C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 10:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Y a-t-il eu un détournement de biens publics au CPAS de Saint-Josse ?

Pour la rénovation d’un appartement de 20m2, 120m2 de parquet ont été achetés par le CPAS de Saint-Josse à Bruxelles. Des milliers d’euros de matériel auraient disparu… Y a-t-il eu un détournement de biens publics au CPAS de Saint-Josse ?

La Capitale revient ce matin sur de forts soupçons de détournement de biens publics au CPAS de Saint-Josse à Bruxelles. Des marchés publics n’auraient pas été respectés, des achats auraient été effectués sans bons de commande, du matériel aurait disparu… Parmi les exemples dénoncés, l’achat de 120m2 de parquet pour rénover un appartement de 20m2…

Luc Frémal, président du CPAS de Saint-Josse : " Nous n'achetons pas 120m2 carré pour rénover un appartement de 20m2. Nous disposons d'une dizaine d'appartements et nous prévoyons effectivement, dans le cadre des marchés publics, de pouvoir acheter de manière regroupée du matériel que nous utilisons dans l'ensemble de nos biens à rénover. Il y a des bons de commandes pour l'ensemble de ces achats. Il se trouve que nous avons découvert, à un moment donné, qu'il y avait une partie de l'équipe technique - s'occupant des rénovations notamment - qui se rendait dans un commerce pour pouvoir acheter du matériel d'urgence en pensant que c'était une bonne pratique. C'est vrai que le résultat de l'audit qui, a été commandé par le Conseil de l'Action Sociale a parlé d'un montant de 100.000 euros. Il s'agit de l'ensemble des achats et les factures incriminées sont de l'ordre de 8404,24 euros donc loin des 100.000 euros proposés par l'opposition à Saint-Josse ".

" Ce matériel a été retrouvé, il n'a pas disparu ! "

Selon Luc Frémal, le matériel n'a jamais été perdu : " Ce matériel a été retrouvé, rien n'a disparu. Il s'agit de l'outillage qui était repris dans les différents appartements. Ils n'ont pas disparu. Ils étaient simplement sur place dans les appartements en rénovation. Ce sont les travailleurs qui laissaient les outils sur place puisqu'ils devaient y retourner pour terminer le travail. Ce qui était problématique, c'est bien la gestion du stock ". L'affaire éclate aujourd'hui suite aux réunions du Conseil de l'Action Sociale : " Les réunions du Conseil de l'Action Sociale se font à huis-clos. Nous avons découvert cette irrégularité sur l'acquisition du matériel en urgence et nous avons voulu faire la lumière sur cette affaire. Les travailleurs se sont renvoyés la responsabilité et nous avons donc décidé de demander un audit afin d'y voir plus clair. Ce sont les Pouvoirs Locaux de Bruxelles qui l'ont effectué. Quand nous avons reçu les résultats, ce dernier nous a encouragé à mettre en place de nouvelles pratiques au sein du CPAS, ce que nous avons fait sans attendre. Aujourd'hui, il n'y a aucun problème et vous n'en entendrez plus parler ".

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK