C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 10:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Sandrine Morgante : "la bande dessinée n’a pas sa place dans un musée, ce n’est pas de l’art"

Deux artistes bruxellois ont lancé une pétition contre le Musée du Chat de Philippe Geluck. Alors que la Région bruxelloise vient d’accorder un permis d’urbanisme et un financement de 10 millions d’euros, deux artistes dénoncent un projet aberrant qu’ils estiment ne pas être de la culture. Ils reprochent de financer un musée dédié à un dessinateur qui reproduit à l’infini les quelques mêmes dessins d’un personnage toujours identique, pour eux Philippe Geluck n’est en aucun cas un artiste qui doit bénéficier d’un bâtiment public pour flatter son ego, c’est à lire dans la Dh ce matin.

Le Chat de Philippe Geluck, ce n’est pas de la culture ? C’est la question que l’on vous posait ce matin dans "C’est vous qui le dites".

Voici quelques moments forts de l’émission…

4 images
© JOEL SAGET – AFP

"La bande dessinée n’est pas de l’art"

Sandrine Morgante, conférencière à la Cambre et consignatrice de la pétition, est intervenue à ce sujet sur notre antenne : "Pour moi, Le Chat, ce n’est pas de la culture et il n’a pas sa place dans un musée. Un musée est un lieu qui doit conserver un patrimoine, il doit être un outil pédagogique et montrer des œuvres d’art qui ne pourraient pas être vues autrement. Comme la bande dessinée peut être vue ailleurs, elle n’a pas sa place dans un musée et ce n’est pas de l’art."

La place de ces dessins est dans les journaux

"Avec cette pétition, nous estimons qu’il y a mieux à faire de l’argent du contribuable qu’un musée pour une BD. On aurait pu valoriser ce que la ville de Bruxelles est vraiment et montrer une autre image de la ville aux touristes. Bruxelles, c’est une ville qui abrite énormément d’artistes de tous les pays, qui ont énormément de talent et qui sont toujours invisibilisés. Cela fait des années que les musées n’acquièrent plus d’œuvres d’art d’artistes modernes et contemporains, je trouve cela scandaleux. Le budget qu’on y accorde devrait être partagé de façon démocratique : la Région bruxelloise doit mettre les moyens pour valoriser le plus de personnes possibles car il s’agit d’argent public, pour un bien commun."

4 images
© JOHN THYS – AFP

"Le 9ᵉ art fait partie intégrante de notre culture"

Du côté de Fleurs, Antoine ne partage pas le même avis : "Je considère Le Chat de Philippe Geluck comme de la culture et je trouve la critique d’autant plus dure qu’elle vient d’artistes. J’ai du mal à saisir le concept d’attaquer un dessinateur de bande dessinée sur le fait qu’il reproduit le même dessin à chaque fois, c’est un peu l’essence du travail."

La reproduction d’un même dessin n’enlève pas la qualité d’un artiste

"Pour moi, cela reste dans le patrimoine de notre pays et le 9ᵉ art fait partie intégrante de notre culture, alors pourquoi ne pas faire un musée du Chat en Belgique ? Je pense néanmoins qu’on pourrait faire cela de manière plus intelligente en mettant en avant d’autres dessinateurs, et non pas un musée uniquement au profit de Philippe Geluck."

4 images
© LUDOVIC MARIN – AFP

"Geluck a un ego surdimensionné"

Enfin, le débat se conclut à Jodoigne avec Frédéric : "Le Chat de Philippe Geluck fait partie de la culture, mais l’annonce de l’investissement me met mal à l’aise dans la mesure où la culture a été enfermée pendant presque un an et que la Région bruxelloise va débloquer énormément d’argent dans ce projet. L’annonce de ce projet est malvenue alors qu’il y a des centaines de milliers de gens qui travaillent dans la culture et qui meurent de faim. De plus, cela me dérange que ce soit uniquement pour Le Chat : ce serait plus approprié si Le Chat entrait dans le Musée de la BD de Bruxelles, par exemple. Je suis d’accord avec les deux pétitionnaires, Geluck, qui est adoré en Belgique et en France, a peut-être un ego surdimensionné."

Nous vous invitons à poursuivre le débat sur notre page Facebook "C’est vous qui le dites" et à revoir l’émission sur Auvio. Nous vous donnons rendez-vous du lundi au vendredi de 9h à 10h30 sur VivaCité et La Une pour trois nouveaux débats.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK