C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 10:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Y a-t-il encore beaucoup de bouteilles de vin trafiqué en circulation ?

Un habitant de Gembloux a failli mourir, plusieurs jours dans le coma et un arrêt cardiaque, parce qu’il a bu un vin bourré d’amphétamines acheté au Fin Shop de Gembloux. Y a-t-il encore beaucoup de bouteilles en circulation et d’autres Wallons potentiellement en danger ?

Dans le Fin Shop du Ministère des Finances, on vend en général des produits saisis ou appartenant à l’Etat. Rudy a acheté un vin blanc italien à 3,50€. Samedi, il a ouvert la bouteille avec sa femme et deux amis. C’est le début d’un cauchemar. L’un des amis fait une crise de paranoïa. La femme de Rudy sue des litres d’eau. Rudy est le plus mal en point. Son visage se déforme. À l’hôpital, il est plongé dans le coma et fait un arrêt cardiaque. Les premières analyses révèlent la présence d’amphétamines.

Florence Angelici, porte-parole du SPF Finances : " Les bouteilles de vin venaient de plusieurs provenances, soit des saisies de la police, soit des colis Bpost abandonnés. Pour le reste, l'enquête est en cours donc on laisse la justice faire son travail. Pour le lot ici, il y avait deux bouteilles et la deuxième a été retirée de la circulation"

Florence Angelici explique que le vin peut provenir de deux sources : " On vend du vin depuis longtemps au Fin Shop. On ne vend que des bouteilles fermées. On vend aussi des bouteilles saisies par la douane parce que les accises ne sont pas payées. Là, ça peut être de très grosses quantités. Si ça vient d'un colis Bpost, ce sera une plus petite quantité puisqu'on imagine bien qu'on ne transporte pas, via des colis, de grosses quantités de vin. Ça dépend vraiment de l'origine. Nous ne décidons pas à l'avance ce que nous allons vendre. Nous dépendons de nos "fournisseurs"."

La porte-parole du SPF Finances précise que les règle de l'AFSCA s'applique aussi pour eux et qu'ils ne tracent pas leurs clients : " Ce sont des achats en magasin donc on ne prend pas les adresses des personnes qui ont acheté. En magasin, ce sont de petites quantités qu'on vend. C'est comme quand vous allez au magasin, vous ne donnez pas votre adresse au vendeur de vin."

Enfin, il n'y a pas d'assurance chez Fin Shop : " Quand on achète chez Fin shop, c'est sans garantie. Si la bouteille est bouchonnée, vous ne pourrez pas vous retourner contre Fin Shop pour récupérer l'argent. Dans cette histoire, pour l'instant, nous ne pouvons pas déterminer les suites car nous ne savons pas ce qu'il s'est passé."

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK