C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 10:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Un coiffeur de Liège appelle à rouvrir de force le 1er février

Un coiffeur de Liège appelle dans un message posté sur les réseaux sociaux tous les collègues actuellement fermés ainsi que les restaurateurs et autres professionnels concernés à ouvrir leurs portes dès le 1er février. Il explique ce matin dans les éditions de Sudpresse qu’il n’en appelle pas à la révolution mais à la solidarité car il ne sait plus comment se faire entendre. Il précise que s’il n’est pas suivi, s’il n’y a pas un effet de masse, il n’ouvrira pas seul.

C’est de cette manière que les professionnels à l’arrêt doivent agir ? C’est la question que l’on vous posait ce matin dans "C’est vous qui le dites".

Voici quelques moments forts de l’émission…

4 images
Un coiffeur de Liège appelle à rouvrir de force le 1er février © Tous droits réservés

"Le 1er février, je serai ouvert"

Geoffrey, un auditeur originaire de Liège est intervenu à ce sujet sur notre antenne : "Je suis le coiffeur qui a diffusé le message sur les réseaux sociaux et cela m'a fait plaisir de voir que l’information est bien relayée, autant par le nombre de partages sur les réseaux sociaux que par les médias. Je tiens à rappeler que ce n'est pas un appel à la révolution mais bien à la solidarité. Avec beaucoup d’autres coiffeurs, nous ne savons plus comment nous faire entendre."

Je suis surpris car je vois beaucoup de monde réagir, prêts à suivre le mouvement 

"Ce ne sont pas des anarchiques, mais des personnes qui ont besoin de travailler. Ils ne veulent pas se cacher pour travailler. Personnellement, je ne le fais pas car j’ai des convictions et des valeurs. Mais on va finir par se poser la question car on ne travaille plus depuis le mois de novembre, et cela devient dur.
Le 1er février, je serai ouvert, symboliquement. Je ne dis pas que je vais travailler, mais le salon de coiffure sera ouvert."

4 images
Un coiffeur de Liège appelle à rouvrir de force le 1er février © Tous droits réservés

"S’ils n'agissent pas, ils ne reprendront jamais"

Du côté de Zaventem, Nadia soutient l'avis de Geoffrey et comprend la volonté de reprendre sauvagement le travail : "S’ils n'agissent pas, ils ne reprendront jamais. Je ne vois pas en quoi on prend des risques en allant dans un salon de coiffure : quand je vais chez ma coiffeuse, les conditions d’hygiène y sont respectées et elle reçoit sur rendez-vous. On prend moins de risque chez le coiffeur que dans le train ou en vacances."

4 images
Un coiffeur de Liège appelle à rouvrir de force le 1er février © Tous droits réservés

"C’est très tentant de suivre cet appel"

Patrick est un restaurateur de Bruxelles et conclut ce débat : "C’est très tentant de suivre cet appel, mais ça ne fonctionnera jamais. Il faudrait que tous les restaurateurs s’y mettent et beaucoup ne vont pas jouer le jeu, pour des raisons personnelles ou par peur d’une amende. L’idée pour se faire entendre est très bonne, et j’espère néanmoins que cela fonctionnera."

Nous vous invitons à poursuivre le débat sur notre page Facebook "C’est vous qui le dites" et à revoir l’émission sur Auvio. Nous vous donnons rendez-vous du lundi au vendredi de 9h à 10h30 sur VivaCité et La Une pour trois nouveaux débats.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK