C'est vous qui le dites

Plus d'infos

Pour Christian, quand il n'y a pas d'autres solutions, on peut uriner sur la façade !

À Liège un juge a estimé qu’uriner en rue pouvait découler d’un état de nécessité et a donc annulé la sanction qui avait été infligée à un homme qui s’était soulagé dans un avaloir.

Le 11 décembre dernier, un Liégeois reçoit une amende administrative de 70€ pour avoir uriné en rue dans le quartier de la Batte. On apprend aujourd’hui dans La Meuse que l’homme a décidé de contester cette sanction devant le tribunal de police en justifiant l’acte par un besoin pressant, l’absence de toilettes publiques, le choix délibéré d’uriner dans un avaloir pour éviter les nuisances olfactives ainsi qu’en pointant l’obligation de faire uriner les chiens dans les avaloirs ce qu’il estime être paradoxal. Le juge a entendu les arguments et a annulé la sanction estimant que l’homme n’avait pas d’autres choix que d’adopter ce comportement en évoquant un état de nécessité. La question pour vous ce matin, un besoin pressant peut-il justifier d’uriner en rue ?

Un besoin pressant peut-il justifier d’uriner en rue ? C'est la question que l'on vous posait ce matin dans " C'est vous qui le dites ! "

À ce propos, pour Christian de Genappe, ce n'est pas nécessaire d'infliger une amende : " Il n'y a aucune raison de sanctionner quelqu'un qui urine en rue. Je trouve que c'est un acte tout à fait naturel qui existe depuis des milliers d'années et maintenant on se met à punir la personne parce que beaucoup de gens sont offusqués de l'acte. Mais bon, il y a tellement de personnes à qui ça arrive, qui sont dans l'urgence et pour qui c'est tellement compliqué parfois de trouver une solution, un endroit,... Maintenant, il faut faire attention. Il ne faut pas uriner n'importe où. On peut faire ça le plus discrètement possible comme par exemple derrière un arbre ou dans un coin sur une façade et, surtout, quand il n'y a pas d'autres solutions ". 

" C'est arrivé à tout le monde mais personne ne le reconnaît ! "

Pour Christian, pour beaucoup, c'est une situation compliquée : " Imaginez aussi pour les femmes ! C'est quand même une situation bien plus complexe que pour les hommes. En plus, c'est arrivé à tout le monde mais personne ne veut le reconnaître. Qu'est-ce qu'il y a de si grave à faire pipi dans un coin ? Ce n'est que du liquide. C'est important de donner la possibilité à tout le monde de pouvoir avoir un urinoir à proximité ". Il existe à l'heure actuelle des applications qui recensent les différentes toilettes publiques. " Tout le monde devrait avoir cette application surtout les personnes qui se retrouvent très souvent dans ce cas de figure et qui savent très bien qu'elles ont des problèmes. Mais, tout le monde n'a pas un smartphone. Maintenant, l'acte n'est pas si grave que ça. Je pense qu'il faut arrêter de s'en offusquer et de voir le mal partout ".

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK