C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 10:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Naomi : " Si on interdit ces vidéos, il faut interdire toutes les scènes de suicide dans les films "

À Viroinval, un adolescent s’est donné la mort après avoir regardé sur internet une vidéo expliquant comment se pendre. La maman du jeune homme alerte sur l’existence de ces vidéos. Faut-il censurer de telles vidéos ?

En rentrant du travail, cette maman a découvert que son fils de 17 ans s’était pendu dans sa chambre. Si elle a décidé de s’exprimer dans les colonnes de Sudpresse ce matin, c’est parce qu’elle ne comprend pas comment une vidéo telle que celle que son fils a regardé avant de se donner la mort ne soit pas supprimée des plateformes alors que l’on censure parfois des bêtises. Selon l’historique du téléphone de l’adolescent, la dernière vidéo qu’il a regardée expliquait comment se pendre sans mal. Faut-il censurer de telles vidéos ?

Naomi, une auditrice d'Ixelles : " Je pense que ça ne va pas changer grand-chose que les vidéos soient censurées. Après ça peut s’étendre… Est-ce qu’on censure aussi les images de suicide dans les films, dans les jeux vidéo ? Ça peut prendre cette ampleur-là ! Malheureusement, s’en prendre aux vidéos, je ne crois pas que ça va aboutir à quelque chose de productif. Les gens se suicidaient avant qu’il y ait des vidéos et maintenant, ils vont vers ces vidéos-là. Il vaut mieux faire les interventions avant.  

" Il y a déjà un désir derrière "

Pour Naomi, ces vidéos ne sont pas un déclencheur ou une incitation au suicide : " Je crois que si la personne va vers la vidéo, ce n’est pas la vidéo est arrivée à la personne, il y a déjà le désire derrière. Ce n’est pas juste parce qu’on voit quelque chose dans une vidéo qu’on va nécessairement le refaire. Il y a eu une volonté derrière ça. C’est malheureux mais c’est le cas. Si la personne veut la trouver, elle va la trouver car tout est sur Internet. "

« Ce n’est pas illégal de parler de suicide »

Si de nombreux auditeurs ont proposé de faire des catégories de vidéos à interdire (le suicide, la violence envers les animaux et la sexualité agressive), Naomi n'y croit pas trop : " Les catégories, il faut bien faire la différence. Le suicide est une agression envers soi qui est pénalisé de différentes manières dans différents pays. Mais après, l’agression sexuelle, c’est quelque chose de très différent. Commettre une agression envers les animaux est d’office illégal. Si c’est des vidéos dans lesquelles la violence est commise, c’est illégal de commettre cet acte et le prendre en vidéo est une extension de cet acte. Montrer à quelqu’un comment se suicide, c’est différent parce que ce n’est pas un acte de suicide et ce n’est pas illégal de parler de suicide. "

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK