C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 10:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Un pédopsychiatre conseille d'utiliser la violence entre enfants

Un pédopsychiatre conseille d'utiliser la violence entre enfants
Un pédopsychiatre conseille d'utiliser la violence entre enfants - © Tous droits réservés

Pour lutter contre le harcèlement scolaire, un pédopsychiatre conseille de dire aux enfants qu’ils doivent d’abord se défendre avec la parole et que, si ça ne suffit pas, on peut utiliser la force. C’est un bon conseil ?

Interrogé par La DH sur le comportement que doivent avoir les parents face au harcèlement à l’école, un pédopsychiatre explique qu’il conseille aux parents de dire à leurs enfants dès la maternelle qu’ils peuvent se défendre par rapport à des comportements inadéquats. Qu’il faut d’abord essayer avec la parole et que si ça ne suffit pas, ils peuvent utiliser la force pour se défendre. Pas de la violence juste dans le but de faire mal mais, ici, il s’agirait de légitime défense. La force face au harcèlement à l’école, c’est un bon conseil ?

Jean-Yves Hayez, pédopsychiatre et professeur émérites à l'UCL : " Je pense qu’il faut utiliser, en numéro un la parole, en numéro deux, si la parole ne suffit pas, il faut demander de l’aide à un adulte et en numéro trois on est dans une situation de légitime défense, on est donc en droit de se défendre par la force. C’est-à-dire plaquer au mur, donner un bon coup de poing au garçon ou à la fille qui à répétition ne vous respecte pas. " Le pédopsychiatre nuance ses propos et donne des conseils aux enfants :" Je dirais à un enfant, essaye d’abord de te faire respecter avec tes mots. Et je chercherai avec lui quels mots employer. Mais si les mots ne suffisent pas, si l’adulte qui surveille la cour de récréation, est relativement mous et va peut-être régler les choses une petite fois, mais ça va recommencer le lendemain, si on est dans une école qui n’a pas une politique active de gestion de ces conflits, l’étape suivante à utiliser entre enfants, c’est la force. "

" Ne pas confondre violence et légitime défense "

Jean-Yves Hayez argumente ses propos en différenciant la violence de la légitime défense : " Il ne faut pas confondre le mot utilisation de la force en cas de légitime défense et le mot violence. Pour moi la violence c’est un abus de force physique ou verbale. Gratuitement vous imposez votre pouvoir à l’autre en vous fichant pas mal de son territoire à lui et de son bonheur à lui. Donc la violence a toujours quelque chose d’arbitraire et d’injuste. Et je ne plaide certainement pas la violence, mais on ne doit pas confondre avec l’usage de la violence occasionnel de la force pour se faire respecter. "

Un enfant arrivera-t-il à faire la différence entre la légitime défense occasionnelle et la violence gratuite ? Encore une fois, le pédopsychiatre se justifie : " Nous avons éduqué nos enfants pour qu’ils comprennent qu’ils ne doivent pas s’imposer arbitrairement, à vouloir être tout puissant et à pourrir la vie des autres, ça c’est la violence et nous ne pouvons pas. Mais il y a une différence entre ça et se faire respecter. Et quand on a moins de 13-14 ans, se faire respecter c’est d’abord la parole, puis demander de l’aide aux adultes, si les adultes sont efficaces et enfin se débrouiller tout seul. "

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK