C'est vous qui le dites

Plus d'infos

Terrains synthétiques : Laurence Zanchetta " Il n'y a pas de dangers "

Après la diffusion d’une enquête sur la dangerosité des terrains synthétiques dans les Pigeons et Questions à la Une, la commune de Frasnes-lez-Anvaing a décidé de modifier le revêtement pour un coût de 100 000 € alors que la ministre wallonne des Infrastructures sportives dit qu’il n’y a pas de danger. Faut-il changer le revêtement de tous les terrains du pays

 

L’enquête sur la dangerosité des terrains synthétiques sur la santé des enfants diffusée dans les Pigeons et Questions à la Une a fait se poser des questions à de nombreux parents. Ce sont des billes de caoutchouc provenant de pneus recyclés qui sont au cœur du problème car elles contiennent du benzopyrène qui pourrait impacter la santé des sportifs qui évoluent sur ces terrains. De son côté, la ministre wallonne des Infrastructures sportives assure qu’il n’y a aucun danger, ce qui n’a pas empêché le Conseil communal de Frasnes-lez-Anvaing de décider du retrait de ces billes par précaution pour les remplacer par du liège pour un coût total estimé de 100 000€. Faut-il changer le revêtement de tous les terrains synthétiques du pays ?

Laurence Zanchetta, porte-parole du Service Public de Wallonie Infrastructure : "Notre position à l’administration est claire, il n’y a pas de danger, mais il faut prendre certaines mesures de précaution. Je pense que ce qui s’est passé, notamment avec la diffusion du reportage sur Question à la Une a effrayé certains parents et à juste titre, car c’est un reportage qui a été fait à charge. Mais il faut quand même savoir que ces terrains existent depuis une vingtaine d’années et quand on analyse on voit, qu’il n’y a pas plus de cancers chez les personnes qui ont joué sur ces terrains, que dans la population en général. Bien sûr il faut être prudent car il y a des enfants qui jouent sur ces terrains et je comprends la réaction des parents, mais il y a des analyses qui sont faites et c’est là que l’on doit mettre l’accent : sur le principe de précaution. "

Les normes sont-elles suffisamment strictes ?

Pour Laurence Zanchetta, elles le sont : " L’Europe fixe des normes et nous avons décidé de les fixer encore plus basses que les normes européennes. " Même si certains jugent ces normes trop laxistes, par rapport, par exemple aux normes fixées sur les jouets pour enfants qui sont bien plus strictes, la porte-parole du Service Public de Wallonie Infrastructure justifie : " Quand vous êtes sur le terrain, est-ce que vous mangez ces billes ? Est-ce que vous raclez avec votre langue le terrain, que vous soyez gardien ou joueurs ? Évidemment les billes peuvent voler, mais on a un guide de recommandation. Ce qui est important c’est qu’après le sport vous vous débarrassez de vos petites billes, vous prenez une douche, vous lavez vos mains… C’est ce qu’on devrait faire dès qu’on a exercé un sport, pour être prudent. Mais ce n’est pas juste au contact de quelques billes que vous allez attraper un cancer. "

Frasnes-lez-Anvaing veut remplacer les billes en caoutchoucs : une décision inutile ?

Laurence Zanchetta comprend cette décision, mais ne l’accepte pas pour autant : " Frasnes-lez-Anvaing est autonome, chaque commune peut décider de dire, moi je ne veux plus de ça et je fais remplacer les billes par du liège. Mais Frasnes n’aura sans doute plus de subside. On ne peut pas commencer à les subsidier, alors qu’on les avait déjà aidés pour leur terrain synthétique. Mais je les comprends dans la mesure où ils ont été probablement interpellés par des parents dont les enfants jouent sur le terrain. Et par précaution ils ont décidé de remplacer ces billes par du liège. "

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK