C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 10:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Nadia : " Ce n'est pas une vision tout à fait déformée... C'est dans la mentalité ! "

Nadia : " Ce n'est pas une vision tout à fait déformée... C'est dans la mentalité ! "
Nadia : " Ce n'est pas une vision tout à fait déformée... C'est dans la mentalité ! " - © FRANCK FIFE - AFP

L’humoriste français et conseiller d’Emmanuel Macron, Yassine Belattar, estime que les Belges n’aiment pas les Belges noirs et arabes. Son regard est-il juste ?

Yassine Belattar est un humoriste français également conseiller auprès d’Emmanuel Macron concernant les banlieues. Dans l’actualité, après sa démission de la chaîne d’information française LCI suite à une interview d’Eric Zemmour, il répond aux questions de La DH ce matin. Dans cet entretien, il livre son regard sur la Belgique et estime que les Belges n’aiment pas les Belges noirs, arabes, arméniens, etc. Que les élites belges ont du mépris à l’égard des Belges d’origine étrangère, que les -Belges partent du principe que ces gens-là ne sont pas une valeur ajoutée dans notre pays.

Son regard sur la Belgique est-il juste ? C'est la question que l'on vous posait ce matin dans "C'est vous qui le dites".

Pour Nadia d'Anvers : " Il n'a pas une vision tout à fait déformée de la Belgique. Dans les médias, il n'y a pas une mixité bien représentée et en France, ce n'est pas mieux. Mais, il n'a pas tort dans le sens où le Belge n'aime pas le Belge arabe, le Belge noir... Déjà, la perception du Belge de souche en voyant quelqu'un avec une couleur de peau étrangère va se dire que ce n'est pas un Belge. Il y a une sorte d'amalgame qui s'installe déjà. C'est une mentalité, c'est ancré. Je suis né en Belgique. Cela fait 40 piges que je suis ici et ça ne change pas. Le Belge ne peut pas piffer le francophone, ne peut pas sentir le flamand qui, lui, ne peut pas sentir le francophone. Alors, si tu viens avec ta tête de francophone et d'arabe qui va habiter à Anvers, t'as déjà tout gagné. Là, c'est la tirelire, il y a un délit de sale gueule. C'est un racisme. Je dirais presque que ce n'est même pas malveillant, c'est dans la mentalité et j'insiste sur le fait qu'il faut faire un travail d'éducation avec les enfants parce que ce sont les parents qui donnent ce genre d'images. Dans les médias, on n'en parle pas assez ".

" Il faut remettre les choses dans leur contexte "

Nagui de Verviers ne partage pas l'avis de Nadia. Pour lui, il n'y a pas ce problème dans notre pays : " Ce n'est pas juste. Je ne sais pas sur quelles bases il tire ses conclusions... Je suis Belge d'origine marocaine, j'ai été scolarisé en Belgique et j'ai été soigné par la Belgique. Je n'ai jamais eu de problème. Je ne vois pas en quoi le Belge ne m'aime pas. Après, il faut remettre les choses dans leur contexte. Depuis quelques années, il y a une recrudescence de crainte ou de peur. Je le ressens par rapport aux gens qui ne me connaissent pas. Ceux-là peuvent avoir certaines appréhensions mais avec mes amis ou mes voisins, je n'ai pas de soucis avec eux ". En revanche, pour Nicolas de Verviers, c'est bel et bien la réalité : " Il a raison et on vit ça dans les grandes villes comme Verviers, Liège et Charleroi. C'est une véritable catastrophe. On est noyé. Ce sont des gens qui ne travaillent pas, qui vivent sur notre dos et qui ont une culture différente. Dans 15 ans on aura une autre culture et on ne sera plus un pays catholique ".

Nous vous invitons à poursuivre le débat sur notre page Facebook : "C'est vous qui le dites".

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK