C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 10:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Robert : "En tant que démocrate, je suis blessé par cette rencontre!"

Robert : "
Robert : " - © Tous droits réservés

Pour la première fois depuis 1936, l’extrême droite a été reçue au Palais royal. Acceptez-vous la rencontre entre le Roi et le Vlaams Belang ?

Alors que le Roi recevait tour à tour les présidents des principaux partis du pays en vue de la formation d’un futur gouvernement, la question qui était sur toutes les lèvres était de savoir si le souverain allait rencontrer le Vlaams Belang, devenu le deuxième parti en Flandre. Mercredi matin, le président du parti d’extrême droite a donc pu s’entretenir avec le Roi pendant quelques dizaines de minutes, déclenchant de nombreuses réactions.

À tête reposée, acceptez-vous cette rencontre entre le Roi et le Vlaams Belang ? C'est la question que l'on vous posait ce matin dans " C'est vous qui le dites ".

Robert, un auditeur originaire de Woluwe-Saint-Lambert, est intervenu pour nous donner son avis à ce sujet. C'est un homme blessé et en colère qui s'est exprimé sur notre antenne : "Je n'étais absolument pas d'accord avec ça avant la rencontre et je n'ai absolument pas changé d'avis après ! Je pense que le Roi, Monsieur Philippe de Saxe-Cobourg, n'a pas beaucoup de connaissance au sujet de l'histoire de notre pays ! Il devrait savoir que le Vlaams Blok, devenu le Vlaams Belang, est un parti qui a été constitué après la guerre par des collaborateurs. Et ces collabos ont permis aux Allemands d'arrêter un grand nombre de résistants et aussi d'organiser des rafles dans lesquelles de nombreux enfants ont été déportés dans les camps de concentration ! Il ne faut pas oublier non plus qu'un grand nombre de ces collaborateurs sont allés sur le front de l'Est pour aller se battre aux côtés d'Hitler ! Et les adhérents de ce parti fêtent encore certains anniversaires comme celui de la naissance d'Hitler, de la nuit des longs couteaux (ndlr. La nuit des Longs Couteaux est l'expression généralement utilisée pour faire référence aux assassinats perpétrés par les nazis en Allemagne, au sein même de leur mouvement, entre le vendredi 29 juin et le lundi 2 juillet 1934.)"

Si certains évoquent le fait que le Roi ait organisé cette rencontre pour éviter un incident en Flandre, Robert leur répond : "Et parce qu'on a peur d'un incident en Flandre, on reçoit le Vlaams Belang, c'est quoi ça pour un Roi ?! S'il a peur des incidents, qu'il ne devienne pas chef d’État ! Il doit pouvoir prendre ses responsabilités ! Si demain, il devait y avoir à la tête de ma commune, un bourgmestre qui a des sympathies pour les nazis, ce n'est pas parce qu'il est élu que je vais lui serrer la main, au contraire, je lui foutrais mon poing dans la figure !"

Après cette rencontre au Palais, Charles Michel, Premier ministre en affaires courantes, a appelé les citoyens à la sérénité... Face à ce genre de propos, Robert explose : "Serein, comment voulez-vous rester serein ?! Pensez un peu à tous les gens qu'on a arrêtés, notamment les résistants et les anciens combattants qui ont été mis dans des camps pendant cinq ans ! Mon père en faisait partie ! Cet entrevue me blesse et je ne vois même pas la signification politique puisqu'ils ne vont quand même pas être dans le gouvernement alors pourquoi est-ce qu'il devait les accueillir ? Vous, à la RTBF, vous ne les recevez pas ! Et le Roi, lui, reçoit des gens ignobles, qui sont pour la haine, des gens pareils comment-est possible que le chef de l'État - non-élu en plus - puisse se permettre au nom de tous les Belges de dire : "Moi, je vous reçois avec le tapis rouge au Palais ! " Parce qu'il ne l'a pas reçu dans un bistrot mais dans les mêmes conditions que tous les autres partis démocratiques. En tant que démocrate, je suis blessé par cette rencontre!"

"Sa Majesté le Roi a fait son devoir constitutionnel !"

Vincent, un autre auditeur intervenu sur notre antenne, ne partage pas l'avis de Robert. Selon lui, "Sa Majesté le Roi a fait son devoir constitutionnel ; il a reçu tous les grands partis qu'ils soient du nord ou du sud. Maintenant, la participation politique n'a pas été engagée par rapport à Sa Majesté le Roi. Je pense que s'il n'avait pas reçu le Vlaams Belang, c'est clair : il posait un geste politique. Et si ça agace autant, c'est parce qu'on ne reconnaît pas le Vlaams Belang comme un parti démocratique et c'est donc forcément difficile de comprendre pourquoi le Roi reçoit un parti extrême mais moi je ne suis pas du tout inquiet. Ce n'est pas parce que le Roi reçoit un parti d'extrême droite que d'office, il faut y voir la séparation du pays ou la fin du pouvoir monarchique. Cette rencontre était inévitable et je pense que le Roi a posé un acte constitutionnel pour faire la part belle aux partis démocratiques et leur dire : "Le Vlaams Belang est le deuxième parti en Flandre donc maintenant, il va falloir se remuer !" D'où, d'ailleurs, la nomination de deux informateurs ; un au nord et un au sud."

Nous vous invitons à poursuivre le débat sur notre page Facebook " C'est vous qui le dites ".

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK