C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 10:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Stéphane : " Le rap c'est du sous art ! "

Après la relance de la polémique concernant Damso et l’hymne des Diables pour le prochain mondial, l’Union belge a réagi dans un communiqué indiquant avoir été charmé par le message ô combien rassembleur de la chanson qui leur a déjà été présentée par le chanteur. Donc en attendant de découvrir le titre, plus de polémique, vous faites confiance à l’Union belge ?

Lors de l’annonce du choix de Damso pour interpréter l’hymne des Diables rouges pour le prochain Mondial, la polémique avait démarré en pointant les textes misogynes du rappeur. L’affaire a été relancée avec la publication d’une lettre par le Conseil des Femmes à destination des sponsors des Diables. La pression a été accentuée avec les réactions de plusieurs personnalités politiques ce qui a poussé l’Union belge à communiquer hier soir en réaffirmant son choix, en précisant avoir été charmée par le message ô combien rassembleur de la chanson qui leur a déjà été présentée par le chanteur. Les partenaires seront invités très rapidement à découvrir l’hymne et le choix de Damso leur sera à nouveau expliqué. Donc en attendant de découvrir le titre, plus de polémique, vous faites confiance à l’Union belge ?

Stéphane de Seneffe ne fait pas du tout confiance à l'Union belge : " L’union belge valide ce pseudo-artiste le jour de la journée international du droit des femmes, c’est à la limite écœurant ! On récompense l’ensemble de son œuvre et en faisant ça, on récompense un ensemble de non-valeurs pour un sous-art. Ça reste un sous-art lorsqu’on utilise des phrases aussi viles, violentes... "

Les Diables rouges ont beaucoup d’influence sur les jeunes et Stéphane s’inquiète de l’exemple qu’ils donnent aux fans : " Ce qui m’inquiète vraiment plus c’est l’image d’une certaine diversité multiculturelle et validée par les Diables rouges. "

Stéphane l’affirme haut et fort : " Le rap est un sous art à part pour des chanteurs comme Mc Solaar. Il fait du rap qui est audible par des gens qui ont de 15 à 50 ans. C’est du bon rap, du bon texte. Il y a parfois quelques sous-entendus mais ça passe très bien. C’est justement écrit, c’est propre. Ici, on est dans les bas-fonds et c’est un sous-art par un pseudo artiste. "