgodyssée. Une expérience aussi intéressante que stimulante. Je la recommande vivement à quiconque veut se frotter au terrain et se challenger. En tout cas, je pense qu’Ine et moi avons relevé ce challenge et avons passé deux semaines pleines de rires, conversations " tweetalig " et rencontres. Que ce soit à Gand, à Bruxelles ou dans une autre contré belge, une chose est sûre, nous nous reverrons !

 

Grandeur Nature c'est samedi de 16h à 18h sur Vivacité ! 

 

Théa Jacquet

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK