C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 10:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Michel : " Si c'était à refaire, je n'agirais pas de la même manière "

À Beloeil, un couple se rendant en urgence à la maternité a été victime d’un accident de voiture. La mère et le bébé sont décédés, le papa est dans un état critique.

C’est une histoire dramatique qui est racontée dans les colonnes de Sudpresse aujourd’hui. Un jeune couple qui attendait un enfant pour le mois de mai a dû se rendre en urgence à la maternité dans la nuit de samedi à dimanche car l’accouchement semblait se précipiter. Le papa prend alors le volant - aurait activé les warnings pour signaler l’urgence - et se rend à l’hôpital d’Ath. À 10km de la maternité, le pire se produit : un accident dans des circonstances encore inconnues entraîne la mort de la maman ainsi que du bébé, le papa est lui toujours dans un état critique. Dans de telles circonstances stressantes, est-il possible de prendre la route en toute sécurité ?

Dans des circonstances stressantes, est-il possible de prendre la route en toute sécurité ? C'est la question que l'on vous posait ce matin dans " C'est vous qui le dites ! ".

À ce propos, Michel de Malmedy pense que ça dépend de l'urgence : " Ça dépend des cas. Un jour, j'ai dû rentrer de Bruxelles sur Liège de toute urgence parce que ma maman était mourante. Ce jour-là, je suis rentré, j'ai pris ma voiture et j'ai foncé sur Liège. J'avais vraiment la tête ailleurs. Je pensais à ma maman et à ma famille. Quelques semaines plus tard, j'ai reçu un PV. J'avais été flashé à 230km/h sur l'autouroute. Je ne m'étais pas du tout rendu compte que je roulais à cette vitesse. Je savais que je roulais vite mais, à ce point-là, je ne m'en étais pas rendu compte mais, je n'avais pas le choix. Mon papa m'avait téléphoné pour me dire que, si je voulais voir ma maman vivre aujourd'hui, je devais rentrer. J'ai foncé, j'ai pris la voiture et je suis rentré. Je reconnais maintenant, bien longtemps après, que, ce jour-là, j'ai mis ma vie et la vie d'autres usagers en énorme danger ".

Cependant, si c'était à refaire, Michel n'agirait pas de la même façon : " Je ne pense pas que je referais la même chose. Mais la question à se poser est toujours : Quelle est l'urgence ? J'ai eu 3 enfants et je les ai conduits tous les trois à la matenité avec ma femme et ce, en roulant certainement un peu plus stressé que d'habitude. C'est vrai, qu'à ce moment-là, on ne pense pas à appeler une ambulance ".

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK