C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 10:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Thibault Danthine, cocher bruxellois: "Pas besoin de pétition, mes chevaux vont très bien!"

QQD
QQD - © Tous droits réservés

Depuis dimanche, une pétition circule sur le site internet mesopinions.com. Intitulée Pour l'interdiction des calèches touristiques à Bruxelles, cette pétition dénonce l'exploitation animale et les mauvaises conditions de travail des chevaux. En l'espace de quatre jours, près de 13 000 personnes ont signé cette pétition. De son côté, Thibault Danthine, responsable des calèches touristiques de Bruxelles, juge cette pétition de véritable honte.
Il existe de nombreuses activités touristiques à Bruxelles dont notamment celle consistant à se balader en calèches dans les rues de la capitale. Mais ce dimanche, une internaute prénommée "Aurélie a lancé une pétitions sur le site mesopinions.com. Objectif: dénoncer l'état de fatigue des chevaux et les mauvaises conditions de vie et de travail de ces derniers. Ces chevaux sont-ils réellement maltraités ?

Ils n'ont jamais vu mes chevaux!

Thibault Danthine, responsable des calèches touristiques de Bruxelles, ne comprend pas sur quels éléments se base la pétition: "Cette pétition est une initiative personnelle et anonyme réalisée en France et signée par des personnes qui n'ont jamais vu mes chevaux! Cette pétition fait état de la fatigue de mes chevaux alors qu'elle n'a jamais été constatée! Je suis actif depuis 25 ans dans le milieu équestre et ma grande fierté c'est quand au quotidien, les gens viennent nous dire que nos chevaux sont magnifiques, bien entretenus et ont l'air d'avoir un confort ce qui est maximal."

Quant à l'exploitation animale mentionnée dans la pétition, Thibault Danthine la contredit: "Le problème c'est que les gens aiment bien le sensationnel et faire des amalgames. Donc à un moment donné, il est temps de stopper tout ça! Mes chevaux travaillent un jour sur deux, environ six heures par jour avec des pauses dans la journée pour boire, manger et se reposer. Concernant la fin de la journée, Bruxelles est une des seules villes qui permet aux chevaux des calèches de dormir à seulement un quart d'heure de la Grand-Place. En quinze minutes, ils sont dans leur écurie avec le nécessaire c'est-à-dire de l'eau, du foin et la nourriture. Aucun transport et ce, encore, pour le bien-être des chevaux."

Tout est fait pour le bien-être du cheval

Enfin, dans cette pétition, il est reproché au cocher de réaliser des balades sur des pavés dans des rues étroites, ce qui serait contraire au bien-être du cheval: "Je ne vois pas en quoi la largeur d'une rue peut avoir un impact sur le bien-être du cheval. Quant à l'argument des pavés, il faut savoir que depuis le début, donc il y a quatre ans, nous travaillons avec un ferrage spécial puisque les fers que nous utilisons sont des fers en caoutchouc qui permettent aux chevaux de ne pas glisser sur le pavé. De plus, nous ne travaillons qu'au pas, soit l'allure la plus adéquate pour le respect des tendons des chevaux sur un sol dur. Jamais un des mes chevaux n'a été blessé en quatre ans et j'en suis extrêmement fier."

Une pétition qui n'empêchera pas le jeune cocher de poursuivre son activité à Bruxelles: "Je suis soumis à des conditions via un contrat cosigné avec la Ville de Bruxelles. Il m'impose toute une série de mesures telles que le repos obligatoire, le nombre de chevaux, etc. Je suis encore jeune et utopique, je pense que l'on peut encore faire des activités dans le respect de l'animal avec passion et sans imposer des contrôles. La Ville me soutient totalement car elle voit au quotidien que cette activité est réalisée dans le respect total des chevaux."

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK