C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 10:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Seulement 30% des toilettes publiques sont accessibles aux femmes en Région bruxelloise

Seulement 30% des toilettes publiques sont accessibles aux femmes sur le sol bruxellois, c’est ce qui est dénoncé par plusieurs députées et à lire ce matin dans La Capitale. Plus globalement, l’Université de Gand a démontré dans une étude qu’il y a toujours une plus grande proportion de sanitaires accessibles aux hommes en raison de la place moins grande nécessaire pour installer des urinoirs. Autre constat : les toilettes publiques ne sont pas toujours correctement entretenues ou mal sécurisées.

Trouver des toilettes, pour une femme, c’est l’enfer ? C’est la question que l’on vous posait ce matin dans "C’est vous qui le dites".

Voici quelques moments forts de l’émission…

4 images
Toilettes publiques : plus accessibles aux hommes qu'aux femmes © Tous droits réservés

"Je suis prête à payer, s’il y a quelqu’un qui nettoie"

Monique, un auditrice originaire de Seraing, en province de Liège, est intervenue à ce sujet sur notre antenne : "C’est un enfer et même un calvaire. Tout dépend de l’âge que l’on a. Quand il faut faire des courses, il n’y a pas de toilettes publiques. Quand il y a une zone où il y a plusieurs magasins, il devrait y avoir des toilettes publiques, même s’il faut payer. Je suis prête à payer, s’il y a quelqu’un qui nettoie."

Je ne trouve pas de toilettes, que ce soit pour les hommes ou pour les femmes

Monique poursuit et conclut : "Je ne trouve pas de toilettes, que ce soit pour les hommes ou pour les femmes. Avant l’arrivée du virus, ça prenait du temps de faire le tour du marché de Seraing [ndlr. Il n’y a plus de marché depuis le virus], et il n’y a pas de toilettes publiques. Du coup, je ne bois pas avant de partir. Quand on prend beaucoup de médicaments à un certain âge, on a très soif, on doit boire beaucoup d’eau. Donc quand je sors, je m’empêche de boire pour ne pas devoir aller aux toilettes."

4 images
Toilettes publiques : plus accessibles aux hommes qu'aux femmes © Tous droits réservés

"C’est l’enfer de trouver des toilettes publiques"

On reste en province de Liège, et plus précisément à Thimister, où Véronique témoigne : " C’est l’enfer de trouver des toilettes publiques ! Je souffre de la maladie de Crohn [ndlr. Maladie inflammatoire chronique du système digestif] et j’ai donc parfois des besoins très urgents. Je suis parfois obligée de consommer dans un café pour avoir accès aux toilettes car les toilettes publiques, c’est un enfer. Il n’y en a pas assez et elles ne sont pas propres. Quand il y a des toilettes publiques, je n’ose pas y aller. Je pense qu’on devrait mettre des containers sanitaires avec une personne à l’entrée qui entretient les lieux. Ce qui me choque également, c’est de devoir parfois payer 70 centimes pour des toilettes dégueulasses. Du moment où on a des toilettes correctes et propres, ça ne me dérange pas de payer."

4 images
Toilettes publiques : plus accessibles aux hommes qu'aux femmes © Tous droits réservés

"Les toilettes publiques sont mal entretenues"

Enfin, toujours à Liège, Philippe conclut : " Je me suis fait opérer des intestins et cela fait un petit temps que je n’ose pas faire un tour en ville car on ne peut pas aller aux toilettes dans les cafés et les restaurants. Je ne préfère pas fréquenter les toilettes publiques car il y a parfois des personnes étranges, des drogués par exemple. Je vais uniquement aux toilettes dans des grands magasins, ou encore dans les cafés, quand ils étaient ouverts. Les toilettes publiques sont mal fréquentées et mal entretenues."

Nous vous invitons à poursuivre le débat sur notre page Facebook "C’est vous qui le dites" et à revoir l’émission sur Auvio. Nous vous donnons rendez-vous du lundi au vendredi de 9h à 10h30 sur VivaCité et La Une pour trois nouveaux débats.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK