C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 10:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Patsy : " C'est à cause de la tenue de certaines filles et la façon dont elles agissent ! "

Patsy : "
Patsy : " - © Tous droits réservés

Selon une enquête menée en Belgique et en France, 98% des femmes ont déjà été victimes de harcèlement en rue. Est-ce difficile aujourd’hui pour une femme de sortir en rue ?

L’étude menée en Belgique et en France auprès de plus de 3000 femmes est relayée ce matin dans La DH. 98% des femmes ont déjà victimes de harcèlement en rue au cours de leur vie, pour 3 femmes sur 4 c’était avant l’âge de 17 ans. Selon Infor Jeunes Laeken qui lance une action auprès des jeunes à ce sujet, le sexisme est présent dans tous les groupes sociaux mais le travail est plus grand dans les milieux populaires.

Est-ce difficile aujourd’hui pour une femme de sortir en rue ? C'est la question que l'on vous posait ce matin dans "C'est vous qui le dites".

À ce propos, pour Patsy de Ans, les femmes exagèrent : " Non je n'ai pas du tout connu ça. Oui, il y a des personnes qui insistent mais c'est à nous les femmes à dire "non" et basta. (...) Maintenant, si dès qu'un homme vous regarde vous vous sentez harcelée, je trouve ça malheureux. Les femmes violées se sentent meurtries quand elles entendent des trucs comme ça. Quand c'est répétitif, c'est du harcèlement (...) Quelle est la différence entre le harcèlement et la drague ? Où est la limite ? Draguer c'est le mec qui insiste un peu en regardant et en disant : "Bonjour madame, vous allez bien ?" Le gars qui essaie d'entamer la conversation. À vous de dire "Non merci monsieur" et vous partez ! Le harcèlement, c'est un mec qui est contre vous, qui essaie de vous peloter... À ce moment là, vous lui mettez une gifle et il ne le fera plus. Il y a harcèlement quand il y a contact physique. C'est souvent les mêmes femmes qui sont harcelées. J'ai vécu 60 ans et je ne me rappelle pas avoir été harcelée une seule fois. Pourtant, je ne suis pas moche donc ça n'a rien avoir. Ce sont des filles qui ne sont pas sûres d'elle. Maintenant, quand je vois des filles dans la rue, si elles s'habillent comme ça, c'est logique qu'ils regardent. Un homme reste un homme. C'est à cause de la tenue de certaines filles et la façon dont elles agissent. Mais, elles ne doivent pas accepter. Il faut être femme mais jusqu'à une certaine limite. Il ne faut pas aguicher le mec non plus. (...) Dans certains cas c'est la femme qui cherche et qui provoque ".

" Il faut se taire et avancer ! "

Vincent de Rance ne partage pas l'avis de Patsy. Pour lui, c'est difficile d'être une femme et de se balader dans la rue : " Je suis une personne de confiance dans une entreprise publique et le harcèlement est autant physique que moral et psychologique. On voit tout doucement que le harcèlement psychologique est un point fort dans certaines entreprises. Comme par exemple des boutades que nous les hommes prenons à la rigolade mais que la femme, qui est la cible, n'entend pas ou fait semblant de ne pas l'entendre mais c'est du harcèlement quand même. " Un point de vue que Maria de Herstal appuie. Et pour cause, cette dernière fait partie des 98% : " J'ai 68 ans aujour'hui et j'ai toujours été harcelée dans les rues. Mais, à l'époque, on ne disait rien. On se taisait. Actuellement, je suis toujours harcelée. Un vieux monsieur tous les jours me dit "Oh t'es belle ! Je te ferais bien ceci ou cela". Je l'ai remis de nombreuses fois à sa place et, malgré tout, ça continue ! Je l'envoie bouler. Je lui demande de me foutre la paix, qu'il m'ennuie et qu'il m'emmerde. Mais il est toujours là... C'est tous les jours. Je change de chemin exprès et je le retrouve quand même partout (...) Il ne me touche pas mais ce sont des mots qui blessent. Il faut se taire et avancer ! ".

Nous vous invitons à poursuivre le débat sur notre page Facebook "C'est vous qui le dites".

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK