C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 10:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Valérie Van Wynsberghe, productrice de foie gras : "Un foie gras n'est pas un foie malade !"

Valérie
Valérie - © Tous droits réservés

Le parti DierAnimal, qui a obtenu un siège au Parlement bruxellois, souhaite interdire le foie gras à la capitale. Faut-il bannir le foie gras des magasins ?

Lors des élections régionales, le parti animaliste, DierAnimal, a obtenu un siège au Parlement bruxellois. Parmi les mesures phares de la formation, il y en a une qui concerne le foie gras dont une ordonnance empêche déjà l’élevage dédié à ce produit à Bruxelles. Ce n’est qu’une décision symbolique selon DierAnimal qui veut aller plus loin en interdisant l’importation de foie gras dans la capitale et en interdire également la vente.

Faut-il bannir le foie gras des magasins ? C'est la question que l'on vous posait ce matin dans " C'est vous qui le dites ".

Valérie Van Wynsberghe est productrice de foie gras à la ferme de la Sauvenière à Hemptinne. Elle est intervenue sur notre antenne en tant qu'experte pour nous donner son ressenti face à cette proposition politique : "C'est très paradoxal parce qu'on a de plus en plus de demandes sur Bruxelles pour les produits de foie gras, les magrets etc. Pour tout ce qui est produit en Belgique, en Wallonie notamment, puisqu'il n'y a plus que là qu'on peut le faire. Donc il y a une demande qui est bien là et c'est bien dommage d'en arriver à ce genre de prise de décision."

Si beaucoup dénoncent le fait que le foie gras est un foie malade, Valérie Van Wynsberghe répond : "Je ne suis pas du tout d'accord avec ça ! Un foie gras, c'est un foie qui s'est engraissé ! Un foie malade, c'est une foie qui s'est cirrhosé ! Et un foie cirrhosé ne se mange pas, ce n'est pas comestible ! Tandis qu'un foie gras, comme le nom le dit, c'est un foie qui a été engraissé donc qui a pris du gras mais qui est comestible et non pas malade !"

"Le problème est que les gens parlent de choses qu'ils ne connaissent pas !"

Cela fait vingt ans que cette productrice exerce ce métier avec passion. Et face à ceux qui ne s'y connaissent pas, elle préfère leur ouvrir les portes de sa ferme et les informer sur ce qui se passe réellement au sein de son établissement : "Le problème, c'est que les gens parlent de choses qu'ils n'ont jamais vues et qu'ils ne connaissent pas ! Les seules choses qu'ils ont vues, ce sont les films que Gaia (ndlr. Groupe d'action dans l'intérêt des animaux) passe mais il faut savoir que ce qu'il montre, comme par exemple des canards dans des cages individuelles etc. C'est interdit depuis dix ans en Belgique, maintenant, ce sont des cages collectives. Donc les gens parlent généralement d'un sujet qu'ils ne connaissent pas ! C'est pour ça que moi, je reçois des groupes, je les invite toujours à venir voir, à écouter comment ça se passe vraiment. Il faut savoir que beaucoup de gens ne connaissent pas le système digestif du canard mais le canard n'a pas de glotte donc ça peut autant aller dans un sens que dans l'autre. Les 22 et 23 juin, on ouvre nos portes et je les invite à venir voir tout cela et à émettre leur propre jugement. Mais concrètement, le canard - comme l'oie - a un jabot donc une couche dans le cou et on remplit le jabot du canard. Et il faut savoir que le canard mulard est un canard boulimique donc il a l'habitude de devoir manger beaucoup. Je remplis le jabot avec un embut, c'est vrai - chacun son métier, ça fait 20 ans que je fais ça - et après 12 heures, je vais voir si le canard a digéré. Si c'est le cas, je le gave... Si pas, je ne le gave pas ! Donc on ne met pas directement la nourriture dans l'estomac du canard, on le met dans son jabot et c'est lui qui digère tout au long de la journée ou pas."

"Je respecte tout à fait le bien-être animal"

Enfin, Valérie Van Wynsberghe tient à souligner qu'elle respecte tout à fait le bien-être animal et conclut : "En Belgique, on est un des pays européens le plus légiféré ; on a des contrôles réguliers de l'AFSCA (Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire), du bien-être animal, etc. C'est simple : sur la période du 1er janvier au 1er mai de cette année, nous avons eu 50 contrôles ! Si vous ne travaillez pas correctement, il y a tout de suite quelqu'un pour vous dénoncer ou pour vous arrêter... Et bien, nous, notre entreprise dure depuis 20 ans !"

Nous vous invitons à poursuivre le débat sur notre page Facebook " C'est vous qui le dites "

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK