C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 10:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Yvonne, victime d'inceste : "Depuis l'affaire Michael Jackson, j'ai commencé à parler et ça fait du bien..."

temporary-20190329104620
temporary-20190329104620 - © Tous droits réservés

Ce soir en Belgique, la ligne d'aide aux victimes d'abus sexuels s'attend à une explosion d'appels en raison de la diffusion du documentaire "Leaving Neverland", consacré à Michael Jackson et à ses relations présumées avec des mineurs.  Au-delà de la polémique, ce documentaire va-t-il libérer la parole des victimes d'abus sexuels en Belgique ?

Depuis plusieurs semaines, le documentaire "Leaving Neverland" consacré au Roi de la pop fait polémique. Ce documentaire, qui évoque d'éventuels abus sexuels commis par Michael Jackson, a suscité l'indignation des fans et d'une partie de la presse mais on apprend ce matin dans Le Soir que sa diffusion en Flandre a entraîné une explosion d'appels sur la ligne d'aide aux victimes d'abus sexuels. Des témoignages qui n'avaient évidemment rien à voir avec Michael Jackson mais la diffusion du documentaire aurait servi de déclencheur pour ces victimes. Ce soir, on s'attend exactement au même phénomène du côté francophone du pays.

Au-delà de la polémique, ce documentaire va-t-il libérer la parole des victimes d'abus sexuels en Belgique ? C'est la question que l'on vous posait aujourd'hui dans " C'est vous qui le dites".

Pour Yvonne de Limal, ce documentaire a été libérateur : " Ça m’est arrivé à moi avec mon propre père. J’ai 73 ans et j’ai gardé ça pendant des années pour moi. J’ai toujours ça au-dessus de ma tête et depuis qu’on en parle à la télévision, j’ai commencé à en parler autour de moi. J’avais toujours eu peur et maintenant j’en parle autour de moi, ma famille et ça fait beaucoup de bien ! C’est un tout, l’affaire Christian Quesada et l’affaire Michael Jackson m’ont permise d’ouvrir mon cœur et ça m’a fait beaucoup de bien. "

Le bénéfice du doute...

Du côté de Manhay, Carine craint qu'au contraire, ce documentaire complique les choses "parce qu’il y en a beaucoup qui vont téléphoner pour fabuler. Je ne dis pas que ça ne vaut pas le coup mais on va encore mettre énormément de gens pour essayer de découvrir le vrai du faux. Ça va durer une éternité pour rien. Pour moi, ça ne sert à rien ! Je suis une extra grande fan. Peut-être que sur cent appels qu’ils vont avoir, il y aura peut-être 10-15 vraies victimes. Ça va faire un énorme débat pour essayer de trouver ces gens-là. "

Cécile de Colfontaine doute de l'impact que cela aura sur les victimes d'abus sexuels : " Le bénéfice du doute doit bénéficier à l’accusé tant que les faits ne sont pas avérés ni prouvés. Pensez-vous sincèrement que pour chaque victime d’agression sexuelle ou de viol, on leur accorde autant d’importance et d’intérêt ? Pensez-vous que cela va les aider à long terme ? Je pense plutôt qu’il aurait fallu attendre que les faits soient avérés, qu’un procès ait lieu et que, si oui ou non Michael Jackson est coupable, on diffuse ce reportage et qu’enfin les victimes se disent que justice a été rendue et qu’on les écoute. Là, peut-être que ça aiderait à ce qu’ils s’ouvrent et témoignent. Je ne dis pas que ça ne vaut pas la peine de le diffuser mais imaginons que le procès ait lieu, Michael Jackson est reconnu coupable. Les victimes de violence sexuelle voient qu’il n’y a aucune sanction prise malgré sa culpabilité, pensez-vous que ces victimes ne vont pas se dire j’ai fait confiance à la justice, j’ai donné mon témoignage et j’ai eu le courage de me confier et que, malgré tout, justice n’a pas été rendue ? Est-ce que ça ne va pas être quelque part une deuxième forme de viol ? "

Nous vous invitons à poursuivre le débat sur notre page Facebook "C'est vous qui le dites".

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK