C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 10:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Sabine: "Comme il n'y a pas de retrait de permis vélo, l'amende doit être plus élevée"

Sabine : " comme il n'y a pas de retrait de permis vélo, l'amende doit être plus élevée "
Sabine : " comme il n'y a pas de retrait de permis vélo, l'amende doit être plus élevée " - © Tous droits réservés

L’Open Vld propose que les amendes pour alcool à vélo soient moins élevées que celles pour les automobilistes, ce qui irrite Vias, l’Institut belge pour la sécurité routière. Rouler bourré à vélo, c’est moins grave qu’en voiture ?

Deux députés Open Vld ont déposé une proposition de loi pour plafonner les amendes pour alcool au guidon d’un vélo à 116€, quel que soit le taux d’alcoolémie estimant que le cycliste représente un danger avant tout pour lui-même contrairement au conducteur d’une voiture. Ce matin dans les éditions de Sudpresse, Benoît Godart, le porte-parole de Vias est très irrité. Pour lui, c’est un mauvais message et un vrai risque quand on sait qu’aux Pays-Bas, lors de contrôles la nuit à La Haye par exemple, 43% des cyclistes étaient sous influences de l’alcool.

Rouler bourré à vélo c’est moins grave qu’en voiture ? C’est la question que l’on vous posait ce matin dans " C’est vous qui le dites ".

Sabine de Florennes veut une amende plus salée pour les cyclistes : " C’est pareil sauf que le problème avec le cycliste c’est qu’il n’a pas de permis donc on ne peut pas lui faire de retrait de permis et il peut recommencer comme il veut. Il ne faut pas plafonner l’amende et elle peut être plus chère puisqu’ils risquent leur vie (c’est leur problème) et aussi celles des autres. Ils peuvent recommencer le jour même puisqu’il n’y a pas de retrait de permis. "

Une grosse amende pour les cyclistes

À Jalhay, Jean-Michel estime que ce sont les cyclistes qui sont les plus dangereux : " C’est plutôt le contraire. Je parle par expérience. Je suis chauffeur poids lourd et je suis souvent en Flandre où les pistes cyclables sont près de la route. Je mets le clignotant pour tourner et un cycliste qui est sobre me barre la route. S’ils sont bourrés, je n’imagine pas les dégâts, ça va à une mort certaine. Déjà qu’ils se croient prioritaires en temps normal alors là, s’ils sont bourrés, ils ne regardent nulle part. Des amendes en fonction du taux d’alcool et en plus des amendes beaucoup plus salées que la voiture. C’est clair qu’au niveau de la paperasse ça va compliquer les choses mais il faut sensibiliser au maximum les cyclistes !

Léon de Jodoigne est d’accord, un contrôle et une amende quand on roule à vélo saoul sont normaux.

Un anonyme choisit aussi l’amende salée : " C’est encore plus grave surtout pour la personne qui est sur le vélo. J’étais chez des amis, on avait un peu trop bu et comme j’étais venu en voiture je n’ai pas voulu reprendre le volant et je lui ai demandé de me prêter son vélo pour rentrer. J’ai fait un kilomètre, j’ai chuté et je me suis fracturé la hanche à six endroits différents ! Peu importe la peine financière que j’aurais pu recevoir de la police, le montant n’est pas à hauteur du préjudice que je subis. Ça fait 9 ans que je boite, je ne suis plus jamais monté sur un vélo parce que je n’ose plus. Les peines doivent rester identiques pour les conducteurs de voiture, de vélo, de trottinette… Quelque part, après ma chute, l’ambulance est arrivée à fond de balle et elle a aussi créé un danger sur la route. Donc c’est un cercle vicieux. Mon accident a peut-être entraîné des accidents potentiels. Si je devais choisir entre une grosse amende et ce que je vis tous les jours depuis 9 ans, j’aurais préféré payer une grosse amende. "

Nous vous invitons à poursuivre le débat sur notre page Facebook "C’est vous qui le dites".

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK