Complètement Foot

Tous les dimanches de 20:00 à 23:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Histoire "Complètement TOUR" : Tom Simpson s'effondre sur les pentes du Ventoux

Tom Simpson dans un mont Ventoux qui lui sera fatal.
4 images
Tom Simpson dans un mont Ventoux qui lui sera fatal. - © Tous droits réservés

Allégresse, joie et victoire. Mais, parfois, le Tour de France est aussi fait de tristesse et de chagrin. Le 13 juillet 1967, le Tour de France connaît un des jours sombres de son histoire. Dans les pentes du Ventoux, Tom Simpson s’effondre. Il ne se relèvera pas. L’Anglais décédera moins d’une heure plus tard.

Soif de victoire

Au départ du Tour 1967, Tom Simpson a soif. Soif de victoire, soit de revanche. En 1966, alors porteur du maillot arc-en-ciel du champion du monde, il doit abandonner après une chute dans la descente du Galibier. Un an plus tard, sir Tom Simpson a envie de réaliser mieux sur la Grande Boucle que sa 6e place en 1962. Auteur de quatre Top 10 d’étape, il n’est que 7e au classement général au départ de la 13e étape reliant Marseille à Carpentras.

« L’’étape de la soif »

Le mont Ventoux va alors être le théâtre d’une tragédie. Sur les terribles pentes du col hors-catégorie, Julio Jimenez s’envole, emmenant dans son sillage Raymond Poulidor. A l’arrière, le maillot jaune, Roger Pingeon, mène la chasse en compagnie de Felice Gimondi et Tom Simpson. Dans le paysage lunaire du mont Chauve et sous des températures caniculaires dépassant le 35°, les organismes souffrent. Le coureur anglais aussi. A 3km du sommet, il commence à rompre. Ses deux compagnons le lâchent. Simpson tremble, vacille, zigzague et s’écroule. Deux spectateurs ne mesurent pas ce qui se passe sous leurs yeux. Ils l’aident à remonter sur sa machine. L’Anglais repart, pour 500m seulement.

La première victime du dopage

Sur un bitume échauffé par un soleil ardent, Tom Simpson s’effondre, inconscient. A nouveau, quelques spectateurs tentent de prendre soin de lui et le couchent sur le dos dans les gravillons blanc du Géant de Provence. Impuissant, le médecin du Tour essaye de le réanimer avec une piqûre d’abord, avec un masque à oxygène ensuite. Simpson est alors évacué par hélicoptère vers l’hôpital d’Avignon. Il décède pendant le transfert. A 17h40, le décès de l’Anglais est constaté par les médecins.

Après autopsie, les causes de la mort sont connues. L’état de fatigue avancé, les chaleurs étouffantes, le manque d’hydratation mais aussi la prise d’amphétamines (des cachets sont aussi retrouvés dans son maillot) sont à l’origine de son malaise.

La consternation et la tristesse règnent au sein du peloton. L’ensemble des coureurs appréciaient le défunt. Le lendemain, l’étape est neutralisée. Barry Hoban, ami de Simpson, franchit la ligne en premier. Pour lui rendre hommage, une stèle commémorative a, depuis, été érigée à 2,5km du sommet du Ventoux.